Entretien collectif : que jugent les recruteurs ?

Vous vous apprêtez à passer un entretien d’embauche collectif et naturellement le stress commence à monter. Rassurez-vous, tout comme pour un rendez-vous classique, c’est la préparation qui vous permettra de faire la différence.
Deux spécialistes du recrutement vous révèlent leurs astuces pour sortir gagnant de cette épreuve.

1 Ne pas oublier les bases de l’entretien classique


Selon les postes et les entreprises, les entretiens collectifs peuvent prendre des formes très différentes et durer entre deux heures et une journée. Quoiqu’il en soit, les recruteurs ont toujours les mêmes objectifs en tête : observer votre comportement au sein d’un groupe et évaluer votre capacité à vous exprimer en public.
Cette observation commence dès votre arrivée dans l’entreprise. Malgré le stress, vous ne devez pas oublier les rudiments de l’entretien d’embauche. Par exemple, pour ne pas vous griller dès les premières minutes, pensez à arriver à l’heure. « Cela paraît être le b.a.-ba mais c’est un point très important. Arriver en retard ne renvoie pas une bonne image du candidat », rappelle Karine Tomasini, fondatrice du cabinet de recrutement Net New Talent.
Soignez également votre apparence : rangez votre jean fétiche et vos baskets dans l’armoire. Vous risqueriez de faire tâche à côté des autres candidats. Pour faire bonne impression, misez plutôt sur une tenue sobre mais élégante.
Autre point à ne pas négliger : les salutations d’usage, à la fois à l’égard du recruteur et des autres candidats. « Il faut garder un rapport d’humain à humain. La salutation en retour, le sourire et le regard sont les incontournables d’une rencontre professionnelle », explique Stéphanie Roels, consultante et formatrice RH.
 

2 Démontrez votre intérêt dès le début de l’entretien


Un entretien d’embauche collectif commence en général par une présentation de l’entreprise. Une étape à ne pas négliger puisque les recruteurs seront attentifs à vos moindres faits et gestes. Démarquez-vous en montrant votre intérêt : prenez des notes et n’hésitez pas à poser des questions pertinentes à la fin de la présentation.
Vous verrez que peu de candidats oseront le faire. « Il s’agit de poser une vraie première question, sans coincer l’entreprise avec un sujet d’actualité. Il faut également éviter les interrogations liées aux avantages sociaux et aux salaires. Cela peut être mal pris en début d’entretien », estime Stéphanie Roels.
 

3 Préparez une introduction claire et concise


Vient ensuite le moment où les candidats se présentent tour à tour. Adressez-vous à l’ensemble de l’assemblée et non exclusivement au recruteur. Il faudra ici être clair dans vos propos, parler avec aisance et ne pas oublier de sourire. Deux ou trois phrases, c’est peu mais déterminant pour montrer votre intérêt pour le poste et l’entreprise. « Il ne faut pas hésiter à s’entraîner devant le miroir ou des amis proches, et surtout à voix haute. Vous détecterez mieux les mots sur lesquels vous butez », explique Karine Tomasini.
Autre détail : ne pas tomber dans le piège de l’énumération du CV. N’oubliez pas que l’entreprise vous a déjà sélectionné là-dessus. « Si un recruteur voit en masse des candidats, c’est que le CV n’est pas le plus important et que le relationnel est un critère élevé », juge Stéphanie Roels. Là aussi, pensez à rester à l’écoute de ce que disent les autres candidats, une fois votre tour passé. Et surtout : ne leur coupez pas la parole.
 
 

4 Exercices de groupe : savoir être visible sans monopoliser le terrain


L’idée de l’entretien collectif étant de faire interagir les candidats entre eux, vous serez sûrement confronté à des exercices de groupe et à des mises en situation. Très souvent, vous devrez résoudre une problématique à plusieurs. Ce type d’exercices permet à votre futur employeur de déterminer les différents caractères au sein du groupe. « Ce n’est pas tant la résolution du problème qui est déterminante, mais la manière dont l’équipe s’harmonise », explique Karine Tomasini.
Inutile de vouloir briller à tout prix et de monopoliser la parole : ce n’est pas celui qui parlera le plus qui remportera la partie. À l’inverse, ne restez pas non plus dans votre coquille. Au risque que le recruteur vous oublie… Même si vous êtes plutôt d’un tempérament réservé, il est essentiel de participer et de partager vos idées avec le groupe tout en restant vous-même. L’enjeu ? Trouver un juste équilibre entre prise de parole et écoute.
 

5 Montrez-vous curieux en posant des questions


L’entretien est presque terminé et le recruteur vous laisse la possibilité de vous exprimer une dernière fois ? Sautez sur cette nouvelle occasion de lui taper dans l’œil ! S’il vous reste une question en tête, n’hésitez pas à la poser : elle marquera une fois de plus votre intérêt pour le poste. « Il ne faut pas oublier que le candidat défend sa propre candidature. Ce n’est pas parce que l’entretien est collectif que les attentes sont différentes de celles d’un entretien individuel », conclut Stéphanie Roels.

La rédaction