Comment préparer un pitch percutant pour retenir l'attention des recruteurs ?

Le pitch est une technique de présentation courte visant à marquer les esprits. S’il a d’abord été imaginé pour les entrepreneurs, il serait dommage de ne pas s’en servir dans sa recherche d’emploi, pour obtenir un entretien d’embauche ou un contact. Plusieurs professionnels vous expliquent comment le construire pour captiver vos interlocuteurs.

Imaginez-vous dans un ascenseur en compagnie d'un employeur potentiel. Vous n'avez que 30 secondes montre en main pour vous présenter et surtout, retenir son attention. Impossible, pensez-vous ? Au contraire ! Conceptualisé aux États-Unis, ce type de discours ultracourt et impactant porte un nom : l'elevator pitch, soit « se lancer dans l'ascenseur ». Une méthode efficace pour marquer les esprits en un minimum de temps à condition de respecter certaines règles. « Une fois appréhendée, cette formule fonctionnera aussi bien pour des discours de trente secondes que des speechs de trente minutes », relève Dominique Lemaire, directeur national de l'IFAG, école de management spécialisée dans l'entrepreneuriat.
"La plupart des candidats veulent tout dire d'entrée de jeu. Or, ce qui importe en introduction est davantage de donner envie à l'autre d'aller plus loin."

Posez-vous les bonnes questions


Avant de vous lancer dans la rédaction, quelques questions s'imposent. Premièrement : quel est l'objectif exact de votre pitch ? S'agit-il d'amener votre interlocuteur à vous faire rencontrer une autre personne ou simplement de lui donner envie de prolonger l'entretien ? Ensuite, quel est votre message ? Souhaitez-vous mettre en avant votre motivation ou faire valoir votre expertise ? Lorsque c'est possible, renseignez-vous sur les besoins de l'entreprise pour savoir en quoi vous pourriez lui être utile et quelle serait votre valeur ajoutée. Limitez-vous quoi qu'il en soit à 250/300 mots au total. Comme le précise Marie Albaret, fondatrice du cabinet Talented Minds : « chaque pitch est bon s'il est personnalisé et adapté à son interlocuteur à l'instar d'une démarche commerciale. »
 

Première phase l'accroche


Que ce soit pendant un salon emploi, un speed recruiting où au cours d'une session de networking lors d'une conférence par exemple, se pitcher est un exercice qui ne s'improvise pas. « L'entrée en matière est déterminante car la première impression laissée à votre interlocuteur est souvent celle qu'il retiendra, témoigne Christine Morlet, conférencière professionnelle spécialiste de l'influence positive. La plupart des candidats veulent tout dire d'entrée de jeu. Or, ce qui importe en introduction est davantage de donner envie à l'autre d'aller plus loin dans une formule originale en lui fournissant un bénéfice. Pas plus de 25 mots pour le projeter vers l'étape suivante. Une sorte d'accroche conceptuelle comme dans une publicité : aujourd'hui j'enlève le haut, demain le bas ! »
 

Une idée = un bénéfice


Puisque vous avez peu de temps devant vous, concentrez-vous sur une ou deux idées maximum. « Une idée est égale à un bénéfice », note Christine Morlet. En d'autres termes, quelle est votre promesse ? « Si par exemple vous travaillez à la réception d'un hôtel, expliquez que lorsque les clients s'adressent à vous, vous arrivez à leur vendre des nuits en leur fournissant une excellente impression. » Si vous êtes commercial, indiquez que vous augmenterez les ventes de 10 % sur l'année. « En utilisant des verbes d'action comme agir, parcourir, développer, gagner... », ajoute Georges Nikakis, directeur Executive Education chez IPAG Business School.
 

Valider votre valeur ajoutée par une preuve tangible


Troisième temps fort de votre pitch, la preuve tangible de ce que vous avancez. Il peut s'agir d'une première expérience valorisante ou bien d'études qui vous permettront de valider la valeur ajoutée que vous pensez apporter. Pour Dominique Lemaire, « une expérience en milieu associatif ou sportif est tout aussi pertinente pour montrer la personnalité et l'identité même du candidat. »
 

Dernier stade : la phase d'engagement


Comme le début de votre pitch, la conclusion recèle une importance cruciale. Objectif : donner envie à la personne en face de vous d'aller au-delà de cette première entrevue. Cette phase d'engagement se conclura par un appel à l'action, à savoir : solliciter un rendez-vous dans les prochains jours ou semaines à venir ou encore, demander une carte professionnelle.
 

Entraînez-vous pour soigner votre communication non verbale


Tout comme le fond, la forme a son importance. Soignez votre ton et votre débit. Si vous parlez vite, marquez des poses. Geste, position du visage ou regard, pensez également à contrôler votre communication non verbale en vous entraînant soit face à votre miroir, « soit directement devant l'un de vos proches ou entre candidats, indique Georges Nikakis. Car eux n'hésiteront pas à vous dire la vérité. »
 

La rédaction