5 questions que l'on peut poser à n'importe quel entretien d'embauche

Poser des questions en entretien d’embauche, c’est une des clés de la réussite. Encore faut-il qu’elles soient bonnes. Et avec le stress, la tonne d’informations que l’on reçoit, on peut facilement se retrouver sans rien d’intéressant à dire. Pour remédier au problème, Keljob vous indique les 5 questions qui fonctionnent pour tous les postes.

1 Quelles sont les attentes autour du poste ?


Avec ce type d’interrogation, le candidat réaffirme son intérêt pour le poste. « C’est une façon d’en savoir plus sur ce que l’employeur attend du candidat au-delà de l’annonce », explique Emmanuel Stanislas du cabinet Clémentine. Les questions plus ciblées sont aussi possibles, comme celles proposées par Audrey Brichant, manager senior chez Walters People : « Quel est le chiffre d’affaires à atteindre pour un commercial ? Quels résultats devra obtenir un responsable marketing sur un projet ? Quel sera le volume de factures à traiter pour un comptable ? Quel est le volume portefeuille de fournisseurs à gérer pour un responsable des achats ? » Autant d’informations qui vous permettront de définir les objectifs de l’entreprise vis-à-vis de la fonction.
"Ces informations pourront vous aider à ajuster votre discours et à déterminer les compétences à mettre ensuite en valeur." 

2 Sur quels éléments du poste me conseilleriez-vous d’être vigilant ?


 « C’est une question qui convient à tous les profils, quelles que soient leurs responsabilités, lorsque l’entretien se déroule avec un manager, explique Gilles Payet, auteur du livre Réussir ses entretiens d’embauche aux éditions Prat. En la formulant, le candidat sollicite une hiérarchie des compétences mentionnées dans l’annonce et, parallèlement à cela, s’informe des difficultés éventuelles auxquelles il pourrait être confronté. » En y répondant, le recruteur pourra vous renseigner sur les erreurs commises par votre prédécesseur. Une aubaine dans la mesure où ces informations pourront vous aider à ajuster votre discours et à déterminer les compétences à mettre ensuite en valeur au cours de l’entrevue.
 

3 Quelle est l’évolution du poste dans les 5 prochaines années ?


Les recruteurs voient toujours d’un bon œil les candidats qui montrent leur envie de s’impliquer dans l’entreprise. « Comme la réponse n’est pas dans l’annonce, cette question est à la fois intéressante et pertinente, puisqu’elle montre que le candidat se projette déjà dans la structure », explique Gilles Payet. Par ailleurs, vous vous renseignez de façon indirecte sur les projets et la stratégie de développement de l’entreprise. De cette manière, il vous sera plus facile de déterminer si votre carrière prendra ou non son envol au sein de la société et si, au final, vous souhaitez la rejoindre.
 

4 Que pensez-vous de ma candidature ?


« Cette question donne au candidat la possibilité de connaître la valeur de son parcours et de récupérer des informations sur les éléments qui ont fait qu’il a été retenu parmi toutes les candidatures reçues », analyse Gilles Payet. Pour Emmanuel Stanislas, « en la posant, le candidat prouve qu’il est ouvert à la critique dans la mesure où il se soumet à une évaluation. Et si ses explications n’ont pas été claires au cours de l’entrevue, il a également l’opportunité de revenir sur certains points et de modifier la perception que le recruteur a de lui. » Évidemment, vous la réserverez pour la fin d’entretien avec le sourire, d’autant que le recruteur ne s’y attendra pas nécessairement. Et si votre interlocuteur vous répond franchement et de manière précise, « cela signifie qu’il est intéressé par la candidature et que l’on peut se préparer à l’entretien suivant », analyse Gilles Payet.
 

5 Me recontacterez-vous pour la suite ou dois-je revenir vers vous ?


Il est normal que vous souhaitiez en savoir plus sur la suite du processus de recrutement. C’est une question qui viendra donc clôturer votre rendez-vous. Si le recruteur précise qu’il reprendra contact avec vous de son propre chef, « il devra aussi vous indiquer une date à partir de laquelle vous pouvez espérer une réponse, note Gilles Payet. Si vous n’avez aucune nouvelle, vous êtes en droit de le relancer », dans la mesure où il s’est engagé à le faire. Vous pouvez également lui demander de vous tenir informé plus rapidement en lui expliquant que vous devez donner des réponses à d’autres offres d’emploi. À condition que ce soit vrai...

La rédaction