Comment survivre à une mauvaise ambiance de bureau ?

Rien de pire qu’un chef ou des collègues qui vous tapent sur les nerfs. Ça vous gâche la vie au travail et peut même vous démotiver. On vous propose donc quelques pistes pour vous sortir de cet enfer.

Prenez votre part de responsabilité


Votre manager est invivable, l’organisation lamentable, les délais intenables, vos collègues insupportables, et vous êtes blanc comme neige ? Les choses sont rarement aussi nettes, comme le souligne la coach en développement personnel Sylvie Simon : « Il est facile de se dire que c’est de la faute des autres et d’oublier qu’on peut soi-même être un élément qui participe à générer ou entretenir cette ambiance. Se dire "je n’y peux rien, c’est à cause des autres", ne va rien améliorer. Vous ne pouvez pas forcer les autres à changer et vous ne pouvez pas toucher à ce qui a trait au fonctionnement de l’entreprise, mais vous pouvez agir sur vous-même, sur votre façon d’appréhender les choses et sur le stress que la situation génère en vous. »
Lire la suite : Repérer les 4 types de faiseurs d'embrouilles au bureau
 

Tentez d’améliorer la situation


Y a-t-il quelque chose que vous puissiez faire à un niveau individuel, des initiatives qui pourraient permettre de redresser la barre ? « Il peut s’agir d’organiser un événement ou simplement de manger ensemble, explique Sylvie Simon. Chacun peut contribuer à son niveau. » Amélie Motte, chief happiness officer de la Fabrique Spinoza, conseille la stratégie des petits pas : « vous n’allez pas forcément aller directement vers le collègue avec qui vous êtes en conflit. Mais vous pouvez aller voir ceux avec qui ça se passe bien. » Le tout sans tomber dans un système de cliques où tout le monde se monte les uns contre les autres !
 
"Chercher le positif demande un effort car cela va à l’encontre de notre tendance naturelle d’être humain, pourtant cela peut tout changer."
 

Concentrez-vous sur le positif


Malgré ce qu’on a tendance à croire lorsqu’on est enfermé dans une situation difficile, il est rare que tout soit entièrement négatif. « Chercher le positif demande un effort car cela va à l’encontre de notre tendance naturelle d’être humain, pourtant cela peut tout changer. Qu’est-ce qui vous plaît dans votre travail ? Avec quelles personnes prenez-vous du plaisir à être en contact ? Qu’apprenez-vous ? Qu’accomplissez-vous ? Y a-t-il un sens à ce que vous faites ? » se demande Amélie Motte. Même s’il peut s’agir de petites choses, choisir de voir le bon côté changera votre état d’esprit et vous aidera à supporter et améliorer la situation.
 

Osez communiquer


« Dans les difficultés relationnelles, il y a beaucoup de quiproquo et de gens qui se font des films, qui se projettent dans des situations qui ne reflètent pas la réalité, déplore Sylvie Simon. On pense que ça se rapporte à nous alors que ce n’est souvent pas le cas. » Oser approcher un collègue, surtout si on ne s’entend pas avec lui, pour lui dire "j’ai l’impression que ça ne va pas aujourd’hui, j’y suis peut-être pour quelque chose, est-ce que je me trompe ? Pouvons-nous en parler ?", est une démarche qui demande énormément de courage et d’ouverture d’esprit, mais qui peut accomplir des miracles ! N’hésitez pas à suggérer un dialogue constructif entre les différents partis concernés, en laissant l’ensemble des personnes exposer leur ressenti, mais surtout sans juger ni imposer votre point de vue.
 

Tournez-vous vers vos passions personnelles


Le travail ne doit jamais être la seule chose d’importance dans votre vie, mais c’est d’autant plus vrai lorsqu’il se passe mal. Vous devez retrouver dans d’autres aspects les éléments qui vous manquent professionnellement. « Si vous manquez d’autonomie dans votre travail et que vos tâches sont répétitives, cherchez à nourrir votre liberté en-dehors de la sphère professionnelle, par exemple à travers une activité artistique qui va vous permettre d’exprimer votre créativité », illustre Amélie Motte. Si l’aspect très hiérarchisé de votre équipe vous pèse, pourquoi ne pas vous lancer dans des engagements associatifs en devenant représentant des parents d’élève dans l’école de vos enfants afin de pouvoir faire des suggestions et prendre des initiatives ?
 

Faites-vous aider


Difficile d’identifier précisément ce qui ne va pas quand on a le nez dans le guidon ! Les ressources ne manquent pas sur Internet (études, conseils, vidéos Youtube…) et vous pouvez parler de la situation à votre entourage, voire vous tourner vers un professionnel, coach, formateur ou psychologue.
 
Et bien sûr, n’oubliez pas que vous pouvez aussi aller voir ailleurs. Commencez par exemple par créer une alerte pour recevoir des offres d’emploi qui vous intéressent. Car si se lancer dans la recherche d’un nouveau poste peut faire peur, lorsque le mal-être atteint un certain seuil, mieux vaut prendre le risque avant d’en arriver au burn-out. 
 

La rédaction