CV : comment parler de ses jobs alimentaires

À la lecture d’un CV, les recruteurs recherchent toujours la cohérence du parcours. Mais pas facile à faire quand, à un moment, on a dû se contenter de jobs alimentaires. Keljob vous explique comment bien les intégrer dans votre candidature.

Vous avez accepté une mission temporaire le temps de trouver un emploi dans votre branche ? Pas de panique, « plus un candidat est transparent sur son parcours, plus le recruteur apprécie », rassure Laetitia Aubert, responsable recrutement pour le cabinet Deloitte. Sur votre CV, dissociez les jobs alimentaires des stages et des autres expériences professionnelles. Classez-les par exemple dans une catégorie "autres expériences". Pour Paul Blanvillain, consultant chez Taylor Made Recrutement : « L’important est de faire ressortir les apports de ces jobs en les présentant de manière synthétique en une voire deux lignes. »
"Le recruteur doit comprendre que vous n'êtes pas inactif. C'est l'une des discriminations qui écarte le plus vite les candidats aujourd'hui."
 

Même pour les profils expérimentés


Pour un jeune diplômé, ces postes disparaîtront progressivement du CV, « au bout de 3/4 ans maximum. Ils y resteront uniquement s'ils ont eu une influence notable sur la suite du parcours », note Paul Blanvillain. Pour des profils plus expérimentés, ce type d'information sera plus valorisant qu'un trou. « Il est fréquent de ne pas trouver tout de suite d'emploi lors d'une recherche. Ce type de mission permet de rester dans un univers et un rythme professionnel. » D'autant que comme le précise Cyril Capel, directeur associé du cabinet CCLD recrutement, « le recruteur doit comprendre que vous n'êtes pas inactif. C'est l'une des discriminations qui écarte le plus vite les candidats aujourd'hui. »
 

Tournez l'expérience en votre faveur


Aperçu du monde professionnel, gestion du stress dans certains secteurs comme la restauration rapide, découverte d’un environnement social différent… À vous d'estimer comment cette expérience peut valoriser votre candidature selon la fonction visée. « Si le poste recherché implique de travailler en équipe, un job alimentaire peut avoir servi à développer cette compétence », témoigne Laetitia Aubert.
 

Et pendant l'entretien ?


« Généralement, c’est le recruteur qui prendra l’initiative d’en parler, relève Laetitia Aubert. Si ce type d’expérience est mentionné dans le CV, il va chercher à savoir pourquoi. » Ou alors, comme l'entretien démarre par une présentation, vous pouvez décider de prendre les devants et le placer à cet instant. « De cette manière, précise Cyril Capel, le candidat aborde rapidement le sujet et peut ensuite mettre en avant les autres expériences plus en rapport avec le poste ciblé. »
 

Les erreurs à ne pas commettre


Méfiez-vous toutefois de ne pas survendre l'expérience. Évitez ainsi les phrases du type "sans moi l'entreprise n'aurait pas pu tenir le coup". Autre comportement à bannir : s'apitoyer sur son sort. « Les recruteurs ne jugeront pas négativement un candidat qui explique avoir pris le job pour des raisons financières. À condition de ne pas rentrer dans le côté larmoyant. À chacun de savoir doser », conclut la responsable de chez Deloitte. 
 

La rédaction