CV responsable qualité

Un spécialiste du recrutement nous dévoile les critères essentiels à indiquer dans son curriculum vitae lorsqu’on postule à un emploi de responsable qualité. Il commente pour Keljob le CV d’un candidat et analyse les forces et les faiblesses de sa candidature. Des conseils spécifiques mais aussi génériques à retenir pour votre propre CV.

Expériences professionnelles et compétences en langues étant les deux points essentiels d’un responsable qualité, ils doivent être mis en valeur et largement détaillés au sein du CV.
 
La fonction exige également des compétences opérationnelles différentes selon le secteur d’activité de l’entreprise. Les recruteurs ne cherchent pas le même profil pour un poste dans l’industrie que pour un poste dans les services. Si l’entreprise met en place ou renouvelle sa certification ISO ou revoit son système qualité, elle aura besoin d’un candidat avec une expérience confirmée en qualité système et en normes. Si le poste est en qualité fournisseur, il faudra justifier d’une expérience d’audit et d’accompagnement fournisseur sur le terrain. D’où l’intérêt de préciser ses domaines de spécialisations au sein du CV.
 
Tout comme ses qualités relationnelles, indispensables pour ce type de poste.

Voici l’exemple d’un CV de responsable qualité, annoté par Fatine Dallet, manager exécutif senior chez Michael Page.


 
Cliquez sur le CV pour l'agrandir

Analyse de ce modèle de CV responsable qualité par Fatine Dallet, manager exécutif senior chez Michael Page.


 
Une rubrique inutile
Malgré un CV visuellement agréable et bien structuré, notre experte relève tout de suite l’inutilité de la rubrique « Compétences professionnelles ». « Savoir que la candidate maîtrise la norme ISO ou qu’elle a réalisé un audit interne n’est pas intéressant en dehors de son contexte. Elle doit préciser pour quelle entreprise et à quel poste elle a mis en œuvre ces compétences », précise-t-elle.
 
Valoriser les langues
Les compétences en langues doivent être placées en haut du CV. Et pour cause : « aujourd’hui, plus de 60 % des responsables qualité ont besoin de parler une langue étrangère car les entreprises font souvent appel à des sous-traitants ou des fournisseurs à l’international. »
 
Pas de titre : bon choix dans ce cas
« La première chose à laquelle on s’intéresse sur un CV de ce type sont les différentes expériences et non le titre », explique Fatine Dallet. Le candidat a donc bien fait de ne pas indiquer de titre en en-tête de son CV. Selon la consultante, ce n’est pas obligatoire et c’est un parti pris qui peut parfois empêcher d’accéder à d’autres fonctions.
 
Verdict ?
« Son profil est intéressant car elle possède des expériences opérationnelles et un parcours cohérent. La candidate pourrait être proposée à un poste avec une dominante qualité système mais un entretien téléphonique préalable sera nécessaire pour avoir plus de détails sur ses expériences », conclut Fatine Dallet.

La rédaction