L'annonce improbable de la semaine

A voir les exigences de certains recruteurs, les candidats ont de quoi rester perplexes. Parce que mieux vaut en rire qu’en pleurer, Keljob.com a décidé de sélectionner les annonces les plus déconcertantes qui soient. Une manière comme une autre de sélectionner son futur patron.

La crise. Tous les économistes n’ont que ce mot à la bouche. Les premiers effets sur l’emploi n’ont pas tardé à se faire sentir. En France, le nombre de chômeurs vient de repasser au dessus de la barre des 2 millions.Un contexte de pénurie annoncée d’emplois qui met les recruteurs en position de force comme au beau temps des années 1990. Si tous les secteurs et les catégories de personnel ne sont pas touchés de la même manière, force est de constater qu’il faudra se serrer la ceinture sur ses exigences en 2009. La concurrence sur les postes sera plus rude. Certains recruteurs mal intentionnés l’ont déjà bien compris. A voir certaines annonces, les fiches de postes sont des appels à peine voilés à un dumping social on ne peut plus légal. Que voulez vous, « c’est la crise ma pauv’ dame ! » il ne faut pas être trop regardant. Avoir un job c’est déjà bien …non ?Non ce n’est pas bien, pas à ce tarif là. Vu cette semaine, une annonce pour un poste de webmaster / animateur. Titre un peu flambeur qui sonne bien web 2.0. Les compétences demandées sont légions : maîtrise de Photoshop, Flash, Dreamweaver... Les amateurs apprécieront. Parce que l’entreprise ne redoute rien, l’annonce précise « vous avez des bases solides en intégration HTML ». A ce bagage technique, digne d’une bonne école d’ingénieur, se rajoute des compétences exigées en …marketing. Et oui, ce job demande une double casquette : webmaster ET marketeur en herbe. Amusé par cette annonce, l’internaute rigole moins en découvrant le salaire proposé : 20 000 euros brut/an soit 1200 à 1300 euros net/mois. En bref : 20 à 30 % de moins que la plus basse des estimations salariales pour pareil poste. Sans commentaires.

La rédaction