Les chiffres qu'il faut avoir dans son CV

Le bon plan pour attirer l’attention des recruteurs ? Intégrer des chiffres dans son CV. À leurs yeux, une candidature avec des données chiffrées est synonyme de capacité d’analyse et aptitude à quantifier son travail. Des qualités qui peuvent faire la différence. Keljob vous aide à choisir les bons chiffres pour votre CV.

Le CV chiffré c’est pour tout le monde


« La plupart des candidats oublient de quantifier leur travail et de donner des chiffres dans leur CV, observe Julien Puech, consultant senior chez ConvictionsRH. Or, c’est un véritable appel au doute pour un recruteur : les personnes trop théoriques ou vagues inspirent moins confiance que celles qui citent des faits objectifs. »
Et ne faites pas l’erreur de penser que les CV chiffrés sont réservés aux seules fonctions commerciales. La tendance va se généraliser au cours des prochaines années, parce qu’« il n’existe pas de fonction où l’on ne peut pas du tout utiliser de chiffres », ajoute Julien Puech.

Des chiffres, oui, mais lesquels ?


Quand vient le moment de choisir les chiffres à indiquer dans son CV, pensez d’abord aux objectifs quantitatifs qui vous sont fixés au quotidien. Ils sont évidemment très différents d’une profession à l’autre mais toujours essentiels dans les critères de recrutement.
« Dans l’industrie, les techniciens ont souvent un quota de pièces à produire. Les comptables peuvent mettre en avant leur capacité à améliorer les délais de paiement. Les recruteurs ont un certain nombre de candidats à recruter par semaine… En bref, tout le monde a des objectifs qu’il peut mettre en valeur », affirme Sacha Kalusevic, directeur de la division commercial & marketing chez Page Personnel.
Et même si vous n’avez pas d’objectifs chiffrés officiels, il existe toujours des éléments de votre travail qui peuvent être quantifiés et aider les recruteurs à mieux évaluer vos compétences. Emilie Trappler, senior manager chez Hays au sein de la division ressources humaines et juridique, propose plusieurs exemples : « dans les fonctions juridiques, les candidats peuvent citer le nombre de litiges traités. Dans les ressources humaines, pourquoi ne pas indiquer le taux de transformation, c'est-à-dire le nombre de candidats recrutés par rapport au nombre de candidats rencontrés ? Dans le domaine du management, les personnes qui postulent peuvent intégrer des chiffres sur le nombre de salariés encadrés dans de précédents postes. »
Une initiative d’autant plus intéressante que les recruteurs associent souvent des critères chiffrés à leur offre d’emploi. Ainsi, certains employeurs recherchent impérativement des managers ayant eu la responsabilité d’au moins vingt collaborateurs.

Où indiquer des chiffres dans son CV ?


En règle générale, le plus simple est d’intégrer les chiffres correspondant à chaque expérience : dans telle entreprise, alors que vous occupiez tel poste, de telle à telle date, vous avez réalisé X projets, encadré X personnes, participé à X campagnes de communication…
Pensez également à donner pour chaque employeur des éléments chiffrés plus généraux, à condition bien sûr qu’il ne s’agisse pas d’informations confidentielles. Vous pouvez par exemple mentionner les effectifs, le nombre de clients, ou encore le chiffre d’affaires. « Il faut préciser le contexte, remarque Sacha Kalusevic. Par exemple, pour un juriste qui prétend avoir géré 100 % des litiges clients au sein d’une très petite entreprise, la signification n’est pas la même que s’il avait eu à les gérer au sein d’un grand groupe. »

Trop peu de chiffres ? Optez pour l’auto-évaluation


Dans les métiers où il est vraiment impossible de calculer ses réalisations, Julien Puech suggère de « joindre au CV une page ou un encadré compétences avec une échelle allant de 1 à 5. 1 : aucune notion, 2 : basique, 3 : confirmé, 4 : expérimenté, 5 : expertise. » Une façon d’utiliser les nombres pour s’évaluer sur chacune des spécificités de son métier.
Le consultant cite son expérience personnelle : « j’ai même réalisé un graphique à l’aide de ces chiffres, qui permet de voir en un coup d’œil sur quels domaines je suis le plus à l’aise. »
3 erreurs à éviter dans un CV chiffré 1. Surcharger « Inutile d’inonder le CV de ce genre d’éléments. » Voilà la recommandation d’Emilie Trappler. Si, dans les fonctions commerciales, l’abondance de chiffres se justifie, dans la plupart des autres cas, il est préférable de se contenter de quelques faits marquants. Les autres points pourront éventuellement être abordés en entretien. 2. Exagérer Vous courrez deux risques en embellissant vos résultats et compétences : le premier, être sélectionné pour un poste qui ne vous correspond pas ; le second, être démasqué. « L’idéal est d’ajouter des personnes en références, de façon à ce que le recruteur puisse vérifier les informations fournies », selon Julien Puech. 3. Dévaloriser « Vous devez choisir des éléments positifs qui vous mettent en valeur », conseille Sacha Kalusevic. Vous avez contribué à l’amélioration de la productivité de votre société ? Parfait. N’hésitez pas à donner un pourcentage. Votre service a vu son budget réduit et vous n’avez pas pu atteindre vos objectifs ? Inutile de le mentionner, cela ne pourrait que vous nuire.

La rédaction