CV : retenir l'attention en 2 mots


Le titre du CV : opération séduction
Le titre est au CV ce que le slogan est à la pub. Son rôle : accrocher l’œil du recruteur et l’inciter à vous connaître. Mais comment séduire en trois mots ? Le titre est une accroche. Telle une carte de visite, il reflète en quelques mots ce que vous avez à vendre et doit provoquer la lecture. « Je conseille vivement de mettre un titre à votre CV, recommande Béatrice Louvet, PDG du groupe Transition, sans titre le recruteur aura du mal à vous cerner. » Mais attention, si l’idée est bien de sortir du lot, oubliez l’excentricité. Concis, précis et pertinent, voilà vos seuls mots d’ordre...
Concis
Oubliez le catalogue de la Redoute ! Un titre doit tenir en 4-5 mots maximum, de préférence sur une seule ligne. Il ne s’agit pas d’une phrase mais de termes rapides à lire, tels que « Directeur Administratif et Financier » ou « Attachée presse nouvelles technologies ».
Précis
Le titre doit vous différencier. Se contenter d’un titre générique agacera donc les recruteurs. Vous devez indiquer votre expertise personnelle. Ainsi, plutôt qu’« Ingénieur logistique », précisez « Ingénieur logistique opérationnel ». Vous pouvez aussi énumérer succinctement vos compétences principales. Par exemple, au lieu d’un vague « Gestionnaire RH », préférez « Recrutement / Formation / Gestion de carrière ». Par ailleurs, ne mentionnez que des éléments factuels. Evitez les accroches du type : « Prêt à s’investir dans une société dynamique… », « Mon objectif : mettre au service de votre entreprise mon expérience et mon savoir-faire… », ou encore « Jeune dynamique ». « Le CV ne doit pas comporter de jugement de valeur, souligne Béatrice Louvet, ne précisez pas non plus si vous êtes junior ou senior, cela n’apporte rien. »
Pertinent
Le titre de votre CV doit aussi correspondre à ce que recherche le recruteur. Ainsi, vous pouvez adapter votre titre à l’offre d’emploi à laquelle vous répondez, à condition bien sûr de rester fidèle à votre expérience et d’adapter aussi le reste de votre CV. « Un titre proche de celui de l’offre d’emploi sécurise le recruteur », explique Béatrice Louvet. Mais attention : évitez à tout prix d’induire le recruteur en erreur. « Le titre doit avant tout correspondre à votre profil », rappelle Gwénaëlle Combes, responsable recrutement et développement du Groupe DAHER. Ainsi, ne reprenez pas l’intitulé de l’offre d’emploi si le reste de votre CV ne colle pas. La pertinence de votre titre se mesure aussi au choix des mots-clés. Car les recruteurs utilisent de plus en plus des moteurs de recherche pour trouver les CV. Ils entrent alors des mots-clés, comme vous feriez sur Google. A vous, donc, de prévoir et d’utiliser ces termes...
Ce qu'il ne faut pas écrire :
DAFSUP DE CO + DESCF - 5 ans d’audit + 12 ans en filiales de groupes internationaux, Management - Réorganisation - Expertise technique et opérationnelle - Chef projet SAP - Optimise et sécurise les process, Rationalise les coûts, TrilingueKesako ? Ce titre de CV est tout sauf vendeur ! Peu explicite, il est aussi beaucoup trop long. Au lieu de mettre en valeur les éléments importants, le candidat a utilisé son titre comme un fourre-tout. Le nombre d’années d’expérience, par exemple, n’a pas sa place dans le titre. Sans parler du format. Certes votre titre doit être mis en valeur, mais oubliez les couleurs criardes, les polices inusitées ou de taille 34… Il faut toujours privilégier la sobriété et la lisibilité. « Utilisez un encadré en le centrant dans la page, conseille Gwénaëlle Combes. Une police légèrement plus grande, du gras, voire des majuscules. »
Quand le titre pose problème
Les jeunes dip’Pas évident de trouver un titre quand on sort de l’école. Premier conseil : évitez les titres imprécis comme « Diplômé d’école de commerce ». Vous pouvez mettre le titre du poste que vous briguez, à condition d’en avoir une idée précise. Autre possibilité, si votre formation conduit à une fonction spécifique, indiquez-la en précisant votre spécialité, par exemple : « Ingénieur aérodynamique », « Développeur Java », « Juriste en droit du travail ». Mais prenez garde : dans tout les cas, ces compétences doivent avoir été validées lors de stages et ne peuvent être uniquement théoriques.
La double compétence
Pas facile non plus de résumer un parcours disparate ou une double compétence. Dans ce cas, le plus logique est de titrer uniquement sur ce qui est pertinent pour le poste brigué. Par exemple, un ingénieur technico-commercial peut intituler son CV :- « Ingénieur commercial » pour un poste où seul le commercial compte ;- « Ingénieur matériaux » s’il brigue un poste uniquement technique ;- « Ingénieur technico-commercial » pour un emploi requérant les deux compétences.Bien sûr, le contenu du CV doit systématiquement être adapté.

 

Le titre du CV : opération séduction


Le titre est au CV ce que le slogan est à la pub. Son rôle : accrocher l’œil du recruteur et l’inciter à vous connaître. Mais comment séduire en trois mots ? Le titre est une accroche. Telle une carte de visite, il reflète en quelques mots ce que vous avez à vendre et doit provoquer la lecture. « Je conseille vivement de mettre un titre à votre CV, recommande Béatrice Louvet, PDG du groupe Transition, sans titre le recruteur aura du mal à vous cerner. » Mais attention, si l’idée est bien de sortir du lot, oubliez l’excentricité. Concis, précis et pertinent, voilà vos seuls mots d’ordre...

Concis


Oubliez le catalogue de la Redoute ! Un titre doit tenir en 4-5 mots maximum, de préférence sur une seule ligne. Il ne s’agit pas d’une phrase mais de termes rapides à lire, tels que « Directeur Administratif et Financier » ou « Attachée presse nouvelles technologies ».

Précis


Le titre doit vous différencier. Se contenter d’un titre générique agacera donc les recruteurs. Vous devez indiquer votre expertise personnelle. Ainsi, plutôt qu’« Ingénieur logistique », précisez « Ingénieur logistique opérationnel ». Vous pouvez aussi énumérer succinctement vos compétences principales. Par exemple, au lieu d’un vague « Gestionnaire RH », préférez « Recrutement / Formation / Gestion de carrière ». Par ailleurs, ne mentionnez que des éléments factuels. Evitez les accroches du type : « Prêt à s’investir dans une société dynamique… », « Mon objectif : mettre au service de votre entreprise mon expérience et mon savoir-faire… », ou encore « Jeune dynamique ». « Le CV ne doit pas comporter de jugement de valeur, souligne Béatrice Louvet, ne précisez pas non plus si vous êtes junior ou senior, cela n’apporte rien. »

Pertinent


Le titre de votre CV doit aussi correspondre à ce que recherche le recruteur. Ainsi, vous pouvez adapter votre titre à l’offre d’emploi à laquelle vous répondez, à condition bien sûr de rester fidèle à votre expérience et d’adapter aussi le reste de votre CV. « Un titre proche de celui de l’offre d’emploi sécurise le recruteur », explique Béatrice Louvet. Mais attention : évitez à tout prix d’induire le recruteur en erreur. « Le titre doit avant tout correspondre à votre profil », rappelle Gwénaëlle Combes, responsable recrutement et développement du Groupe DAHER. Ainsi, ne reprenez pas l’intitulé de l’offre d’emploi si le reste de votre CV ne colle pas. La pertinence de votre titre se mesure aussi au choix des mots-clés. Car les recruteurs utilisent de plus en plus des moteurs de recherche pour trouver les CV. Ils entrent alors des mots-clés, comme vous feriez sur Google. A vous, donc, de prévoir et d’utiliser ces termes...

Ce qu'il ne faut pas écrire :


DAFSUP DE CO + DESCF - 5 ans d’audit + 12 ans en filiales de groupes internationaux, Management - Réorganisation - Expertise technique et opérationnelle - Chef projet SAP - Optimise et sécurise les process, Rationalise les coûts, TrilingueKesako ? Ce titre de CV est tout sauf vendeur ! Peu explicite, il est aussi beaucoup trop long. Au lieu de mettre en valeur les éléments importants, le candidat a utilisé son titre comme un fourre-tout. Le nombre d’années d’expérience, par exemple, n’a pas sa place dans le titre. Sans parler du format. Certes votre titre doit être mis en valeur, mais oubliez les couleurs criardes, les polices inusitées ou de taille 34… Il faut toujours privilégier la sobriété et la lisibilité. « Utilisez un encadré en le centrant dans la page, conseille Gwénaëlle Combes. Une police légèrement plus grande, du gras, voire des majuscules. »

Quand le titre pose problème


Les jeunes dip’Pas évident de trouver un titre quand on sort de l’école. Premier conseil : évitez les titres imprécis comme « Diplômé d’école de commerce ». Vous pouvez mettre le titre du poste que vous briguez, à condition d’en avoir une idée précise. Autre possibilité, si votre formation conduit à une fonction spécifique, indiquez-la en précisant votre spécialité, par exemple : « Ingénieur aérodynamique », « Développeur Java », « Juriste en droit du travail ». Mais prenez garde : dans tout les cas, ces compétences doivent avoir été validées lors de stages et ne peuvent être uniquement théoriques.
La double compétence
Pas facile non plus de résumer un parcours disparate ou une double compétence. Dans ce cas, le plus logique est de titrer uniquement sur ce qui est pertinent pour le poste brigué. Par exemple, un ingénieur technico-commercial peut intituler son CV :- « Ingénieur commercial » pour un poste où seul le commercial compte ;- « Ingénieur matériaux » s’il brigue un poste uniquement technique ;- « Ingénieur technico-commercial » pour un emploi requérant les deux compétences.Bien sûr, le contenu du CV doit systématiquement être adapté.

La rédaction