Comment décrocher un job sur un salon ? 2e partie

Qui recrute sur les salons ?
Les salons emploi représentent un coût important pour les entreprises, ce sont donc surtout dans les filières où les candidats se font rares que les employeurs y ont recours pour recruter. « Les salons emploi sont beaucoup fréquentés par les employeurs qui souffrent d’un déficit d’image, notamment dans le BTP, le gardiennage ou la restauration », précise Jacques Coignard, directeur associé d’Eos Conseil.
Les salons emploi sont aussi l’occasion pour des entreprises peu médiatisées de se faire connaître car celles-ci manquent souvent de candidatures. « Dans le secteur informatique, par exemple, les grands groupes recrutent peu sur ces événements, tandis que les petites SSII cherchent à y diversifier leur vivier de candidats », remarque Jacques Coignard. Donc ne vous focalisez pas uniquement sur les employeurs stars, auprès desquels les candidats se pressent. Intéressez-vous aussi aux entreprises moins connues, qui auront plus de temps à vous consacrer.
En revanche, sachez que les employeurs qui n’ont pas de mal à séduire, comme dans la communication, le luxe, ou la culture, misent rarement sur les salons emploi pour recruter. Les salons professionnels sont alors la meilleure option pour les rencontrer.
Quand les salons se font virtuels
Avec l’essor du Web 2.0, les salons emploi en ligne se sont multipliés. Inspirés des jeux vidéo, ils permettent aux candidats et aux recruteurs de prendre la forme d’avatars et de se rencontrer dans un environnement 3D, via des chats ou des échanges d’e-mails. La formule séduit de plus en plus. Pourraient-ils un jour faire de l’ombre aux salons classiques ? Ce n’est pas l’avis de Liliane Helt, du cabinet Carrières Conseils : « la plupart des recruteurs fonctionnent au feeling. Or saisir la personnalité d’un candidat à distance est loin d’être évident. »

Qui recrute sur les salons ?


Les salons emploi représentent un coût important pour les entreprises, ce sont donc surtout dans les filières où les candidats se font rares que les employeurs y ont recours pour recruter. « Les salons emploi sont beaucoup fréquentés par les employeurs qui souffrent d’un déficit d’image, notamment dans le BTP, le gardiennage ou la restauration », précise Jacques Coignard, directeur associé d’Eos Conseil.
Les salons emploi sont aussi l’occasion pour des entreprises peu médiatisées de se faire connaître car celles-ci manquent souvent de candidatures. « Dans le secteur informatique, par exemple, les grands groupes recrutent peu sur ces événements, tandis que les petites SSII cherchent à y diversifier leur vivier de candidats », remarque Jacques Coignard. Donc ne vous focalisez pas uniquement sur les employeurs stars, auprès desquels les candidats se pressent. Intéressez-vous aussi aux entreprises moins connues, qui auront plus de temps à vous consacrer.
En revanche, sachez que les employeurs qui n’ont pas de mal à séduire, comme dans la communication, le luxe, ou la culture, misent rarement sur les salons emploi pour recruter. Les salons professionnels sont alors la meilleure option pour les rencontrer.

Quand les salons se font virtuels


Avec l’essor du Web 2.0, les salons emploi en ligne se sont multipliés. Inspirés des jeux vidéo, ils permettent aux candidats et aux recruteurs de prendre la forme d’avatars et de se rencontrer dans un environnement 3D, via des chats ou des échanges d’e-mails. La formule séduit de plus en plus. Pourraient-ils un jour faire de l’ombre aux salons classiques ? Ce n’est pas l’avis de Liliane Helt, du cabinet Carrières Conseils : « la plupart des recruteurs fonctionnent au feeling. Or saisir la personnalité d’un candidat à distance est loin d’être évident. »

La rédaction