Le CV parfait en 10 leçons

Expérience professionnelle, formation et divers : votre CV est prêt, et vous vous apprêtez à le glisser dans l'enveloppe. Stop ! Cette époque est révolue, et il y a aujourd'hui bien des moyens pour rendre le document un peu plus attirant, notamment dans sa construction. Petit tour d'horizon des 10 rubriques qui peuvent vous aider à taper dans l'œil des recruteurs.

Le résumé des compétences : réservé aux expérimentés


Cette rubrique fleurit sur les CV depuis quelques années. Néanmoins, elle ne s'impose pas dans tous les cas : « Pour un jeune diplômé ou un junior avec très peu d'expérience, cela ne fera qu'alourdir le CV, avance Jérôme Bonnet, directeur exécutif du cabinet de recrutement Page Personnel. En revanche, un candidat qui est passé dans plusieurs sociétés et qui a évolué sur plusieurs postes a vraiment intérêt à créer une rubrique à part. Cela aérera la partie Expérience professionnelle, et rendra le CV plus lisible pour le recruteur. Évidemment, si vous choisissez de faire apparaître cette rubrique, elle doit arriver en premier. »

Objectifs de carrière : attention, piège !


« C'est délicat de faire apparaître cette rubrique, prévient Jérôme Bonnet. Cela peut paraître prétentieux, et peut faire peur au recruteur. On se dit en effet que la personne va vouloir progresser rapidement et sera vite lassée de son nouveau poste. Alors, à moins que l'offre ne précise qu'une évolution rapide est possible dans l'entreprise, mieux vaut ne pas intégrer cette rubrique. » Philippe Vidal, directeur du cabinet de recrutement Vidal Associates, apporte un autre argument : « Dans ce type de rubrique, on peut être tenté de mentionner le salaire attendu. C'est une information qui peut être discriminante, et il faut éviter ce genre de chose dans un CV, car le principal objectif est de décrocher un entretien. »

Les références : un vrai plus


Le phénomène est assez récent, mais plutôt apprécié des recruteurs. Certains candidats font en effet apparaître les coordonnées de leurs anciens employeurs directement sur le CV : « Il faut évidemment que vos employeurs précédents soient au courant, précise Adeline Touchard, responsable de la division assistanat et secrétariat au sein du cabinet Hays. Cela peut s'intégrer dans l'expérience professionnelle mais aussi faire l'objet d'une rubrique à part. » Jérôme Bonnet renchérit : « Lorsque c'est bien fait, il est indéniable que cela apporte un plus au document. »

Les stages : seniors, s'abstenir


Certains candidats ont effectué une longue liste de stages durant leur cursus. Mais là encore, avant de se lancer dans la rédaction d'une rubrique spéciale, il faut bien réfléchir : « Un jeune candidat, sans trop d'expérience, peut effectivement créer une rubrique à part. Mais ce n'est pas pertinent si vous avez déjà 5 ou 6 ans d'expérience professionnelle », souligne Jérôme Bonnet. Une rubrique spécifique peut néanmoins se justifier dans le cas où le stage est une vraie valeur ajoutée. Si, par exemple, vous êtes passionné de voile et que vous avez fait un stage dans un chantier naval lors de vos études, indiquez-le clairement dans votre CV si vous répondez à une offre du domaine naval. La rubrique doit alors se trouver juste après l'expérience professionnelle.

Les langues : mettez le paquet !


« Si vous avez de réelles compétences à faire valoir dans ce domaine, c'est incontestable que vous devez les mettre en valeur dans une section spéciale », insiste Jérôme Bonnet. Un long séjour à l'étranger, un stage hors du territoire ou encore de bons résultats dans des tests comme le TOEIC ou le TOEFL pourront étoffer votre candidature. La rubrique s'immiscera alors entre l'expérience professionnelle et la formation. « Je conseille de l'intituler Compétences linguistiques, explique Adeline Touchard. Le terme compétences attire toujours l'œil des recruteurs, c'est important de l'utiliser dans les noms de rubrique. »

L'informatique : insistez sur la perle rare


Comme pour les langues, il est judicieux de créer une rubrique si vous avez vraiment les compétences. « Pas le peine de le faire pour mentionner que vous maîtrisez la suite Office, indique Adeline Touchard. Il faut être précis sur votre connaissance de chaque logiciel. » Si vous êtes une des rares personnes à savoir utiliser un logiciel, insistez sur ce point : « C'est ce qui peut faire la différence pour décrocher un poste », assure Jérôme Bonnet.

Les formations professionnelles : n'en abusez pas


Ne créez une rubrique que si vous avez suivi une formation qui a un lien avec le poste convoité. Sinon, vous risquez de surcharger votre CV.

Les réalisations personnelles : se fier à la culture de l'entreprise visée


« Il faut les préciser uniquement si elles ont un caractère exceptionnel », prévient Philippe Vidal. Dans ce cas, une rubrique peut être une bonne idée, mais attention à qui vous vous adressez : « Tous les recruteurs ne voient pas d'un bon œil un candidat qui a pris une année sabbatique pour faire le tour du monde en famille, souligne Jérôme Bonnet. En revanche, c'est important de le faire ressortir si vous visez une entreprise en rapport avec le monde des voyages ». L'important est de toujours analyser la culture de l'entreprise convoitée.

Le bénévolat : évitez les opinions personnelles


Pour Adeline Touchard, l'investissement associatif a sa place dans la rubrique Divers : « Le CV sera trop touffu si l'on crée trop de rubriques. » Jérôme Bonnet n'est quant à lui pas contre l'idée d'une rubrique si c'est pertinent par rapport à l'offre : « Mais ne précisez pas vos appartenances à tel syndicat ou tel parti politique, car cela peut être discriminant. »

L'état civil : les précisions pratiques


Au-delà de votre nom, prénom, téléphone et adresse, certaines informations peuvent être intéressantes : « la mobilité géographique », cite Philippe Vidal, ou « la nature de votre permis de conduire », complète Adeline Touchard.

La rédaction