1
réaction

Pas visible sur le net ? Ce que les recruteurs pensent de vous

Les professionnels des RH sont désormais nombreux à chercher sur internet les noms des candidats avant de les convier à un entretien d’embauche. Si certains recruteurs ne s’offusquent pas lorsqu’ils ne trouvent aucun résultat sur les moteurs de recherche, d’autres semblent plus suspicieux…

Être visible pour rassurer les futurs employeurs

Le « name googling » des candidats est presque devenu un passage obligé chez les recruteurs. Bien décidés à en savoir plus sur ceux qu’ils sélectionnent sur CV, les professionnels des ressources humaines ont pris l’habitude de partir à la recherche de votre profil Viadeo, LinkedIn ou d’un CV en ligne type Doyoubuzz. « Environ sept recruteurs sur dix auraient acquis ce réflexe », souligne Jean-Christophe Anna, directeur associé de la société Link Humans, spécialisée dans le conseil et la formation en recrutement innovant. Et pour cause : « à l’heure où les candidatures sont de plus en plus truquées, les recruteurs cherchent des éléments rassurants pour éviter les erreurs de casting », décrypte Olivier Zara, consultant en management et en médias sociaux. Et lorsque leur soif numérique n’est pas satisfaite, c’est parfois la catastrophe.

Une présence web fortement recommandée pour une certains profils

Pour certaines fonctions cadres, notamment celles en lien avec le web, la communication, le conseil, les hautes technologies et le marketing, être absent de la toile peut être préjudiciable et remettre sérieusement en cause la suite du recrutement. « L’édition est directement impactée par l’avènement du numérique. Par conséquent, si je m’aperçois qu’un candidat briguant un poste dans l’éditorial ne s’est pas emparé des outils du web, je me demande s’il est capable d’appréhender les évolutions de son métier », explique Aymeric Vincent, DRH adjoint du pôle littérature du groupe Editis. Pour autant, si l’absence d’identité numérique peut être dommageable, en particulier pour ces profils, elle n’est généralement pas rédhibitoire. « Elle met un frein au processus de recrutement et requiert un éclaircissement de la part du candidat durant l’entretien », ajoute le DRH adjoint d’Editis.

Toutefois, il existe des exceptions. « Certains recruteurs m’ont avoué que lorsqu’ils ne trouvaient aucune information sur un candidat en faisant des recherches sur internet, le CV atterrissait directement dans la corbeille… », témoigne Olivier Zara.

Si les recruteurs auront du mal à pardonner à un community manager de ne pas avoir marketé sa propre image sur le web, il n’en sera pas de même avec un expert-comptable, une assistante de direction ou un technicien de laboratoire. « Pour la plupart des fonctions de l’entreprise, ne pas avoir de profil ou de CV en ligne n’a pas réellement de répercussion sur la suite du recrutement », rassure Sébastien Canard, co-fondateur du cabinet OpenSourcing. En particulier pour les candidats qui occupent des postes non-cadres dans des secteurs traditionnellement absents des réseaux sociaux professionnels comme le bâtiment, l’agriculture ou la santé.

Priorité n°1 : maintenir une bonne identité numérique

Pour que votre présence sur le web ne desserve votre candidature, encore faut-il savoir comment l’utiliser. « Être présent sur le web, oui, mais pas n’importe comment… », résume Aymeric Vincent. En la matière, sachez que les recruteurs ont un penchant pour les réseaux comme Viadeo et LinkedIn. « Ils sont strictement professionnels, offrent un bon référencement sur internet et permettent aux recruteurs d’avoir un éclairage précis sur les parcours des candidats », explique Jean-Christophe Anna.

Les CV en ligne et les sites personnels remportent, eux aussi, les faveurs des RH. « Les profils de créatifs qui travaillent en free lance ont tout intérêt à partager, via ces plateformes, des liens vers des exemples de leurs réalisations », avance Sébastien Canard.

Présence sur le web : les 4 erreurs qui font tâche

Un profil endormi

Il n’y a rien de plus agaçant pour un recruteur qu’un profil indiquant que vous êtes en stage alors que vous avez décroché un CDI il y a six mois. « Un profil est fait pour vivre et doit être actualisé régulièrement, sans quoi le candidat ne sera jamais repéré des recruteurs », estime Aymeric Vincent.

Du copié-collé

« Un CV en ligne ne doit pas s’en tenir aux mêmes informations que sa version papier », ajoute le DRH adjoint d’Editis. Pour être le plus pertinent possible, enrichissez votre CV numérique de comptes-rendus, de présentations Powerpoint…

Un mauvais intitulé

Des intitulés comme « En recherche active » ou « Étudiant en 3e année de marketing » n’éclaireront pas les recruteurs. « Sur vos profils professionnels, mieux vaut préciser l’intitulé de poste que vous occupez ou celui que vous visez pour demain », conseille Jean-Christophe Anna.

La photo fantaisiste

Les photos de vous en maillot de bain n’ont pas leur place sur vos profils professionnels. Choisissez un visuel professionnel et sobre. Et soyez très vigilant quant aux paramètres de confidentialité de votre compte Facebook pour éviter toute fuite

Vos réactions (1 Réaction)

  • stephane

    Arrêtez de toujours critiquer les candidats comme vous le faites en permanence,vous êtes loin d'être parfaits les Cabinets ,drh et autres...

    On pourrait faire une liste très longue à votre sujet!

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères