Que regardent les recruteurs sur un CV de téléconseiller

Face à un ou plusieurs ordinateurs, un casque sur les oreilles, le téléconseiller reçoit ou émet des appels, répond à des messages de clients sur Internet, vend, conseille ou s’occupe du service après-vente. Zoom sur les astuces pour rédiger un CV de téléconseiller qui tapera dans l’œil des recruteurs.

Une mise en page claire et innovante


« Il importe de soigner la forme : orthographe irréprochable et vocabulaire soigné », préconise Mélody Le Barbenchon, directrice des ressources humaines chez Webhelp France. Si c’est un critère pour tous les CV, c’est d’autant plus primordial pour les téléconseillers. La raison ? Le téléphone n’est plus la seule interface avec le client : il y a aussi l’écrit (mails, tchats, forums, etc.). Vous pouvez également profiter de l’envoi du CV pour montrer votre habileté avec les nouvelles technologies, comme le souligne Déborah Destrée, responsable recrutement chez Acticall : « L’insertion de pictogrammes ou de QR Code, c’est innovant et ça change la lecture, à condition de ne pas surcharger le document. »
"Les sociétés de téléconseil sont sensibles aux personnalités « dotées d’une culture geek, qui connaissent et s’intéressent aux nouvelles technologies. Si c’est votre cas, il est important de le signaler"

En-tête : pensez à Skype


« Si le CV correspond à un poste à pourvoir, l’intitulé de ce dernier doit se retrouver dans le titre, en en-tête », estime Marie-Christine Rocher, responsable ressources humaines chez Coriolis Service. Exemple : téléacteur, télévendeur B to B, conseiller téléphonique et commercial… « En exergue, peuvent être signalées des informations concernant des compétences particulières (langue étrangère, logiciel informatique…) ou une expertise telle que l’émission d’appels ou la vente de produits », poursuit Marie-Christine Rocher. L’en-tête permet aussi bien sûr de signaler ses coordonnées mais pas seulement. « Avoir un identifiant Skype permet de montrer sa maîtrise de cet outil de communication », note Mélody Le Barbenchon.
 

Des expériences dans la relation client


« De préférence, il faut mettre en avant ce qui concerne la gestion de la relation client et ses spécificités : le service client, la vente directe, le B to B, etc. Autant de mots-clés qui éclairent le recruteur », conseille Mélody Le Barbenchon. Marie-Christine Rocher apprécie également la présence d’éléments de sémantique propres au métier. « Par exemple la réception ou l’émission d’appels, la communication par tchat, etc. » Pour ceux qui n’ont aucune expérience en conseil client, « d’autres secteurs d’activité peuvent être également utiles pour répondre aux besoins des employeurs : banque, assurance, télécommunications, voyages ou IT par exemple », assure Mélody Le Barbenchon.
 

Une maîtrise de base des outils informatiques


Consacrer une rubrique spécifique aux outils informatiques est recommandée par Mélody Le Barbenchon car « c’est une compétence très importante pour ce métier, où les collaborateurs sont amenés à travailler avec plusieurs pages ouvertes sur un même écran, voire plusieurs écrans. Si vous maîtrisez des outils ou logiciels atypiques, dans la comptabilité ou la gestion, il est intéressant de l’indiquer, en plus du traditionnel pack Office. » Par exemple, dans le domaine du voyage, la connaissance d’un logiciel spécifique tel qu’Amadeus peut permettre de retenir l’attention des recruteurs. 
 

Les langues étrangères… selon les cas


Certaines sociétés de téléconseil travaillent à l’international, d’autres non. La compétence linguistique imposée sera toujours spécifiée dans l’offre d’emploi avec, dans certains cas, des personnes bilingues voire multilingues recherchées. « Il faut être précis et honnête car le niveau sera vérifié en entretien », prévient Mélody Le Barbenchon. Les notes aux tests tels que le TOEIC restent les meilleurs indicateurs. « Vous pouvez aussi préciser dans une rubrique linguistique vos voyages à l’étranger », complète Déborah Destrée. Y compris hors du cadre professionnel ? « Oui si c’est un séjour suffisamment long, poursuit-elle. Un voyage en Amérique du Sud de trois mois en sac à dos donne des indications à la fois sur le niveau en espagnol et sur le caractère débrouillard du candidat. »
 

Culture geek à valoriser


Il n’existe pas de prérequis en ce qui concerne le métier de téléconseiller. « La profession est ouverte aux autodidactes avec généralement au moins le bac », précise Déborah Destrée. Les sociétés de téléconseil sont en revanche sensibles aux personnalités « dotées d’une culture geek, qui connaissent et s’intéressent aux nouvelles technologies, affirme Mélody Le Barbenchon. Si c’est votre cas, il est important de le signaler. » Par exemple dans une dernière rubrique consacrée aux activités extraprofessionnelles où vous pourrez également indiquer vos loisirs. « Dans le cas des postes plus commerciaux tels que télévendeur, il peut être intéressant de déceler un profil actif, ayant le goût du challenge et du travail en équipe, par la pratique assidue d’un sport par exemple », conclut Marie-Christine Rocher.
Consultez les offres d'emploi sur Keljob
 

La rédaction