Ces mots à la mode qui font tache sur votre CV

Pour les CV aussi, il y a des modes. Elles s’expriment souvent dans la présentation du document, mais aussi dans le contenu. Deux experts du recrutement passent en revue ces mots que les candidats adorent mais qui s’avèrent contre-productifs.

« Beaucoup de candidats ont cette manie de vouloir placer un maximum de mots qui rentrent dans le champ lexical professionnel mais qui ont un sens bien trop large. Au final, ils ne veulent absolument rien dire », explique Valérie Sablé, directrice associée chez Robert Half. Par exemple, en ce moment les candidats usent et abusent du mot expert. Et pourtant « c’est un terme qui peut poser problème, constate Mehdi Lebel, du cabinet Hays. D’une part parce qu’il ne correspond à rien s’il n’est pas rattaché à une activité précise, mais aussi parce qu’il peut apparaître comme trompeur, voire mensonger. » La raison : un jeune diplômé se présentant comme expert a de fortes chances de ne pas vraiment en être un, puisque selon Mehdi Lebel, « dans la sphère professionnelle, ce terme s’applique en général à partir de quinze ans d’expérience dans un domaine. »
"À force de voir ces mots, les recruteurs n’y prêtent plus attention et votre candidature risque de faire un flop."

Oubliez les mots-clés trop généralistes


Valérie Sablé voit également passer beaucoup de candidats se présenter comme des "consultants", des "managers" ou des "chefs de projet" et oublier d’aller à l’essentiel. « Annoncer qu’on est chef de projet, c’est très bien, mais l’important pour un recruteur c’est d’en savoir plus sur les projets en question. » Mehdi Lebel approuve et précise : « Les mots ne doivent pas flotter mais être rattachés à des données précises : chef de projet ayant réussie telle mission, manager ayant amélioré le chiffre d’affaires de tant de pourcentage, etc. »
 

Un "word code" inspiré du dress code


 « Attention aussi à adapter son langage à l’entreprise convoitée, prévient Valérie Sablé. Si on postule pour un grand groupe international, on peut angliciser avec des termes tels que meeting, reporting ou management. Si on s’adresse à une PME, mieux vaut éviter. » C’est ce qu’elle appelle le "word code", fonctionnant selon le même principe que le dress code.
 

Un dictionnaire des synonymes pour éviter les platitudes


S’agissant des qualificatifs génériques tels que "dynamique", "créatif" ou "motivé", Valérie Sablé conseille de les utiliser avec parcimonie. « Il faut se mettre à la place des recruteurs : à force de voir ces mots, ils n’y prêtent plus attention et votre candidature risque de faire un flop. » Que préconise-t-elle alors ? « Apporter de la nuance dans le choix des mots pour montrer qu’un effort a été fait. Personnellement, j’ai sur mon bureau un dictionnaire des synonymes qui me permet d’apporter du relief à mes phrases. » Aux candidats de s’en inspirer pour faire sortir leur CV de la masse, illustre Mehdi Lebel : « Plutôt que de me dire qu’il est créatif, un candidat peut me dire qu’il est inventif et me décrire précisément les choses nouvelles qu’il a mis en place à son poste précédent. »

La rédaction