Ce qu'il faut savoir avant un entretien d'embauche

Le meilleur moyen de réussir un entretien d’embauche, c’est de se préparer. Non seulement en récoltant un maximum d’infos sur l’entreprise et le poste, mais aussi en se renseignant sur le processus de recrutement. Découvrez comment avoir toutes les infos en main et impressioner les recruteurs.

Le type d’entretien


Lors de la prise de rendez-vous ou du mail de confirmation, le type d’entretien auquel vous serez confronté sera parfois indiqué : individuel ou collectif, avec ou sans tests d’évaluation de type assessment center, etc. « Vous devez avoir les idées claires concernant le processus de recrutement, estime Yasmina Hardy, du cabinet HaY Coaching. Cet entretien est-il le seul programmé au préalable à une embauche, ou sera-t-il suivi d’autres ? » On ne se prépare pas à une épreuve de fond comme on travaille un sprint. Si le détail de l’entretien n’est pas toujours donné explicitement, vous pouvez ruser pour l’obtenir, assure la coach professionnelle Bérangère Touchemann : « Par téléphone, prétextez le fait d’avoir à vous organiser pour avoir une estimation de la durée de l’entretien par exemple. »
"Si c’est un profil RH qui s’occupe de l’entretien, il cherchera plus à juger de votre potentiel sur le long terme et votre savoir-être. Un opérationnel est plus dans le savoir-faire immédiat des candidats."

L’identité et la fonction de vos interlocuteurs.


Il est également important de savoir qui va mener l’entretien. Là encore, cette information vous sera généralement communiquée lors de la prise de rendez-vous. Si le nom n’est pas précisé mais seulement la fonction, une recherche Internet doit vous aider. Exemple : « chargé de recrutement + entreprise X » via un moteur de recherche. « Si c’est un profil RH qui s’occupe de l’entretien, il cherchera plus à juger de votre potentiel sur le long terme et votre savoir-être. Un opérationnel est plus dans le savoir-faire immédiat des candidats », note Bérangère Touchemann. Sur Internet toujours, vous pouvez consulter le profil LinkedIn ou Viadeo du recruteur. « Par exemple, si vous voyez qu’il a plutôt eu un parcours universitaire, ce n’est pas idéal de mettre en avant votre parcours en école, ou inversement », fait remarquer Michaël Moyal, du cabinet de conseil Moyal Partners.
 

La culture de l’entreprise


Bon à connaître aussi : la culture de l’entreprise, pour adapter votre présentation. « Dans le choix de la tenue, si c’est vous postulez dans une start-up jeune, le costume-cravate ou tailleur strict n’est pas forcément nécessaire », constate Bérangère Touchemann. Dans les grandes entreprises en revanche, l’habillement classique reste exigé. « Sur Internet, vous pouvez vous renseigner sur cette culture maison, voir comment l’entreprise communique sur les réseaux sociaux, comment elle est perçue dans des articles de presse », note Michaël Moyal.
 

Un maximum d’éléments sur l’entreprise


Bien sûr, il vous faudra travailler l’entretien en amont avec la recherche d’un maximum d’informations sur l’entreprise : sa taille, son secteur d’activité, ses clients, ses projets… Autant d’éléments présents sur le Net via le site de l’entreprise, la presse ou les réseaux sociaux. « Ils vont vous permettre de travailler la cohérence de votre candidature : en quoi puis-je lui être utile ? Quelles compétences mettre en avant ? », développe Bérangère Touchemann. Si le recruteur voit que vous avez pris des renseignements sur l’entreprise et que vous avez adapté votre discours à celle-ci, une relation de confiance pourrait s’installer entre vous.
 

Les prétentions salariales appropriées


Il ne faut pas vous sentir désarçonné si le recruteur en vient à vous demander vos prétentions salariales. « Il faut bien les étudier avant, juge Yasmina Hardy. Vous pouvez vous renseigner sur la politique salariale en vigueur via la convention collective de la branche professionnelle concernée et des indicateurs présents sur Internet. » Des prétentions salariales à présenter sous forme de fourchette, pour laisser libre cours à la négociation, et le plus souvent en salaire annuel brut.
 

Et la base… le lieu précis et l’horaire du rendez-vous


Une adresse mal renseignée, un temps de trajet sous-évalué : c’est la quasi-assurance d’un rendez-vous manqué. « S’informer sur l’endroit précis où aura lieu l’entretien est la base : pas seulement une adresse, mais le bâtiment exact pour éviter de se perdre dans les dédales de couloirs. Si possible, repérez les lieux et essayez d’arriver un peu avant l’heure convenue : pas plus d’une dizaine de minutes non plus pour éviter de développer du stress en salle d’attente », conseille Yasmina Hardy. Généralement, ces infos vous seront transmises. En cas de doute, un petit coup de fil au secrétariat de l’entreprise peut servir : « Pourriez-vous m’indiquer la station de bus la plus proche ? »

La rédaction