Commerciaux : les 6 erreurs les plus courantes dans vos CV

Si les commerciaux savent généralement se vendre, ils ne sont pas à l’abri de maladresses lorsqu’il s’agit de leur CV. Des recruteurs détaillent pour Keljob les erreurs qu’ils retrouvent fréquemment dans les candidatures de profils commerciaux.

1 Une absence de réalisations


C’est une des erreurs les plus courantes et c’est aussi la plus regrettable dans les CV commerciaux : présenter son parcours en se basant sur ses missions et non ses réalisations. La rubrique Expérience devient alors une description de poste. « Plutôt que d’expliquer qu’on a fait de la prospection, élaboré des offres et signé des contrats, ce que font tous les cadres commerciaux, il est plus pertinent et efficace d’indiquer ses réalisations commerciales et la typologie de ses clients, le rythme des visites hebdomadaires, le pourcentage des objectifs atteints », juge Pierre-Yves Grangier, consultant chez Michael Page. « Le manque d’informations chiffrées est rédhibitoire. Le CV d’un commercial doit comporter des mesures de réussite », explique Cyril Capel, co-fondateur de CCLD recrutement.
Évitez les phrases d’accroche qui ne veulent rien dire : "je suis le vendeur qu’il vous faut" ou "prêt à relever tous vos défis commerciaux !".

2 Dévoiler les secrets de son employeur actuel  ou précédent


La divulgation de certains éléments peut aussi être préjudiciable. « Il ne faut pas non plus aller trop loin dans les éléments chiffrés : préciser la marge dégagée par son entreprise est une information beaucoup trop confidentielle pour être communiquée dans un CV », souligne Pierre-Yves Grangier. Si vos résultats relèvent du secret professionnel, tout n’est pas perdu pour autant. « Le commercial peut donner le pourcentage des objectifs atteints, le nombre de rendez-vous clients pris par semaine ou par mois. Dans certains secteurs, comme l’immobilier, le volume de visites entraîne automatiquement un volume de ventes c’est donc un indicateur », propose Cyril Capel.
 

3 Des chiffres mal maîtrisés


Les chiffres sont des éléments clés des candidatures pour des profils vente/commerce, il faut donc être très précis dans la façon de les communiquer. « Certains commerciaux font état d’informations chiffrées mais sans les maîtriser vraiment. Ils n’indiquent pas si ce sont des résultats net ou brut, hors taxe ou TTC, ou ce que concerne réellement un pourcentage d’augmentation », ajoute David Guyot, manager chez Fed Business. Cyril Capel prévient : « un commercial doit pouvoir expliquer une information chiffrée, puisque le recruteur ne manquera pas de l’interroger à ce sujet pendant l’entretien d’embauche. »
 

4 Un intitulé trop vague


Le piège du titre trop vague touche aussi les commerciaux. « En restant généralistes, ils pensent avoir accès à beaucoup plus d’opportunités. Rien n’est moins vrai », d’après Pierre-Yves Grangier. Un en-tête explicite permettra de positionner votre recherche d’emploi et de déterminer à la fois votre expertise commerciale et le secteur d’intervention. Et « c’est cela qui permettra au commercial de décrocher un poste », note le consultant. Au "commercial à la recherche d’un emploi dans le B to B, préférez le "technico-commercial bilingue anglais dans la plasturgie". Car en restant trop global, « le CV du commercial ne ressortira pas dans les recherches effectuées par les recruteurs dans les CVthèques », explique Cyril Capel. Posez-vous la question de ce que vous devriez taper pour que votre CV apparaisse sur la Toile : cela vous aidera à trouver le bon titre.
 

5 Une citation maladroite


« Au lieu de mentionner en exergue la fonction qu’ils souhaitent occuper, certains reprennent une citation littéraire ou une phrase issue du manuel du parfait commercial », observe David Guyot. En procédant ainsi, ils dénaturent le message et le sérieux de leur CV. De la même manière, évitez les phrases d’accroche qui ne veulent rien dire dans l’encart de tête tel que : "je suis le vendeur qu’il vous faut" ou encore "prêt à relever tous vos défis commerciaux !" Soyez concis et privilégiez un bref descriptif du poste que vous recherchez.
 

6 Une photo déplacée


Enfin, contrairement à ce que beaucoup pensent, « un commercial n’est pas tenu de mettre une photo. Il est préférable de ne rien mettre plutôt que de faire un selfie dans son véhicule pour montrer que l’on est un commercial itinérant ou de poser devant un énorme circuit informatique lorsqu’on est spécialisé dans l’IT », estime Pierre-Yves Grangier. « Les photos déplacées prises le jour du mariage, celles sur laquelle le commercial vous pointe du doigt ou encore celle qui prennent un quart de page, sont fréquentes, observe David Guyot. Cela ne fait ni professionnel, ni sérieux. » Pierre-Yves Grangier rappelle que « l’originalité ne met pas toujours un CV en haut de la pile. » Optez pour la sobriété question photo.

La rédaction