Droit d’option pour les allocations chômage : comment ça marche ?

Si vous êtes demandeur d’emploi reprenant de manière ponctuelle le travail avec des CDD ou de courtes missions, vous avez peut-être déjà été confronté à cette problématique du droit d’option. Zoom sur ce dispositif spécifique d’allocations chômage.

Les allocations chômage, comment ça marche ?


Le régime de droit commun est basé sur le système des droits rechargeables. En clair, lorsque vous retrouvez un emploi, vos indemnités chômage (allocation de retour à l’emploi versée par Pôle emploi) s’arrêtent. Mais vous conservez tout de même le solde de vos droits non utilisés. À l’arrêt de votre nouveau job, vous êtes alors indemnisé sur la base des indemnités restant à votre compteur. Sauf qu’entre temps, vous avez rechargé votre compteur de droits qui seront calculés sur la base de votre dernière rémunération et versés un fois que vos premiers droits seront épuisés. En travaillant, vous avez ainsi augmenté votre période d’indemnisation par Pôle emploi. Parfait ! Pas si sûr. En effet, si par chance, vous aviez retrouvé un job mieux payé, donc éligible à une allocation de retour à l’emploi plus élevée que la précédente, vous ne pourrez pas en profiter de suite. Vous devez attendre d’épuiser vos droits précédents pour enchaîner sur ces nouvelles allocations. Pour éviter ce type de situation, les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur un droit d’option.
"Avant de retenir cette option, prenez évidemment en compte le montant des allocations à venir mais aussi la durée d’indemnisation."

Le droit d’option, c’est quoi ?


Une fois votre nouveau job terminé, si vous n’avez pas retrouvé un autre emploi, vous pouvez choisir de toucher directement vos indemnités calculées en fonction de votre dernier salaire (donc plus élevé que le précédent). Et ainsi faire jouer votre droit d’option. Pour cela, vous renoncez à votre précédent reliquat de droits. Avant de retenir cette option, prenez évidemment en compte le montant des allocations à venir mais aussi la durée d’indemnisation.
 

Le droit d’option, c’est pour qui ?


Pour en bénéficier, vous devez évidemment disposer d’un reliquat de droits, avoir retravaillé au moins 4 mois et afficher une allocation journalière d’aide au retour à l’emploi inférieure ou égale à 20 euros ou perdre plus de 30 % de revenus avec le système classique des droits rechargeables.
 

Le droit d’option, est-ce obligatoire ?


Non justement, c’est une décision on ne peut plus personnelle. C’est à vous d’en faire la demande expresse auprès de Pôle emploi qui vous informe alors des durées et montants respectifs de vos anciens droits (non épuisés) et de vos nouveaux droits issus de vos nouvelles périodes d’activité. Vous pouvez alors décider en toute connaissance de cause. Vous disposez de 21 jours pour faire connaître votre décision définitive à Pôle emploi.
>>Lire aussi : Chômage de longue durée : nos conseils pour rassurer les recruteurs

La rédaction