SNCF Réseau recrute 2 800 techniciens et ingénieurs pour se moderniser

La branche SNCF en charge de la maintenance du réseau ferré français sifflera le départ de ses recrutements 2018 dans quelques jours. Les moins de 30 ans aux profils agiles, susceptibles de bousculer les habitudes de travail, sont particulièrement recherchés.


"Place à l’avenir." C’est le slogan émulateur que s’est choisi SNCF Réseau pour lancer sa campagne de 2 800 recrutements à temps pleins, majoritairement en CDI dès 2018. La branche en charge de l’entretien et de la gestion du réseau ferroviaire français commencera sa sélection dès le 25 septembre 2017.
Plus de 2 000 postes concernent des techniciens et techniciens supérieurs, pour des profils allant du BEP/CAP à Bac +3. Parmi les métiers recherchés figurent des aiguilleurs du rail, des techniciens en signalisation mécanique, des techniciens télécoms ou techniciens de la caténaire. De nombreux postes sont également proposés en alternance avec possibilité d’embauche en CDI.
Des postes dans toutes les régions
Avec l’arrivée des Jeux Olympiques en 2024 et le projet du Grand Paris, un tiers des embauches se concentrera en Île-de-France. Auvergne-Rhône-Alpes et Grand-Est sont aussi en tête des régions qui recruteront le plus.
 

Des profils plutôt jeunes, agiles… et féminins


Les 800 autres postes correspondent à des profils de managers et d’ingénieurs de niveau Bac +5, ou à des personnes expérimentées dans les métiers de l’ingénierie. Ces postes concernent les spécialités génie civil, génie électrique ou encore la planification d’horaires ferroviaires. « Nous cherchons des profils atypiques, qui bousculent nos édifices », précise Thomas Wecxsteen, directeur de l’agence cadres SNCF. En clair, la vénérable maison cherche à intégrer du sang neuf, des profils agiles capables d’apporter de nouvelles façons de travailler qui profitent à toute l’entreprise.
D’ailleurs, côté profils, la SNCF met en avant la jeunesse et la parité : « plus de 2 000 personnes embauchées seront des jeunes de moins de 30 ans », rappelle Georges Ichkanian, directeur des ressources humaines de SNCF Réseau. « On n’a pas beaucoup de femmes mais on fait des efforts là-dessus », assurait déjà Dominique Becker dans une interview donnée à Keljob en juin dernier. « Nous avons recruté 20 % de femmes sur ces métiers l’année dernière. Côté circulation ferroviaire, nous avons 11 % de femmes sur l’exploitation des réseaux. En revanche, côté métiers techniques, on est seulement à 4 %. »
Quant aux qualités requises, « on demande surtout de la rigueur, de l’autonomie, de la capacité à faire face aux aléas, de l’aptitude à la communication, de la capacité à travailler en équipe », détaille Georges Ichkanian. Ces capacités permettront de se construire une carrière au sein de la maison SNCF, selon Dominique Becker : « Un agent qui rentre aujourd’hui comme agent d’exécution en signalisation, à la circulation ferroviaire ou à la maintenance de la voie, peut très bien évoluer à terme sur un poste de cadre. »

Des salaires avec primes


La grille des salaires est variable, mais, par exemple, « un opérateur sur voies, non diplômé, aura un salaire de départ de 1 250 euros nets (13e mois inclus), avec des indemnités potentielles pour le travail de nuit ou des astreintes pendant le weekend », explique Dominique Becker, directeur de l’Agence d’évaluation et de recrutement de SNCF Réseau. « Cela peut représenter entre 300 et 700 euros par mois de revenus supplémentaires. À Bac+2 ou 3, on passe à 1 550 euros nets, avec la même variable de revenus en plus. »
 

La rédaction