La lutte contre l'obsolescence programmée promet de créer des milliers d’emplois

Entretien, réparation et recyclage des biens de consommation : une durée de vie plus importante des produits permettrait de créer 200 000 emplois en Europe non délocalisables.

La lutte contre l'obsolescence programmée promet de créer des milliers d’emplois


Entretien, réparation et recyclage des biens de consommation : une durée de vie plus importante des produits permettrait de créer 200 000 emplois en Europe non délocalisables.
Smartphones, tablettes, ordinateurs ou appareils électroménagers… L’obsolescence programmée appartiendra bientôt au passé. Les eurodéputés du Parlement de Strasbourg ont adopté ce mardi un texte intitulé Une durée de vie plus longue des produits : avantages pour les consommateurs et les entreprises. Son rapporteur, l’écologiste Pascal Durand (Europe Écologie-Les Verts), s’est félicité de ce succès sur Twitter.



200 000 emplois à créer en Europe


« Dans le secteur de la réutilisation et de la réparation le potentiel de création d’emplois est estimé à 296 emplois pour l’équivalent de 10 000 tonnes de biens usés », selon le rapport. 1 % de déchets municipaux récupérés permettrait de créer 200 000 emplois en Europe. Autre exemple, réutiliser systématiquement les anciens ordinateurs d’entreprises dans les écoles permettrait de créer 10 500 emplois.
 

L’obsolescence programmée est un délit en France


Pour rappel, l’obsolescence programmée est un délit en France depuis la loi relative à la transmission énergétique de 2015. Selon cette loi, le gouvernement français remet tous les 5 ans au Parlement européen une stratégie nationale de transition vers l'économie circulaire. Comprenez une feuille de route pour développer la filière entretien, réparation et recyclage. Un gisement pour les emplois de réparateurs d’appareils électroniques et électroménagers.
Le texte voté par les eurodéputés suggère de concentrer les efforts de la filière recyclage dans deux secteurs critiques : les ampoules LED d’un seul tenant (pièces soudées entre elles) et la quantité de déchets électroniques produits par les modems, routeurs et décodeurs de télévision. Recycler ces déchets répond aussi à un enjeu de protection de l’environnement, à cause des métaux lourds (or, cuivre et zinc) présents dans le matériel électronique.
 

La rédaction