Pourquoi les employeurs aiment les alternants

Vue parfois comme une voie moins noble que certains cursus académiques et cantonnée à des métiers plutôt manuels, l’alternance est enfin considérée à sa juste valeur, et les alternants avec ! Et ce, pour au moins cinq raisons…

1 Parce que l’image et le périmètre de l’alternance ont changé


Elle est témoin que l’alternance se déploie désormais dans des secteurs parfois insoupçonnés. « Tout le monde s’y met », se félicite Elisabeth Simon-Roussel, directrice du cabinet d'accompagnement RH RecrutEmploi. Pour cette professionnelle du recrutement, l'apprentissage et les contrats de professionnalisation ont toujours la part belle dans l’artisanat, mais pas que. « Je vois aussi l’alternance se développer dans des secteurs comme l’agroalimentaire, l’automobile ou la logistique. Même les métiers dits de bureau s’y mettent. » L’offre des écoles souligne cet engouement. Lancée en octobre dernier, l’Emic (l'Ecole de management des industries créatives) espère compter 50 % d’alternants parmi ses inscrits à la rentrée prochaine. « Car ici comme ailleurs, l’objectif prioritaire d’une école doit être l’employabilité », explique Daniel Findikian, l’un des fondateurs de l’école.

 >>Retrouvez les offres d'emploi Keljob en alternance

2 Parce qu’ils sont très investis


Si les alternants plaisent, c’est aussi parce que leur parcours inspire le respect. « Je n’ai jamais regretté de recruter un alternant et je compte d’ailleurs, parmi mes proches collaborateurs, un ancien alternant », observe Jacques Guillot, directeur des ressources humaines du groupe de santé Ramsay. « Nous prévoyons d’en recruter une centaine en 2017, avec deux tiers de profils dans la filière soignante (infirmiers, aide-soignants) et un tiers dans les métiers plus administratifs. Au quotidien, je trouve que les alternants sont des profils souvent plus investis. C'est un cycle d’étude qui suppose, sur le terrain, beaucoup plus de travail qu'une formation classique. »

"Quoi qu’il arrive, notre objectif est de les former à notre niveau d’exigence et de garder le contact."

3 Parce qu’ils continuent d’apprendre


De leur côté, les alternants sont également conscients de leur valeur ajoutée. « En tant qu’alternante, je suis un profil qualifié et traité comme tel », se réjouit Charlotte Stebel, 23 ans, étudiante en première année de Master dans un cursus de management de communication numérique à l’IIM (Institut de l’Internet et du Multimédia). Chargée de projet social media et community manager chez Disney France, elle passe trois semaines en immersion dans l’entreprise suivies d'une semaine d’enseignement à l’école. « Je mets en pratique ce que j’apprends et mon travail se nourrit de ce que j’apprends en cours. » « Qu’il s’agisse d’artisanat ou de fonctions support, une expérience sur le terrain est une richesse, abonde Elisabeth Simon-Roussel. Et l’apport, pendant l’alternance, d’un enseignement académique, est toujours un plus pour l’employeur. »

 

4 Parce qu’ils se constituent un vivier


Même le prestigieux Crillon en recherche. « Nous prévoyons de recruter une quinzaine d’alternants cette année pour accompagner la réouverture de l’hôtel, explique Laurène Guisolphe, la responsable gestion de carrières de l’établissement. Les heureux élus passeront entre un et trois ans dans l’hôtel avec des rythmes variés selon les écoles. « Certains étudiants sont en CAP et nous quitteront pour reprendre en BTS et en master. Pour d’autres, en fin de formation, se posera la question de continuer avec nous ou pas. » Car l’objectif avoué, évidemment, est de cultiver un vivier de collaborateurs compétents. « Quoi qu’il arrive, notre objectif est de les former à notre niveau d’exigence et de garder le contact », conclue Laurène Guisolphe.

 

5 Parce qu’ils aident l’entreprise à se renouveler


Et même si les employeurs ne peuvent pas les garder, ils y trouvent souvent leur compte. « Il nous arrive d’embaucher des alternants, mais nous ne les accueillons pas forcément à cause de difficultés de recrutement », explique ainsi Claude Monnier, directeur des ressources humaines chez Sony Music. Ce groupe profite justement de ces étudiants pour concevoir des missions sur mesure dans l’intérêt des deux parties. « Dans notre secteur, nous apprécions justement le regard neuf de ces digital natives. Un alternant apporte aussi une méthodologie et une culture qui sont très intéressantes pour nous. »

 

Les entreprises qui recrutent le plus d’alternants en 2017

Traditionnellement, les secteurs de la banque et de l’assurance sont de gros pourvoyeurs d’alternance. BNP Paribas a ainsi lancé une campagne pour recruter 2 000 étudiants en 2017 au sein de la Banque de détail partout en France mais aussi dans sa filière informatique. La grande distribution se taille aussi une belle part avec, au premier rang, Carrefour qui affiche 5 500 recrutements par l’alternance cette année alors que le Groupement Les Mousquetaires prévoit ainsi d’en accueillir 2 000 personnes. L’hôtellerie-restauration est également très demandeuse à l’image du Club Med qui a récemment lancé sa campagne de recrutement estivale en proposant 650 offres d'emploi et 140 contrats en alternance. Enfin, pour les profils qui voudraient travailler dans l’énergie, EDF accueille plus de 3 000 jeunes chaque année. Un alternant sur 100 en France serait dans ce groupe…

 

 
 

La rédaction