Trop de travail : les techniques pour faire face

Qu’on les nomme « charrette » ou « coup de feu », les périodes de surcroît d’activité dans une entreprise sont toujours un moment délicat pour les salariés. Souvent synonymes de stress, elles obligent les collaborateurs à repenser leur organisation de travail. Nos conseils pour se retrousser les manches sans (trop) s’épuiser.

Ne vous lancez pas sans réfléchir


Votre manager annonce une période chargée pour l’entreprise qui va nécessiter que vous mettiez les bouchées doubles ces prochaines semaines ? « Ne vous précipitez pas, tête baissée, dans les tâches qui vous incombent », insiste Anne-Marie Cariou, directrice associée du cabinet Stimulus. Il convient d’abord de se poser et de se demander ce que l’on attend de vous concrètement. Posez-vous les bonnes questions : quels sont les objectifs de ce nouveau projet ? Quel est le degré de votre participation ? Quel est votre intérêt et celui de votre entreprise ? Cette étape ne doit pas être sous-estimée. « Prendre du recul permet d’éviter d’adopter des comportements désordonnés ou contre-productifs », précise-t-elle.
La sensation d’être débordé agit comme un parasite : elle dégrade notre capacité de concentration et diminue notre confiance en soi.

Déterminez vos priorités


Pour réussir à gérer vos missions habituelles et le surplus de travail, vous allez devoir repenser vos priorités. « Le mieux est d’élaborer une to-do list et de la hiérarchiser en fonction de deux critères : l’urgence et l’importance », explique Philippe Chazal, formateur chez Comundi et associé de la société Le Temps du Client. Seules les tâches combinant ces deux critères doivent être réalisées en priorité.
 
Pour visualiser votre avancée en temps réel, vous pouvez aussi indiquer, pour chaque mission, le temps que vous lui allouez. Vous pourrez ainsi voir, en un seul coup d’œil, si vous serez capable de tenir les délais. Pour réussir à bien s’organiser, Ana Fernandez, coach chez EnergyCoaching, conseille de solliciter l’aide de votre manager. « Demandez-lui si vous pouvez déléguer vos tâches courantes aux collègues qui ne sont pas débordés ou mettre certains dossiers de côté », illustre-t-elle.
 

Sachez préserver votre motivation et votre énergie


S’il appartient aux managers de motiver ses équipes, vous pouvez, de vous-même, essayer de rassembler vos forces pour gagner en efficacité. La première astuce consiste à noter la date à laquelle cette période de rush devrait se terminer. C’est psychologiquement important, selon Bertrand Poulet, formateur chez Demos. « Cela évite au salarié de se décourager ou d’avoir l’impression de se lancer dans un projet qui est un puits sans fond », explique-t-il.
 
Ana Fernandez ajoute qu’il ne faut hésiter à s’appuyer exceptionnellement sur son entourage pour économiser ses propres ressources. « Il est par exemple judicieux de confier ses proches la mission de faire les courses ou de s’occuper des tâches administratives… »
 

Prenez du temps pour vous


C’est quand on affronte une période intensive de travail qu’il faut se réserver des plages horaires de repos. « La sensation d’être débordé agit comme un parasite : elle dégrade notre capacité de concentration et diminue notre confiance en soi », décrypte Bertrand Poulet. De fait, ce n’est pas parce que vous avez la tête sous l’eau que vous devez faire une croix sur les pauses.
 
Pour éviter le burn-out, forcez-vous à faire quelques pas à l’extérieur ou à effectuer de profondes respirations abdominales. Après votre journée de travail, accordez-vous également des moments de plaisir  « Cela aidera votre organisme à recharger les batteries pour le lendemain », promet Ana Fernandez.
 

Faites le bilan


La tempête est passée ? Profitez-en pour tirer des leçons de cette expérience. « Les périodes de rush sont riches en enseignements : elles permettent d’identifier nos limites et d’apprendre à mieux s’organiser », assure Anne-Marie Cariou. Après avoir bouclé votre projet, essayez de prendre du recul par rapport à ce que vous venez de traverser en identifiant vos axes d’amélioration.
Non seulement cette étape vous permettra d’optimiser votre prochaine période de rush mais aussi de mieux l’anticiper. « Vous devez réfléchir à ce que vous pouvez mettre en œuvre pour éviter d’être de nouveau dans cette situation. Ca peut, par exemple, être de former l’un de vos collègues sur un type de tâche afin qu’il puisse prendre le relais plus facilement », conclut la directrice associée de Stimulus.

La rédaction