Senior : Comment trouver un emploi ?

Recommencer une vie professionnelle à 50 ans, ne le cachons pas, c’est un vrai défi. Mais un défi, ça se relève ! Beaucoup l’ont fait, alors pourquoi pas vous ? Commencez par ne plus voir votre âge comme un handicap mais plutôt comme un gage d’expérience.

Après 50 ans, vous êtes foutu… Faux ! répond Nicolas Thébaut, dirigeant du réseau de managers Tebopro. Pour l’auteur de « 6 idées décalées pour trouver un emploi », c’est plutôt une nouvelle vie qui commence. Force est d’admettre que c’est une nouvelle vie qui a parfois bien du mal à commencer. Le taux d’emploi des plus de 50 ans en France est l’un des plus faibles d’Europe (40,1 % des hommes et 35,2 % des femmes ont de 55 à 64 ans). Le plan national d’action concerté pour l’emploi des seniors 2006-2010 entend faire changer les choses et vise un taux d’emploi des seniors de 50 % à l’horizon 2010.

Cherche-t-on un emploi à 25 ans comme à 50 ans ?


Incontestablement, non. C’est justement pour cela que la dizaine de Cités des Métiers réparties sur le territoire ont mis en place de nombreux programmes et ateliers pour aider les seniors. Un site web spécifique « Travailler après 45 ans » a même été créé. Conseils pratiques, contacts utiles, exemples d’initiatives locales, guide des aides… c’est une véritable mine d’informations pour trouver un emploi ou créer son entreprise.
« Il ne faut pas rester seul face à sa recherche, le fait de rencontrer des gens pour vous conseiller et surtout des salariés qui ont retrouvé un emploi est très dynamisant », explique Olivier Las Vergnas, directeur de la Cité des Métiers de la Villette, qui conseille de se tourner vers les Maisons de l’emploi locales et les associations de « quinquas ». Activez aussi votre réseau familial, professionnel, amical…

Mettez vos compétences en valeur


- Première étape : repensez votre CV. Pour Olivier Las Vergnas, « un senior doit renoncer à l’organisation traditionnelle, il présentera son CV par compétence. Vous n’allez pas raconter 30 ans de vie professionnelle de façon chronologique, mettez plutôt en avant vos points forts. »- Si vous ne savez plus très bien où vous en êtes, que vous pensez vous reconvertir ou changer de secteur, optez pour le bilan de compétences. C’est l’outil idéal pour faire le point sur vos aptitudes et vos motivations afin de mieux définir votre projet.- Aucun diplôme en poche ? Mais, aujourd’hui, votre expérience vaut de l’or Une solution pour faire reconnaître vos compétences : la validation des acquis de l'expérience (VAE). Vous pouvez ainsi obtenir un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle.- Et enfin, le conseil « pro » d’Olivier Las Vergnas : « Il faut se tourner vers les entreprises qui, pour des raisons de crédibilité vis-à-vis de leur clientèle, ont intérêt à engager des seniors. C’est vrai dans le domaine de l’optique, par exemple, ou pour la gestion de patrimoine immobilier. »

Succès croissant pour l’intérim et le portage salarial


De plus en plus de seniors optent pour l’intérim. Les 45 ans et plus représentent aujourd’hui 12 % de la population intérimaire*. Excellent moyen pour ne pas rester inactif trop longtemps, une mission permet de rester en contact avec le marché du travail et peut déboucher sur un poste fixe. Certains y prennent goût et préfèrent aller de mission en mission.
Si vous avez envie de prendre votre indépendance pour vendre votre expertise, du conseil ou de la formation, mais que vous hésitez à monter votre propre structure, le portage salarial est fait pour vous. En effet, l’entreprise à laquelle vous proposez vos services ne doit pas s’engager contractuellement en vous proposant un CDD mais vous bénéficiez du statut de salarié par rapport à la société de portage. Vous n’aurez donc aucune tracasserie administrative à gérer. Autre avantage : vous n’avez pas d’argent à investir, la société de portage prélève une commission sur le chiffre d’affaires généré. Attention cependant, les professions libérales réglementées n’ont pas accès à ce statut.

Créer son entreprise


Envie d’ouvrir ce magasin de musique dont vous rêvez depuis 20 ans ? Vous avez quelques économies de côté, plus d’enfant à charge, l’expérience nécessaire : c’est le moment ou jamais de vous lancer. Sachez que les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans peuvent bénéficier, en plus, de l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise), du programme EDEN (Encouragement au Développement d’Entreprises Nouvelles). Le dispositif vous octroie une avance remboursable sans intérêt dans un délai de 5 ans.Votre devise à partir de maintenant : " Alors ? Qu'est-ce qui vous fait croire que nous sommes trop vieux pour travailler avec vous ? ", dixit la campagne de communication nationale du gouvernement en faveur des seniors.
* Enquête Crédoc février 2007

La rédaction