Entretien d'embauche : 4 phrases pour briser la glace avec un recruteur

Démontrer ses compétences, c’est primordial. Mais un peu d’humanité, c’est bien aussi ! Nos experts vous livrent 4 phrases-clés pour nouer un lien privilégié avec un employeur potentiel.

1 « Je pense que vous avez besoin de moi »


Christian Malécot, consultant associé au sein du cabinet Axessio, est affirmatif : « Il faut briser la glace car elle existe ! Les entretiens  d’embauche sont souvent éprouvants, notamment parce que les candidats imaginent que les recruteurs cherchent à les piéger. Alors que, au contraire, ils ne demandent pas mieux que de trouver le candidat qu’il leur faut. »
En suggérant la phrase : “Je pense que vous avez besoin de moi”, cet expert, également formateur en recrutement, invite le candidat à adopter – et même à formuler - une pensée positive. « Si le candidat se dit que l’autre a besoin de lui, il entrera naturellement plus vite dans le vif du sujet et paraîtra plus opérationnel. » L’entretien sera non seulement plus agréable pour chacun, mais aussi plus productif. Aucune arrogance donc dans cette formule.
"Ne pas apparaître comme un simple catalogue de compétences techniques, mais comme un collaborateur capable de parler d’autre chose à la machine à café…" 

2 « Qu’est-ce qui vous intéresse dans mon profil ? »


Daniel Porot, auteur du livre 101 questions pièges de l’entretien d’embauche, propose une autre attitude pragmatique et déterminante pour sortir du lot. Face à un recruteur, à quoi bon dérouler oralement le contenu d’un CV qu’il connaît déjà ? « S’il a souhaité vous rencontrer, c’est qu’il y a une raison, explique ce consultant. Au lieu de parler de vous, parlez-lui de lui. Interrogez-le sur ce qui a retenu son attention dans votre parcours. » C’est une façon plus habile de parler concrètement et de vous imposer, peut-être, comme son futur collaborateur. 
 

3 « Serai-je à la hauteur ? »


Cela va sans doute vous paraître étonnant, mais quand on se projette dans un poste, il n’est pas interdit d’émettre un doute. « Je me souviens d’une candidate qui, lors d’un entretien pour une société du CAC 40, s’était interrogée tout haut, face à moi, sur sa capacité à évoluer et à s’épanouir dans une grosse structure, confie Sébastien Bompard, recruteur au cabinet Taste. Elle avait monté une petite société qui marchait bien, la réflexion était donc légitime. » Rédhibitoire ? Bien au contraire. Notre expert voit dans ce type de questionnement une vraie mesure de l’enjeu. « Elle a posé une vraie question qui, loin de la disqualifier, prouvait sa capacité à identifier les enjeux. » Une attitude à manier avec précaution, mais pour la petite histoire, la candidate en question a été retenue…
 

4 « Oui, j’aime le kitesurf et je peux vous en parler »


Variante : vous êtes passionné de polars islandais, par les guerres napoléoniennes ou par quelque autre sport improbable. Pourquoi ne pas le mentionner en fin de CV ? Car le sujet n’est pas si anecdotique. Selon François Meuleman, les candidats ont tort de penser que la rubrique Hobbies de leur CV ne sert à rien. « Les centres d’intérêt et autres loisirs sont l’occasion d’être détendu, passionné et souriant », observe le consultant et formateur. En effet, un recruteur recherche des compétences mais pas seulement.
Conseil de notre expert : « démarquez-vous positivement et citez des loisirs peu courants. » Ce sera le moyen, en fin d’entretien, de ne pas apparaître comme un simple catalogue de compétences techniques mais comme un futur collaborateur capable, aussi, de parler d’autre chose à la cantine ou à la machine à café…
 

Et avec un chasseur de têtes ?


Mais que faire quand l’entretien se déroule avec le consultant d’un cabinet de recrutement missionné par l’entreprise ? Servez-vous en car il peut être utile pour préparer votre prochain entretien, si vous êtes retenu. « Le chasseur de têtes a intérêt à ce que tous les candidats qu’il présente à son client soient appréciés de ce dernier : sachez donc l’utiliser, voire en faire un allié, analyse Olivier de Clermont-Tonnerre », auteur du livre Réussir votre entretien de recrutement.
 
Ce consultant recommande d’interroger le consultant sur les attentes de son client et la culture de cette entreprise. Exemple de questions à poser : « Sur quels critères votre client est-il le plus vigilant ? » ou « Selon vous, en quoi tel aspect de mon caractère est-il un inconvénient pour ce poste ? » Voire « Avez-vous un conseil à me donner pour l’entretien avec votre client ? » Car lui aussi a intérêt à vous aider à briser la glace… 

La rédaction