Les trois secteurs qui recrutent le plus en 2018

Les employeurs comptent embaucher davantage en 2018 qu’en 2017. Trois secteurs concentrent l’augmentation du nombre de postes à pourvoir.

Nouvelle embellie du marché de l’emploi français. Après le taux de chômage passé sous la barre des 9 %, c’est au tour des recruteurs de rassurer les candidats, et les salariés qui souhaitent changer de poste. Selon la dernière enquête Besoins en main-d’œuvre de Pôle emploi, les employeurs ont l’intention d’embaucher plus que l’année dernière. 1 534 000 projets de recrutement non-saisonnier ont été annoncés en 2018. Le plus haut niveau jamais observé au cours des neuf dernières enquêtes de Pôle emploi. Soit une hausse de 27,8 % comparé à 2017.

Cette progression s’explique principalement par un surcroît d’activité et par le remplacement des salariés suite à leur départ définitif. Trois secteurs profitent particulièrement de cette amélioration.

1. Le service aux particuliers

Le secteur des services aux particuliers ou à la personne est le premier recruteur de France avec 38,1 % des intentions d’embauche en 2018, soit plus de 893 600 recrutements prévus. Pour trouver un job, cherchez du côté des services à la famille, à la vie quotidienne ou encore les services aux personnes âgées ou handicapées.

Par exemple, l’aide à domicile et ménagère font partie de ceux qui vont engendrer le plus d’embauches, selon le classement des 15 métiers pour lesquels le nombre de recrutement non saisonniers est le plus élevé en 2018. 51 600 projets d’embauches sont prévus pour ce poste. Et il n’est pas le seul à être prisé. Les métiers d’employé polyvalent de cuisine, d’aide-soignant, de serveur de café, d’artiste, les professionnels de l’animation socioculturelle sont également recherchés.

2. Le service aux entreprises

Toujours dans le secteur du tertiaire, le service aux entreprises occupe la deuxième place des secteurs qui recrutent le plus, soit 24,7 % des intentions de recrutement en 2018. Les transports et l’entreposage sont particulièrement dynamiques (+ 32,4 % vs. 2017) tout comme les services scientifiques, techniques, administratifs et de soutien (+ 20,5 %).

Et les métiers les plus recherchés dans ce secteur sont agent d’entretien de locaux, ingénieur (cadre étude R&D, informatique, responsable informatique), agent administratif (saisie, assistanat RH, enquête), conducteurs, livreurs sur courte distance et conducteurs routiers et grands routiers. Ces derniers garantissent d’importants projets de recrutement en 2018 selon Pôle emploi.

3. Le commerce

Arrive juste derrière le service aux entreprises, le secteur du commerce, pour lequel les intentions d’embauches progressent de 22 % soit près de 53 000 projets supplémentaires. Ce vivier pour l’emploi compte davantage recruter dans le commerce et la réparation automobile en 2018, soit + 30,8 % par rapport à 2017.

En termes de métiers, l’employé de libre-service et l’attaché commercial (technicien commercial en entreprise) sont ceux pour lesquels le nombre de postes à pourvoir dans ce secteur est le plus important, selon l’étude Pôle emploi. D’autant plus que les postulants pourront prétendre plus facilement à un CDI. Les recruteurs comptent embaucher davantage de personnes sous contrat à durée indéterminé en 2018, toujours selon l’étude.

"La construction et l’industrie comptent recruter beaucoup plus qu’auparavant

Si vous pensiez abandonner vos recherches dans la construction, ne perdez pas espoir. Ce secteur connaît sa plus forte progression en termes d’embauches en 2018, soit une hausse de 37 % contre 22,5 % en 2017. Ce phénomène s’explique par une hausse de son activité dans la construction.

De même pour l’industrie, le secteur connaît une reprise économique. Les employeurs comptent embaucher davantage que l’année dernière, soit + 27,4 %. Sachant qu’ils ont surtout besoin de main-d’œuvre dans le secteur de la fabrication de matériel de transport (+ 49,7 %) et de la métallurgie et des produits métalliques (+ 46,1 %). Et les futurs postulants ont de grandes chances d’être embaucher en CDI, plus 12 points par rapport à 2017 sur le secteur."

Farah Sadallah