CV expérience professionnelle : comment présenter cette rubrique ?

Pas question de se planter sur la partie Expérience Professionnelle de votre CV, c’est LA rubrique la plus importante pour convaincre un recruteur. Pour vous aider à optimiser votre candidature, voici les bonnes astuces de 5 professionnels du recrutement.

Pour Marlène Lutkefedder, directrice outsourcing de Phone Régie, la rubrique du parcours professionnel est, de loin, la plus importante : « c’est le cœur du CV ! », résume-t-elle. Et pour cause : « elle indique le passé professionnel et les expériences fondamentales qu’un candidat a su développer au cours de sa carrière », explique Françoise Farouz, consultante associée du cabinet JPSC Executive Match. C’est grâce à cette rubrique que le recruteur va s’assurer que les compétences d’un candidat correspondent bien au profil qu’il recherche.

1. Synthétiser


Les employeurs reçoivent plusieurs centaines de CV en réponse à une offre d’emploi. En conséquence, « très souvent, les recruteurs ne lisent que la première demi-page du CV », confie Françoise Farouz. C’est donc sur cette partie qu’il faut réussir à résumer son expérience.
Pour briller dans cet exercice de synthèse, Célia Vedovotto, manager au sein du cabinet Convictions RH, recommande l’utilisation de « verbes d’action qui vont rendre attractive la formulation du parcours. » Un responsable des ressources humaines peut indiquer « gérer les procédures de recrutement » ou « administrer la gestion du personnel »… Un chargé de communication peut préciser « organiser des petits-déjeuners presse » ou « gérer le fichier presse »… L’utilisation des verbes d’action transmet l’idée que le candidat est opérationnel immédiatement.

2. Trier


Pour résumer votre parcours, il va falloir faire des choix. Toutes les expériences ne se valent pas et certaines sont même superflues. « Si le candidat a une expérience dans des domaines différents, il doit développer celles qui sont en rapport avec le poste », conseille Célia Vedovotto. Celles qui le sont moins peuvent faire l’objet d’une rubrique annexe intitulée Expériences complémentaires et être résumées succinctement.
Les jeunes diplômés doivent s’appuyer sur les stages, petits boulots et missions d’intérim effectués au cours de leurs études. Car « une expérience est toujours intéressante ; il faut juste mettre en avant les compétences acquises », rappelle Marlène Lutkefedder. Pour valoriser un job d’été dans un fast-food par exemple, le candidat peut mettre l’accent sur le travail en équipe, la gestion du stress, l’exécution rapide des tâches…
Les profils expérimentés peuvent, eux, envisager d’amputer leur parcours de certaines étapes peu pertinentes. « Il est possible d’insérer ces expériences à la fin de la rubrique ou de les supprimer », confirme Julien Maleinge, co-fondateur du site DoYouBuzz. Cette dernière option peut sembler radicale mais permettra indéniablement de gagner en clarté dans l’agencement du CV.

3. Simplifier


La présentation des différentes étapes professionnelles doit être claire et lisible. Évitez le bla-bla : allez à l’essentiel. « Le candidat peut indiquer l’intitulé du poste ou de la mission, le descriptif des tâches effectuées sous forme de puces ainsi que le nom de l’entreprise », précise Julien Maleinge.
N’hésitez pas à indiquer le nom de la société et son activité si elle est peu connue. « Mettre une ligne sur le descriptif de l’entreprise dans laquelle on a travaillé peut être intéressant, surtout si elle évolue sur un marché de niche », ajoute-t-il. S’il vous reste de la place, « vous pouvez également mettre le nom de la personne auprès de laquelle le recruteur peut vérifier l’expérience », suggère Célia Vedovotto.

4. Illustrer


On ne peut pas faire l’impasse sur les exemples et les chiffres lorsqu’on évoque ses réalisations professionnelles. Ces précisions viennent crédibiliser votre propos. « Il faut donner des indications de performance », confirme Alain Mlanao, managing director chez Robert Walters. Un chef de projet peut par exemple indiquer le montant du budget géré, un chargé d’affaires le montant du portefeuille dont il a eu la responsabilité, un trafic manager la progression en pourcentage du trafic… « Un event manager peut insérer un lien vers un exemple de communiqué de presse qu’il a réalisé, un commercial vers un tableau présentant l’évolution de son chiffre d’affaires », conclut Julien Maleinge.

La rédaction