Les plus gros recruteurs du Sud-Est en 2013

Si les PME et les TPE locales dynamisent le marché de l’emploi du Sud-Est, quelques entreprises tirent véritablement la moyenne du recrutement vers le haut. Tour d’horizon des plus gros recruteurs de la région et des profils qu’ils recherchent.

700 postes chez Eurocopter à Marignane


Premier employeur de la région Provence-Alpes-Côte-D’azur, le fabricant d’hélicoptères civils a annoncé 1 000 embauches cette année, dont 700 pour son site de Marignane. « Eurocopter est en train d’exploser en termes de croissance, constate Vincent Faugué, responsable des ressources et des compétences chez Manpower. Les carnets de commandes sont pleins avec une vision sur du moyen et long terme à 2, 3 ou 5 ans. » Près de 70 % des emplois sont des créations de poste destinées aux ouvriers, techniciens et ingénieurs dans les bureaux d’études ou la production. « Les jeunes diplômés ont autant une carte à jouer que les profils expérimentés car le groupe a de gros besoins à combler en matière de recrutements », ajoute-t-il.
 

Les Ateliers de Fos en plein essor


Le groupe spécialisé dans les opérations de maintenance et les services, dont le siège social est à Vitrolles, recrutera 300 personnes cette année. Ces embauches, majoritairement à temps plein, couvrent tous les domaines et s’adressent à tous types de profils : du CAP au diplôme d’ingénieur. Une partie des contrats se fera en apprentissage, les Ateliers de Fos s’appuyant sur un programme d’insertion professionnelle de 36 mois visant à forger les compétences de ses candidats. Cette déferlante d’embauches vise à soutenir le développement du groupe, qui a récemment repris la société Barras Provence et racheté la société Tunzini Machines Tournantes.
 

Plusieurs centaines de postes chez O2


L’entreprise de services à la personne prévoit l’embauche de 4 000 nouveaux collaborateurs en CDI cette année. Une vague de recrutement qui se traduit par des centaines d’opportunités dans le Sud-Est à destination des aides à domicile, des aides ménagères, des puéricultrices et des assistants de vie. « La population vieillissant, nous avons des besoins d’assistanat plus élevés, analyse le responsable de Manpower. Cela résulte aussi du fait que les nouvelles générations veulent avoir moins de contraintes, d’où cette forte demande de professionnels des services que ce soit pour des enfants, des personnes en convalescence ou âgées. » Malgré cela, le groupe peine à recruter, « car ce sont des métiers qui attirent moins », constate Vincent Faugué. C’est la raison pour laquelle le groupe ouvre ses postes à toute personne expérimentée ou pas, avec ou sans diplôme, exception faite des métiers de puéricultrices, qui ne peuvent être légalement exercés sans diplôme.
 

Des emplois subventionnés chez EON


Cette jeune start-up spécialisée dans la conception de véhicule vert a mis au point la Weez, une voiture branchée sur secteur. À ce titre, elle a reçu une prime d'aménagement du territoire de 300 000 euros de même qu’une aide du Conseil Général de 1 500 euros par emploi créé pour son implantation au sein de la communauté de communes Moyenne Durance. La région devrait également lui octroyer une enveloppe supplémentaire de 200 000 euros pour soutenir son développement. Grâce à toutes ces subventions régionales, quelques 75 emplois devraient être créés sur les trois prochaines années, sur les métiers de la production et plus particulièrement pour la chaîne d’assemblage de la Weez.
 

Une soixantaine de postes chez GDF-Suez


Le groupe GDF Suez possède plusieurs filiales sur le pourtour de l'Étang de Berre, près de Marseille. Cofely Services, Elengy, GRTgaz, Lyonnaise des Eaux, Sita… Toutes ces PME ont des besoins en main d’œuvre réguliers et locaux. Aussi, cette année encore, devraient-elles procéder à une soixantaine de recrutements sur les métiers de l'énergie de service, de la production, de la distribution à l'environnement. Les profils recherchés sont particulièrement diversifiés, allant de candidats sans qualification jusqu’aux ingénieurs. Par ailleurs, les femmes étant sous-représentées dans le groupe, des efforts particuliers seront mis en place pour leur recrutement afin d’atteindre 5 % de femmes chez les salariés et 30 % chez les cadres d’ici 2015 au sein du groupe.

La rédaction