Être honnête en entretien d'embauche augmente vos chances d'avoir le poste… pour certains

Avouer ses défauts devant un recruteur, la bonne stratégie pour réussir son entretien d’embauche ? C’est ce qu’a conclu une enquête américaine pour certains profils.

Si les candidats ont l’habitude de s’arranger avec la vérité sur leur CV, la franchise en entretien d’embauche semble être le meilleur tremplin vers l’emploi. Ce sont les conclusions d’une récente enquête* menée par l’University College de Londres. Une honnêteté qui ne va pas toujours de soi tant l’envie de séduire le recruteur peut facilement amené à tricher un peu avec la réalité. Pourtant, quand on est qualifié pour le poste, avouer ses faiblesses permet de se démarquer de ses concurrents.
Lire aussi : Les défauts préférés des recruteurs

L’absence de défauts éveille la méfiance du recruteur


L’honnêteté augmente votre crédibilité en entretien d’embauche, puisqu’un employeur prendra comme une preuve de lucidité votre capacité à parler de vos faibles sans gêne. À vouloir jouer les recrues idéales, les candidats en deviennent trop beaux pour être vrais. « Les recruteurs perçoivent un profil trop lisse comme inauthentique et potentiellement trompeur », explique le professeur Celia Moore, principal auteur de l’étude.
"Les meilleurs candidats réussissent mieux lorsqu’ils se présentent tels qu’ils sont en entretien. En revanche, cette tendance ne se vérifie pas auprès des candidats très peu qualifiés."
Dans le cadre de leur enquête, les scientifiques ont dirigé deux études. La première a été menée auprès de 1 240 professeurs étrangers désireux d’enseigner aux États-Unis. Leurs chances d’être embauchés passaient de 51 % à 73 % pour les adeptes de la franchise. Dans une deuxième étude, 333 avocats postulaient pour travailler dans l’armée américaine. Ces candidats très qualifiés voyaient leurs chances d’embauche multipliées par plus de cinq (17 % au lieu de 3 %) quand ils étaient honnêtes sur leurs défauts.

Plus vous êtes qualifié, plus l’honnêteté paye


« Les meilleurs candidats réussissent mieux lorsqu’ils se présentent tels qu’ils sont en entretien. En revanche, cette tendance ne se vérifie pas auprès des candidats très peu qualifiés. Se montrer plus authentique diminue leurs chances d’être embauchés » avertit le professeur Young Lee, l’un des cosignataires de l’étude.
Faut-il proportionner son honnêteté à son niveau de diplôme ? Entre mentir et se montrer trop direct, mieux vaut opter pour un juste milieu. et se reposer sur la subtilité du champ lexical. D’après les chercheurs conseillent un certain champ lexical pour faire passer certaines qualités. Des verbes comme « penser », « sentir », « ressentir » sous-entendent une grande capacité d’adaptation, quand des mots comme « voir », « considérer » et « percevoir » suggèrent une vision réaliste de ses capacités réelles.
Lire aussi : Parler de ses qualités et défauts en entretien : les pires réponses
*Version définitive publiée le 14 juillet 2017 sous le titre « L’avantage d’être soi-même : Le poids de l’honnêteté des candidats dans le processus de recrutement » dans la revue Journal of Applied Psychology.

La rédaction