CV formateur

Un spécialiste du recrutement nous dévoile les critères essentiels à indiquer dans son curriculum vitae lorsqu’on postule à un emploi de formateur. Il commente pour Keljob CV d’un candidat et analyse les forces et faiblesses de sa candidature. Des conseils spécifiques mais aussi génériques à retenir pour votre propre CV.

Ce n’est pas parce que vous êtes un expert dans votre domaine d’activité que vous pouvez vous déclarer professionnel de la formation. Le CV d’un formateur sera rigoureusement jugé selon trois critères complémentaires : son niveau d’expertise, son expérience de pédagogue et ses aptitudes pour animer un groupe.
 
Une candidature claire et très structurée sera donc votre premier allié pour démontrer votre sensibilité pédagogique. Le recruteur sera également friand de repères chiffrés comme le nombre de personnes formées ou la durée des sessions. Si vous avez conçu vous-même des modules de formation, précisez-le. C’est un indicateur clé de valeur ajoutée.
 
Enfin, ne soyez pas avare de détails sur vos centres d’intérêt, surtout lorsqu’ils prouvent votre esprit de groupe. Les expériences associatives sont particulièrement appréciées.
 

Voici l’exemple d’un CV formateur annoté par Jean-Louis Foucard, consultant manager au sein du groupe Cegos et auteur d’un ouvrage de formation sur les systèmes d’information.


 
Cliquez sur l'image pour agrandir le CV

Analyse de ce modèle de CV acheteur Jean-Louis Foucard, consultant manager au sein du groupe Cegos et auteur d’un ouvrage de formation sur les systèmes d’information.


 


Formateur par dépit ?
 
Le décalage entre le titre du CV et son contenu interpelle d’emblée Jean-Louis Foucard. « À première vue, on dirait un CV d’informaticien », constate-t-il. Malgré une forte expertise technologique et linguistique, rien ne prouve la capacité du candidat à former des professionnels aux outils qu’il maîtrise. « Le métier de formateur, c’est un peu de technique et beaucoup d’humain », rappelle le recruteur, qui suggère d’indiquer le nombre de stagiaires pris en charge ou le type d’exercices proposés. E-learning, études de cas, formations présentielles...
 
Une structure à revoir
« Nous sommes face à une énumération de compétences disparates et parfois hors sujet », regrette Jean-Louis Foucard. Le consultant de Cegos conseille de recentrer la première partie du CV sur les seuls éléments en adéquation avec un poste de formateur. « Les centres d’intérêt peuvent en faire partie », ajoute-t-il. Quant aux expériences professionnelles, elles méritent, elles aussi, d’être réorganisées par thématiques pour valoriser d’abord les missions de formation.
 
Verdict ?
« Je ne retiendrai pas ce CV pour un CDI », tranche Jean-Louis Foucard. En revanche, un premier contact téléphonique pourrait être envisagé pour une mission vacataire en fonction des besoins. « Le niveau d’élocution du candidat serait alors décisif », conclut-il.

La rédaction