CVthèque : comment se faire repérer par les recruteurs ?

Bon nombre de recruteurs partent à la recherche de candidats dans les CVthèques avant de publier une annonce. Vous avez donc tout intérêt à soigner les CV que vous déposez en ligne. Trois experts vous expliquent comment faire ressortir votre candidature dans ces banques de CV.

Les CVthèques, vous connaissez ? Derrière ce mot barbare se cache les bases de données qui regroupent les CV que vous déposez en ligne. Les recruteurs en entreprise et les consultants des cabinets de recrutement utilisent différentes CVthèques : celle de leur entreprise et celles des sites emploi.
Pour isoler les bons profils, les recruteurs utilisent les moteurs de recherche, dont ils affinent peu à peu les résultats. « Nous utilisons des mots-clés de plus en plus ciblés, en fonction du secteur, de la mission, du poste… », explique Thomas Coste consultant pour le cabinet CCLD Recrutement. Il y a donc quelques astuces à connaître pour donner toutes ses chances à votre candidature d’être trouvée.

Le titre du CV : un élément de 1ère importance


Donner un titre à son CV est sans aucun doute la première des précisions à apporter à une candidature déposée en ligne. « Il permettra à un CV de ressortir beaucoup plus facilement et attirera l’œil du recruteur », assure Amanda Abikzir, porte-parole du groupe Transition. Si les moteurs de recherche permettent d’extraire les mots-clés présents à l’intérieur du document, il est plus prudent d’utiliser le titre également comme nom de ficher.
Contrairement à une réponse à une offre d’emploi où vous utilisez l’intitulé de l’annonce comme titre, pour que votre CV remonte plus facilement, mieux vaut opter pour le titre le plus couramment employé pour désigner la fonction que vous convoitez. Par exemple « chargé de communication » plutôt que « chargé de communication externe ».
Claude Baratay, gérant du cabinet Bream et Laanaia, tempère : « tout dépend de la volonté du candidat d’ouvrir ou non son champ de compétences. S’il veut qu’on ne le trouve que pour une expertise donnée, c’est ce qu’il doit préciser. »

Un CV comme vous n’en avez jamais fait


L’utilisation de mots-clés permet de différencier son CV des autres. Il ne faut donc pas hésiter à détailler ses missions, préciser son secteur d’activité, mentionner le nom de ses précédentes entreprises… « Pour un chef de projet informatique, on peut obtenir 1 000 CV. Si l’on précise une spécialité dans un langage informatique, ce chiffre descend à quelques dizaines », illustre Claude Baratay.
Pour correspondre à différents critères de recherche, utiliser plusieurs versions de son CV peut également être une bonne tactique. « Deux ou trois CV maximum peuvent permettre de mieux être repéré par un employeur », confirme Claude Baratay.
Paul-Emile Taillandier, fondateur du cabinet Talents-Clés Conseil, insiste sur l’importance de différencier le CV que l’on dépose sur un site de celui que l’on va envoyer pour répondre à une offre. « Le premier, plus général, doit être une fiche synthétique de son parcours professionnel tandis que le second doit être adapté à l’offre d’emploi », explique-t-il.

Réussir le challenge de précision et de la concision


Une fois la recherche dans les CVthèques effectuée, quelques secondes suffisent aux recruteurs pour écarter certains CV. « On sait qu’un CV qui tient en quelques lignes va devoir être approfondi pour savoir s’il correspond au profil recherché, avoue Thomas Coste. En cabinet de recrutement, nous prenons parfois le temps de le faire mais c’est moins souvent le cas en entreprise, où les responsables RH occupent d’autres fonctions.»
Afin de taper dans l’œil des recruteurs, le mieux reste donc de rédiger un CV le plus complet possible, tout en étant synthétique. Inutile, en effet, d’écrire un CV de plusieurs pages. Cela refroidirait d’emblée les recruteurs
Ces CV qui ne peuvent pas être trouvés par les recruteurs   Mauvais intitulé de CV. Le nommer « CV » est le meilleur moyen pour qu’il disparaisse dans les méandres des CVthèques. « Dans ce cas, nous sommes obligés de chercher la dernière expérience qui parfois ne correspond pas au poste », observe Amanda Abikzir.   Titre trop vague. La fonction de « consultant » peut correspondre à de nombreux postes. Précisez plutôt : « consultant en recrutement », « consultant en management », « consultant SAP »…   Des mots-clés vides de sens. Des expressions telles que « motivé », « proactif » ou « dynamique », trop souvent utilisées dans les CV, peuvent sonner creux pour les recruteurs et ne constituent pas des critères de recherche.

La rédaction