Comment relancer un recruteur ?

Votre candidature est restée lettre morte et vous ne tenez plus en place ? N’hésitez pas à relancer le recruteur ! Mode d’emploi avec Keljob.

Occupez le terrain !


« Rappeler, c’est déjà sortir du lot. » Louis Grümmer, associé-fondateur du cabinet de recrutement ABC For Value, constate que les candidats ont encore bien du mal, dans leur majorité, à relancer les recruteurs . Pourtant, cette étape est cruciale car elle est à la fois un facteur de motivation et un bon moyen de savoir où en est sa candidature, voire de la fortifier en apportant des éléments nouveaux.
« La démarche du candidat est commerciale, il doit aller vers l’acheteur de compétences. » En demeurant proactif, vous ne perdez pas la main dans votre jeu de séduction, et vous faites gagner du temps à votre interlocuteur.

Téléphone : la qualité des appels avant la quantité


Avec le téléphone, vous traitez en direct, il n’y pas d’erreur possible. C’est un bon moyen de vous assurer que votre dossier est arrivé à bon port et a été adressé à la personne directement concernée par le recrutement.
Si vous n’avez pas le bon responsable au bout du fil ou que ce dernier est occupé, rappelez ! La relance par téléphone vous permet de savoir où en est votre candidature dans le processus de recrutement, mais aussi d’évaluer votre pourcentage de chance : des entretiens ont-ils déjà eu lieu ? Des candidats ont-ils déjà été sélectionnés ? Vous pouvez également proposer d’envoyer un complément d’informations, surtout si vous êtes en ballotage : - Vous êtes en déplacement dans la région où se trouve l’employeur ? Même si votre CV n’a pas entièrement convaincu le recruteur, ce dernier profitera peut-être de cette opportunité pour vous rencontrer.- Vous complétez votre CV en parlant d’une réalisation qui peut intéresser.- Vous laissez un lien vers l’université ou l’école dont vous êtes issu.- Vous manifestez des points d’intérêt par rapport au recrutement…Si vous n’êtes pas retenu, profitez-en pour en connaître les raisons. « Utilisez les critiques constructives pour vos prochains entretiens ou pour améliorer votre CV », conseille Louis Grümmer.

Le mail : une arme à double tranchant


Si vous n’êtes pas à l’aise au téléphone, vous pouvez utiliser le mail pour appuyer votre candidature ou simplement prendre des nouvelles sur votre positionnement dans le processus de recrutement.
C’est aussi une façon de contourner l’obstacle des assistantes, qui ont souvent pour consigne de filtrer les appels ! « Si le recruteur est débordé, il est préférable d’utiliser le mail pour le joindre, mais sans en abuser », avance Jean-Christophe Thibaud, dirigeant et fondateur du cabinet de recrutement et de coaching Lectia. Selon lui, les informations importantes doivent figurer dans un mail, reprenant un vieil adage selon lequel « les paroles s’envolent, mais les écrits restent ».
En revanche, si votre expression écrite laisse à désirer ou que vous êtes mauvais en orthographe, cet outil peut vous jouer de mauvais tours…

Relancez sans être trop lourd


Il ne faut pas confondre relance et harcèlement. Toute la subtilité consiste à trouver un équilibre entre la relance utile et celle qui fait pencher la balance du mauvais côté. Si le recruteur se sent persécuté, vous aurez obtenu au moins une chose : il mémorisera votre nom, mais pour de mauvaises raisons !
Une fois que vous avez eu la personne ad hoc au bout du fil ou par courriel, validez avec elle la suite des opérations et respectez les délais établis avec elle. Si elle vous demande de la recontacter dans huit jours, c’est huit jours, et pas trois. Votre interlocuteur a aussi des contraintes et des urgences à gérer, et bien souvent il ne décide pas seul des candidats à recruter.Réfléchissez aussi aux arguments que vous souhaitez mettre en avant. Le téléphone n’est pas un simple jouet. Si votre appel est pertinent, le recruteur aura envie de vous convoquer. « Le rappeler dix fois pour la même chose sans faire de propositions, cela n’a pas grand intérêt », avertit Louis Grümmer.
Restez toujours courtois. Que ce soit par mail ou par téléphone, n’adoptez pas un ton agressif ou déçu sous prétexte que vous avez attendu trop longtemps une réponse. Vous n’êtes pas en position de jouer les matamores. Conduisez-vous plutôt en professionnel en démontrant votre intérêt et votre motivation pour le poste en jeu.
Attention cependant à ne pas donner l’impression que vous dépendez de cet emploi. Cette situation d’urgence pourrait nuire à votre candidature.
 

La rédaction