Les 5 infos essentielles à obtenir au premier entretien d'embauche

Pour ne pas repartir de l’entretien d’embauche avec un goût d’inachevé, il y a 5 infos essentielles à obtenir. Sans ça, pas question de dire au revoir !

Il faut d’abord préciser qu’il n’existe aucune question taboue et que tout incompréhension mérite d’être éclaircir lors d’un entretien d’embauche. Autrement dit, vous êtes autorisé à tout savoir, estime Christelle Milkano, chargée de recrutement à l’Espace Emploi de Carrefour France : « Si l’entretien se déroule dans un échange constructif entre les deux parties, il n’y a pas forcément de questions à poser de la part du candidat en fin d’entretien. Dans ce cas pas de panique : mieux vaut ne pas poser de question que de se forcer à en poser une. Vous pouvez en revanche suggérer de faire un récapitulatif de l’entretien, histoire d’être sûr d’avoir bien tout compris et de partir sans gros doutes à l’esprit. »
"Si l’entretien se déroule dans un échange constructif entre les deux parties, il n’y a pas forcément de questions à poser. Vous pouvez en revanche suggérer de faire un récapitulatif de l’entretien."

1 Les missions concrètes du poste


Parmi les choses à savoir impérativement en quittant un entretien, il y a les détails concrets sur le poste à pourvoir. « Vous devez savoir ce qu’on attend de vous, note Marlène Gaudefroy, training and recruitment leader chez Hays. La fiche de poste a pu vous renseigner en amont mais c’est ensuite lors de l’entretien que vous pouvez échanger plus en détail sur le sujet avec votre interlocuteur. » Surtout s’il s’agit d’un opérationnel, avec qui vous pourrez montrer votre capacité de projection.
 
2 Avec qui et où vous allez travailler
Autre élément important : avec qui allez-vous précisément travailler ? « Si ce n’est pas explicitement précisé par le recruteur, vous êtes en droit de demander ce type de renseignements, note Pierre Rabozzi, en charge de la division comptabilité et finance chez Page Group. Allez-vous travailler avec une petite ou une grande équipe ? Dans un bureau ou un open space ? Qui sera votre N+1 ? Quel est son type de management ? » S’agissant de votre supérieur, vous pouvez trouver des renseignements à son sujet lors de la préparation à l’entretien, en sollicitant votre réseau et en faisant quelques recherches sur des sites comme LinkedIn ou Viadeo. « Le recruteur appréciera que vous vous soyez déjà informé sur le sujet », indique Pierre Rabozzi.
 
3 Création de poste ou remplacement ?
Moins évident mais tout aussi important, vous devez vous interroger sur la raison pour laquelle le poste est à pourvoir. « Est-ce une création de poste ou un remplacement ? Ce n’est pas la même chose. Dans le cas d’une création, vous partez de zéro dans vos missions, alors que pour un remplacement, vous vous inscrivez dans la continuité », indique Pierre Rabozzi. Cette question peut aussi donner des éléments sur la santé de l’entreprise, une création de poste pouvant signifier d’intéressantes perspectives d’avenir. « C’est ainsi que s’engage la discussion et que la relation de confiance mutuelle s’installe », observe Pierre Rabozzi.
 

4 La rémunération


« Il peut arriver que le recruteur omette d’évoquer le cas de la rémunération. Dans ce cas, le candidat peut parfaitement aborder le sujet. Il faut être assez à l’aise pour évoquer cette question incontournable, en ayant là encore bien préparé son argumentaire et ses attentes en la matière », constate Christelle Milkano. En quittant un entretien d’embauche, vous devez par conséquent avoir au minimum à l’esprit une fourchette de salaire faisant consensus entre vous et le recruteur. « Entrer trop dans les détails sur les avantages – voiture de fonction, primes, etc. – peut en revanche s’avérer contre-productif car ça peut démontrer une personnalité trop intéressée par les aspects matériels », prévient Marlène Gaudefroy.
 

5 Les prochaines étapes du processus de recrutement


Logiquement, les processus de recrutement sont bien établis et vous êtes censés savoir combien à combien d’entretiens vous allez être convoqué, quand vous serez recontacté et par quel biais. « Là encore, si ce n’est pas clair dans votre esprit, vous pouvez poser vos questions au recruteur », indique Marlène Gaudefroy. Christelle Milkano complète : « Attention néanmoins à toujours être dans une écoute active : il serait dommage de poser une question alors même que ces renseignements ont déjà été donnés en amont et que vous n’étiez pas attentif. »

La rédaction