Réagir

Réseaux sociaux professionnels : la vérité sur 7 idées reçues

Viadeo, LinkedIn,… Tout le monde parle des réseaux sociaux professionnels mais peu savent vraiment s’en servir. Pour vous aider à construire un réseau efficace, trois experts démêlent le vrai du faux sur 7 préjugés qui circulent à propos des médias sociaux.

Un mauvais réseau, c’est facile à repérer : FAUX

D’après Jacques Froissant, CEO d’Altaïde, « quelqu’un qui a un mauvais réseau ne s’en apercevra pas forcément. La seule conséquence est de lui faire manquer des opportunités. » Mais puisque vous ne saurez jamais que vous êtes passé à côté de quelque chose, vous ne vous rendrez pas compte que votre réseau n’est pas d’aussi bonne qualité qu’il pourrait l’être. Voilà pourquoi il est important de savoir comment construire et développer un réseau pertinent sur des outils comme Viadeo ou LinkedIn.

Un bon réseau, c’est une question de nombre : FAUX

Les experts sont unanimes : vous ne devez accepter que les invitations de contacts que vous connaissez, à moins que la demande de mise en relation ne s’accompagne d’un message pertinent explicitant la démarche. Pourquoi ? C’est d’abord une question de motivation, estime Jacques Froissant : « les personnes qui vous connaissent seront plus enclines à vous venir en aide en cas de besoin. »

La pertinence des contacts entre également en ligne de compte : à quoi vous sert d’être en relation directe avec un recruteur en Corée si vous savez que vous n’aurez jamais l’intention d’aller dans ce pays ? Par ailleurs, « vos contacts reçoivent vos mises à jour et vous les leurs, rappelle Olivier Fécherolle, directeur général France de Viadeo. Si vous avez des milliers de relations, des personnes que vous ne connaissez pas seront au courant de toutes vos nouveautés. Et surtout, de votre côté, vous recevrez des montagnes d’informations inutiles qui risquent de noyer les renseignements les plus intéressants. »

Un profil bien rempli, c’est important pour le réseau : VRAI

Comme le rappelle Jacques Froissant, « bien renseigner la partie formation et celle sur les expériences est primordial puisque les outils comme LinkedIn et Viadeo se servent de ces informations pour vous proposer des mises en relation. » C’est une façon de redécouvrir des contacts oubliés. De plus, Jean-Christophe Anna, directeur associé de Link Humans, rappelle que « vous pouvez importer le carnet d’adresses de votre messagerie sur le site, qui vous signalera alors quels contacts sont présents sur la plateforme. »

Le réseau est un outil miracle : FAUX

Olivier Fécherolle le compare à un corps de sportif : « si vous l’entretenez, il sera prêt à réagir lorsque vous aurez un effort à fournir. » Dans le cas contraire, il ne vous sera d’aucune utilité. C’est donc à vous que revient la responsabilité d’en faire une solution efficace et fiable. Car « ne penser à ses relations que lorsqu’on a besoin de quelque chose, c’est ce qui se fait de pire », prévient Jean-Christophe Anna. Pensez aux vœux et aux félicitations lorsque l’un de vos contacts affiche un succès professionnel ou une prise de nouvelles fonctions.

Le 1er niveau est le plus important : VRAI

"J’ai vu que tu connaissais le responsable informatique du groupe XXX, puis-je l’appeler de ta part ?" Voilà ce que vous devez pouvoir demander à un contact de 1er niveau. Impossible de demander ce genre de services à quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré… Et impossible pour votre contact de vous répondre par l’affirmative s’il n’est pas, de son côté, proche de la personne en question.

Le réseau des autres ne vous concerne pas : FAUX

Si les plateformes comme LinkedIn et Viadeo sont construites de façon à accompagner les nouveaux venus, cette mission n’est pas uniquement la leur : vous avez aussi la responsabilité d’éduquer vos contacts, de façon à ce que les outils deviennent de plus en plus utiles. Ainsi, n’hésitez pas à donner des conseils aux néophytes sur la façon de bien utiliser les médias sociaux.

Un bon réseau, ça commence tôt : VRAI

« Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il faut commencer dès le lycée, mais prendre l’initiative en première année de fac ou d’école est une bonne idée », selon Jean-Christophe Anna. Camarades de promotion, professeurs, maîtres de stage… C’est en effet si tôt que vous commencez à nouer des contacts utiles pour votre future carrière.

Vos réactions (0 Réaction)

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères