Réagir

Comment relancer un recruteur grâce aux réseaux sociaux pros ?

Après une première rencontre avec un recruteur ou un potentiel employeur, il est tentant de se servir des réseaux sociaux professionnels pour le relancer. Mais attention, la frontière est mince entre les initiatives efficaces et ce qui peut être perçu comme un manque de respect. Adoptez les bons réflexes grâce aux conseils de nos experts.

Ce que les candidats font

« Les personnes qui n’arrivent pas à avoir de nouvelles de leur candidature après un premier entretien avec les ressources humaines, cherchent parfois à contacter un opérationnel de l’entreprise sur les réseaux sociaux afin savoir à quoi s’en tenir », remarque Mehtap Can, consultante recrutement chez Dreamsearch. Une bonne idée pour prouver votre motivation, à condition, toutefois, d’attendre suffisamment longtemps. Si le service RH vous a prévenu que vous ne seriez pas recontacté avant deux semaines, inutile de prendre cette initiative au bout de trois jours.

Pour rester en relation avec les recruteurs qui les ont reçus en entretien, d’autres candidats envoient des demandes de contact via ces réseaux sociaux. « Ils profitent de la facilité de fonctionnement de Viadeo et de LinkedIn et ils ont raison », estime Mehtap Can. Avoir des recruteurs parmi vos relations professionnelles peut s’avérer utile, surtout si le poste que vous visiez à l’origine ne vous revient finalement pas.

Ce qu’il faudrait faire

Pour Fabrice Coudray, directeur chez Robert Half, « les réseaux sociaux sont une solution idéale pour rester dans le paysage intellectuel du recruteur sans le harceler. » Concrètement, après une première conversation avec un recruteur, vous ne devez pas hésiter à entrer en contact avec lui et à utiliser les fonctionnalités des réseaux sociaux pros pour vous rappeler à son bon souvenir. Donnez des nouvelles à travers vos actualités, sollicitez-le pour un conseil carrière, demandez-lui son avis si l’on vous fait une proposition… L’idée est de créer avec lui un lien allant au-delà de la rencontre initiale.

Autre attitude très appréciée des recruteurs : une fois que vous faites partie de leur cercle de connaissances virtuel, vous pouvez leur proposer vos propres contacts pour certains de leurs postes à pourvoir. « C’est une façon de prouver qu’on est actif, motivé et prêt à rendre service », souligne Fabrice Coudray. Si une offre ne correspond pas à votre profil ou ne vous intéresse pas mais vous semble parfaite pour l’une de vos connaissances, n’hésitez pas à endosser le rôle d’intermédiaire sur les réseaux sociaux. Les deux partis s’en souviendront.

Ce qu’il ne faut pas faire

« Si le candidat a les coordonnées du recruteur, il n’a pas intérêt à utiliser les réseaux sociaux pour lui demander des nouvelles de sa candidature », prévient Mehtap Can. Pas la peine d’ajouter un autre moyen de communication là où un email, ou un simple coup de téléphone, pourrait suffire. « Et si vous n’avez pas ses coordonnées directes, mieux vaut appeler l’entreprise pour les obtenir avant d’envisager un contact via LinkedIn ou Viadeo, conseille Mehtap Can. C’est un effort supplémentaire qui sera apprécié lors de la relance. »

Autre mauvaise idée : envoyer une demande de contact à un recruteur puis ne pas entretenir la relation. « Certains candidats sont très peu présents, déplore Séverine Coussot, consultante chez Hudson. Pour être visible aujourd’hui, il faut avoir son profil sur les réseaux sociaux et l’entretenir si l’on veut avoir une chance d’être recontacté. »

À l’inverse, le harcèlement via les réseaux peut faire définitivement fuir un recruteur. Comme l’explique Fabrice Coudray : « un recruteur peut avoir des centaines, voire des milliers de contacts. Imaginez la difficulté pour lui de les gérer s’ils l’invitent tous chaque jour dans un groupe différent ! » Plutôt que de le noyer de sollicitations, contentez-vous de lui envoyer un message rappelant votre intérêt pour le poste à pourvoir.

Enfin, privilégiez les réseaux sociaux professionnels : votre interlocuteur n’appréciera pas forcément de vous voir envahir sa vie privée sur Facebook.

Vos réactions (0 Réaction)

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères