Que pensent les recruteurs de l’auto-évaluation sur un CV ?

Vous avez certainement déjà vu cette nouvelle tendance CV. De plus en plus de candidatures affichent des étoiles, ou autres formes géographiques, colorées. Entre une et cinq, en général, censées illustrer un niveau de compétence et une auto-évaluation du candidat. Mais qu’en pensent les recruteurs ?

Une connotation (plutôt) jeune 


« En parcourant un CV, je sais, en un coup d’œil, à qui j’ai affaire, sourit-il. Et notamment si j’aperçois ces petites étoiles. » Dans sa bouche, ce n’est pas un reproche. L’auto-évaluation, Jean-Bernard Girault n’a rien contre, bien au contraire. Cofondateur de Wiserskills, il a justement lancé un outil RH basé sur l’auto-déclaration des compétences et des motivations. « Je reçois des dizaines de CV avec des profils que j’identifie assez vite, poursuit-il. Les CV avec des étoiles sont généralement assez efficaces, conçus sur une page et lisibles à partir d’un smartphone. Ma première impression est de me dire que ce sont des profils de moins de 45 ans, un peu "geek" et avec une appétence pour certains outils techno. » « C’est assez moderne, avec une connotation plutôt jeune, confirme Corinne Moret, fondatrice du cabinet Coaching & Communication. J’en ai justement un sous les yeux, rédigé par une directrice de projet dans une agence de communication. »

 

"Cela permet de mettre en perspective les outils que l’on maîtrise à la perfection , ceux que l’on connaît très bien et ceux, par exemple, que l’on n’a pas utilisés depuis longtemps ."

 Un principe efficace


« Il faut penser à l’œil fatigué du recruteur », plaisante Cristelle Jacq. Pour la responsable recrutement et diversité du groupe Assystem, une candidature doit être aussi claire et percutante que possible. « Les CV les plus efficaces sont ceux qui donnent tout de suite au recruteur les informations dont il a besoin. Et j’ai souvent remarqué que la présence d’éléments visuels bien dosés permet de retenir un peu plus l’attention du lecteur. » Selon une récente étude du cabinet Miratech, un CV doit en effet convaincre en 40 secondes en moyenne. « On ne cesse de le répéter, mais c’est la vérité », abonde Pierre Guilbert, ancien recruteur et auteur du livre Votre CV c’est vous !. Ce consultant invite ainsi les candidats à se "marketer" auprès des employeurs. « Un candidat a moins d’une minute pour retenir l’attention. Et un système d’auto-évaluation, avec des étoiles, peut donner, dans une certaine mesure, une valeur ajoutée. »

Lire aussi : 7 astuces pour un CV tendance

 

Se cantonner aux compétences techniques


Car tout est, on s’en doute, dans la mesure proposée justement.  « Pour des hard skills comme des outils technologiques ou des logiciels, c'est pertinent et assez idéal, estime Corinne Moret. Normalement, un candidat qui se donne cinq étoiles sur un programme s’affiche comme totalement opérationnel. » En revanche, pour cette consultante, cette auto-évaluation passera moins bien pour des soft skills, c’est-à-dire des qualités personnelles, ou pour des langues. « Pour les langues étrangères, il y a déjà des mots et des codes établis comme bilingue, courant ou lu. En outre, il est difficile de juste se donner une note sur cinq sans contextualiser et illustrer sa pratique. » « Si je vois cinq étoiles en a ingénierie financière par exemple, je peux me dire que le candidat en a beaucoup fait et qu'il est expert en la matière », abonde Jean-Bernard Girault. Ce recruteur recommande aussi de réserver cette auto-évaluation à des compétences très particulières. « Car sur des qualités de savoir être, une telle note pourra vite passer pour de la prétention. En plus, il y aura forcément un doute. Cinq étoiles en management, cela rime à quoi ? Ce type de qualité est forcément affaire de contexte. »

 

Auto-évaluation, mais pas autosatisfaction


Reste enfin une ultime mise en garde : attention à l’autosatisfaction généralisée. « Cette notation doit être factuelle et inspirer confiance, prévient Pierre Guilbert. Mais en même temps, s’il y a trop de cinq étoiles, cette auto-évaluation peut vite passer pour un manque de modestie qui pourra faire douter le recruteur sur l'attitude et le savoir être du candidat. » Trop de bonnes notes tuent la bonne note. « C’est la notion de différentiel qui est intéressante dans cette auto-évaluation, ajoute Jean-Bernard Girault. Cela permet de mettre en perspective les outils que l’on maîtrise à la perfection (cinq étoiles), ceux que l’on connaît très bien (quatre étoiles) et ceux, par exemple, que l’on n’a pas utilisés depuis longtemps et pour lesquels une petite mise à niveau ou montée en compétences est envisageable (trois étoiles). Un recruteur pourra ainsi scanner un profil de façon intéressante. »

Lire aussi : Mise en page CV : les 7 erreurs à ne pas commettre

 

Et vous, avez-vous cette auto-évaluation sur votre CV ? Pensez-vous que ce soit efficace ? Dites-nous en commentaires.

 

La rédaction