Démissionner, la solution face au harcèlement ?

Poussés à bout, de plus en plus de salariés préfèrent partir d’eux-mêmes. Comment se défendre même si on démissionne et qu’est-ce que cette décision implique ? Nos experts vous guident dans cette douloureuse situation.

La déprime est parfois mauvaise conseillère. Vous vous sentez à bout et harcelé ? Peut-être faut-il d’abord s’assurer de quoi on parle. « Attention, il n’y a harcèlement que s’il y a faits répétés, insiste Didier Schneider, auteur du livre Salariés, comment déjouer les pièges du licenciement. Un mot de travers, sous le coup de l’énervement, de la fatigue ou de toute autre raison n’est pas en soi du harcèlement. » Christian Gury, auteur du livre Les 5 clés pour rebondir et piloter sa carrière recommande un état des lieux préalable avant d’agir. « Si vous êtes constamment dénigré par votre manager par exemple, il faut d’abord vérifier, auprès de vos collègues, que ce n’est pas qu’une impression. » Et sinon, mieux vaut prendre quelques mesures et vite…
"C’est bien de se battre, mais on peut aussi choisir de tourner la page et saisir une opportunité ailleurs."

Se protéger… tout de suite


Avant toute décision hâtive, Didier Schneider conseille d’aller parler au principal intéressé. « Face à un harceleur malgré lui, le simple fait de lui en parler, idéalement avec la présence d’un délégué du personnel ou à défaut autre témoin, peut s’avérer suffisant pour calmer le jeu. » Mais cet ancien représentant du personnel sait que c’est rarement aussi facile. « Après, si on tape "dans le dur" et qu’il s’agit d’un mode de management, de fonctionnement dans l’entreprise, ce sera plus difficile. Mieux vaut alors avoir de bons syndicats, de bons délégués, des instances comme le CHSCT qui agissent efficacement, un médecin du travail vigilant et actif. » « Si les symptômes persistent, il faut s’adresser à la direction générale par écrit », abonde Christian Gury. Avec un conseil : si le manager ne change pas, il peut être sain de négocier une mutation en interne par exemple.
 

Réunir des preuves en pensant à l’avenir


« Car quoi qu’il arrive, il faut se protéger, explique Loïc Scoarnec, président de l’association Harcèlement Moral Stop. Et quelle que soit la décision que l’on prend pour son avenir, il faut essayer de réunir un maximum de preuves. » Cet ancien cadre dans la banque sait de quoi il parle. « Un jour, j’ai été déménagé dans un bureau seul, au fond d’un couloir pour me pousser à bout. » Il raconte que ses collègues avaient interdiction de lui parler ou que son imprimante n’était jamais réparée par exemple. « Je ne pouvais plus travailler et on ne me donnait plus aucune mission pour me pousser à démissionner. Mais j’ai tenu bon et j’ai compilé des preuves pour mon futur dossier. » « Idéalement, même si on envisage de démissionner, il faut réunir des preuves de ce que l’on vit, ajoute l’avocat Éric Rocheblave, avocat en droit social au barreau de Montpellier. Si les témoignages de collègues sont délicats à obtenir, d’autres éléments peuvent être utiles, notamment des échanges de mails, des mémos. Ainsi, même si on part, on peut avoir un début de dossier… »
 

Démissionner pour se reconstruire


Loïc Scoarnec a tenu sept ans avant de négocier son départ dans de bonnes conditions. Mais il refuse d’ériger son cas en exemple. « J’étais syndicaliste ce qui m’a aidé à tenir. Il faut penser à son bien-être d’abord. Inutile de rester si c’est pour être broyé. Beaucoup préfèrent démissionner ou accepter des ruptures conventionnelles au rabais. » Les inconvénients de la démission sont en effet nombreux, notamment auprès de l’assurance chômage qui risque de ne pas considérer cette démission forcée comme une perte de travail involontaire… « C’est bien de se battre, mais on peut aussi choisir de tourner la page et saisir une opportunité ailleurs. Nous accompagnons ceux qui veulent lutter, mais tous n’en ont pas la force. » « Chacun voit midi à sa porte, confirme Didier Schneider. La démission peut être vue comme un échec, une reddition. Mais plutôt que d’y laisser sa santé, cela reste une solution. »
 

Faire condamner son harceleur après la démission


D’autant que sur le papier, rien n’empêche un salarié harcelé de se battre… après. « Toute démission peut faire l’objet d’une demande de requalification en prise d’acte de rupture du contrat de travail du fait de l’employeur, comme si c’est ce dernier qui avait licencié, avec toutes les conséquences juridiques qui vont avec », confirme Patrick Le Rolland, auteur du guide Gagner aux prud’hommes. Ancien conseiller aux prud’hommes de Paris, il explique que le dossier se plaide comme la contestation des motifs d’un licenciement. « L’une des demandes concernera la requalification de la démission donnée en rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur. Suivront toutes les demandes indemnitaires relatives à cette situation. » Restera cependant à prouver devant la juridiction, y compris en Appel, voire jusqu’en Cour de cassation, qu’il s’agissait bien de harcèlement. « 80 % des dossiers n’aboutissement pas, déplore Éric de Rocheblave. Ce sont des affaires difficiles à prouver mais on y arrive quand même parfois. Même en ayant démissionné. »

La rédaction