Recherche d'emploi : comment décrocher un rendez-vous informel ?

Comment s’y prendre pour rencontrer un recruteur potentiel qui, sans doute, n’aura guère de temps à vous accorder ? Quelques astuces peuvent faciliter votre approche…

Se recommander de quelqu’un


Forcer – un peu – le destin, c’est possible ? « Pour décrocher un rendez-vous, il vaut mieux avoir dans son entourage un contact dans l’entreprise qui peut vous fournir des informations, explique Erick Leroux, auteur d’un guide sur la Négociation commerciale et habitué des sollicitations téléphoniques. Et surtout, cette personne peut aussi vous fournir une recommandation auprès de votre interlocuteur. » Ce type d’introduction augmente considérablement vos chances de décrocher un rendez-vous. Le spécialiste du réseau Hervé Bommelaer confirme et distingue les appels "froids", "tièdes" et "chauds". « Sans introduction, c’est un appel froid, avec une chance sur dix de réussir, explique l’auteur du livre Trouver le bon job grâce au réseau. Si vous évoquez une appartenance commune, l’appel devient tiède et vous avez alors une chance sur deux. Mais le must est d’appeler de la part d’une relation commune. Avec cet appel chaud, vous décrocherez un rendez-vous neuf fois sur dix. » Autrement dit : ne pas hésiter à demander à ses contacts s’ils peuvent booster vos chances.
"Les entreprises sont tellement sollicitées qu’il est difficile de décrocher un rendez-vous. Dès lors, une approche intéressante peut être de commencer par demander un conseil."

Border sa demande avec l’assistante


Mais même sans recommandation, rien n’est perdu. « On peut déjà préparer son appel avec l’assistante, recommande Dorothée Bazin, auteure du Guide des assistantes de A à Z. En demandant gentiment et en expliquant la raison de son appel, on peut obtenir de précieux conseils sur ce que le recruteur aime entendre et surtout sur les plages horaires où il est le plus disponible car elle a les clés de son agenda. » Pratique pour solliciter un rendez-vous au bon moment. « Parfois, elle pourra même, ensuite, faire remonter des informations positives sur vous et favoriser l’accueil de votre demande. »
 

Préparer son appel


On ne décroche pas un rendez-vous informel sans un minimum d’anticipation. « Évidemment, il faut préparer un script efficace, conseille Frédéric Chartier, auteur du livre Comment réussir par téléphone nos prises de rendez-vous ?. La personne en face de vous se demande qui vous êtes et ce que vous voulez, il faut lui dire vite. » Mais ce formateur ajoute un autre truc utile. « Essayez d’envoyer un mail avant, avec votre CV, pour le prévenir de votre appel. Même s’il ne l’a pas lu, le recruteur ne pourra pas se débarrasser de vous en vous disant de transmettre un CV. Vous pouvez déjà passer à l’étape suivante et suggérer plusieurs dates pour une rencontre. »
 

Ne pas dévoiler trop vite le vrai objet de son appel


« Les entreprises sont aujourd’hui tellement sollicitées qu’il est souvent difficile de décrocher un rendez-vous, concède Erick Leroux. Dès lors, une approche intéressante peut aussi être de commencer par demander un conseil… » En effet, si vous êtes en recherche de poste, il peut être toutefois judicieux de ne pas dévoiler votre jeu trop vite. « Si vous vous recommandez de quelqu’un, vous pouvez solliciter un rendez-vous pour demander un conseil ou évoquer une problématique particulière liée à votre secteur qui peut intéresser le recruteur, observe Hervé Bommelaer. C’est un type de rendez-vous plus difficile à refuser puis, en face à face, vous pourrez évoquer d’éventuelles opportunités professionnelles… »
 

Poser des questions ouvertes


L’enjeu, quoi qu’il arrive, est de ne pas donner à votre interlocuteur de raisons d’abréger l’appel. « Pour ne pas le braquer, il faut éviter d’abuser de phrases négatives comme "J’espère que je ne vous dérange pas", ajoute Dorothée Bazin. Il faut plutôt être assertif et positif dans son appel car c’est aussi une façon de prouver son dynamisme. Il faut aussi aller droit au but pour, effectivement, ne pas le déranger longtemps. « La règle d’or est de ne poser que des questions ouvertes », précise Frédéric Chartier. Bannissez donc les questions fermées auxquelles on ne répond que par oui ou par non. « Si vous commencez par : "Est-ce que je vous dérange ?", il peut vous répondre que oui. Après votre brève introduction, préférez une formule plus directe comme : "Quand peut-on se voir rapidement ?".
 

Savoir saisir des perches


Pour décrocher un rendez-vous, Frédéric Chartier recommande enfin un certain état d’esprit.  « Votre interlocuteur aura plein d’excuses pour ne pas vous rencontrer. Mais alors que certains y verront des objections, moi je préfère les considérer comme des perches. Par exemple, si on répond « Je n’ai pas de poste pour l’instant. » Moi j’entends surtout "pour l’instant" et je propose de le rencontrer quand même. Et s’il n’a vraiment pas le temps "en ce moment", je lui propose plusieurs créneaux de dix minutes un peu plus tard. » Comment résister… à la fin ?

La rédaction