Jeunes diplômés : comment bien utiliser l’ARPE (aide à la recherche du premier emploi)

La loi Travail va donner un coup de pouce aux jeunes diplômés : une somme mensuelle allouée pendant quatre mois, le temps de trouver un premier emploi. Voici quelques idées pour bien dépenser cette aide.

C’est l’une des dispositions de la loi Travail. Pour répondre aux attentes des syndicats étudiants qui craignaient que les jeunes soient les premiers touchés par la précarisation du travail, le gouvernement a mis en place une aide de 100 à 500 euros par mois, que pourront recevoir certains jeunes diplômés pendant quatre mois, le temps de trouver leur premier travail. Cette aide à la recherche du premier emploi peut évidemment servir aux dépenses quotidiennes, mais pour ceux qui s’étaient déjà organisés pour subvenir à leurs besoins juste après le diplôme, elle peut également servir directement la recherche d’emploi. Voici quelques idées d’investissement utiles.
 

Faites-vous coacher


« Le coaching est une bonne solution pour se mettre dans une dynamique de recherche. Je recommande de prendre quelques séances après s’être accordé des vacances pour souffler », assure Claire Chaptal, coach Evoltis Conseil. Elle a créé un programme spécialement destiné aux jeunes diplômés. « La plupart du temps, une ou deux séances d’une heure et demi suffisent pour se mettre dans le bain et apprendre à mettre en avant ce qu’on sait faire. »
Ana Fernandez, dirigeante et coach diplômée fondatrice d’Energycoaching, mène également un programme spécifique à la recherche du premier emploi. « Il s’agit de retravailler le projet professionnel, élaborer un CV, un mail de motivation efficace, et s’entraîner aux entretiens. La base qui permet de décrocher son premier emploi facilement », développe-t-elle. Elle accompagne, quoiqu’il arrive, chacun de ses clients jusqu’à ce qu’il trouve du travail. « Ils continuent de m’appeler après leurs entretiens, pour évaluer ce qui a fonctionné ou non. »
 

Devenez bilingue


Aujourd’hui, parler anglais n’est plus un bonus sur le CV mais une compétence nécessaire. Pourtant, nombreux sont les étudiants qui sortent de l’école avec un niveau moyen. Pour se rassurer et être capable d’affirmer être bilingue en entretien, sans avoir l’impression de duper, pourquoi ne pas s’offrir quelques séances de remise à niveau ? Mieux : pour avoir une preuve tangible de votre niveau, passez une certification. Le TOEIC est l’examen le plus répandu et le plus reconnu en entreprise, mais suivant votre domaine d’activité, vous pouvez choisir une autre certification. Dans tous les cas, cela vous donnera une preuve objective de votre niveau, et sera une bonne motivation pour continuer à pratiquer votre anglais.
Peu importe votre parcours, si vous creusez, vous trouverez une formation à un outil qui pourra réellement vous servir dans votre futur quotidien professionnel.

Des remises à niveau sur des logiciels de bureau


Pendant sa formation, un étudiant n’utilise pas forcément les bons logiciels. Ceux qui étaient en alternance ont travaillé des années sur les machines de leur entreprise, alors que parfois le logiciel utilisé n’est pas le plus répandu. Ceux qui sortent de la fac ont beaucoup plus utilisé Word alors qu’en entreprise il faut aussi maîtriser PowerPoint. Peu importe votre parcours et votre domaine d’activité, si vous creusez, vous pouvez trouver une formation à un outil qui pourra réellement vous servir dans votre futur quotidien. « Pour avoir une idée des logiciels qu’il est bon de maîtriser, faites une revue des offres d’emploi en ligne », conseille la coach Ana Fernandez.
 

Améliorez votre orthographe


Le gros point noir des chercheurs d’emploi aujourd’hui : les fautes d’orthographe. Les recruteurs les abhorrent, et elles sont pourtant de plus en plus présentes. Si vous avez bien soigné votre lettre de motivation et votre CV, reste que vous aurez peut-être à écrire lors du processus de recrutement. Et là, votre faiblesse en orthographe peut être éliminatoire. Pour éviter cet écueil, pourquoi ne pas vous entraîner à écrire mieux, et même avoir de quoi prouver votre niveau sur votre CV ? C’est possible, avec le certificat Voltaire. C’est à la fois un programme d’entraînement pour mieux écrire, et une preuve de vos efforts que vous pouvez ajouter sur votre CV.
 

Assurez votre conduite


Si vous n’avez pas votre permis, l’Arpe ne sera pas suffisante mais peut être un complément pour vous le payer. D’autres cas de figure sont possibles : après plusieurs années d’études dans une grande ville, avec un logement étudiant proche de son centre de formation, on peut être un peu rouillé niveau conduite. Si vous êtes du genre à manquer de confiance en votre conduite, cela risque de se voir et de mettre fin à votre période d’essai, si vous visez un poste de commercial sédentaire par exemple. Dans ce cas, il est possible de prendre seulement quelques heures de remise à niveau. De quoi vous sentir d’attaque pour sillonner les routes.
 
Apprenez à vous exprimer en public
Suivant le poste que vous visez, vous manquez peut-être d’une expérience toute simple : la prise de parole. Il existe des cours avec des comédiens dans des théâtres qui permettent d’apprendre à être à l’aise face à un auditoire, et même de réussir à le convaincre. Vous vous lancez ?

La rédaction