Titre CV et accroche : les 7 erreurs à ne pas faire

Faire ressortir votre candidature et donner envie aux recruteurs d’examiner votre CV : voilà ce qu’un bon titre et une accroche pertinente peuvent faire. Encore faut-il ne pas se planter... Voici les 7 bourdes à éviter pour rédiger une accroche CV vraiment efficace.

1ère erreur : l’absence de titre et d’accroche sur votre CV


L’accroche n’a rien d’obligatoire sur un CV mais elle vous donne plus de chances d’être repéré. Céline Lachenal, chargée de recrutement chez SGS, a remarqué que « de plus en plus de candidats font l’effort de donner un titre à leur CV et de plus en plus cherchent à se démarquer en choisissant un slogan plutôt que le classique intitulé du métier. »
Afficher titre et accroche sur son CV aide les recruteurs à comprendre immédiatement vos ambitions, mais pas seulement. La démarche est aussi bénéfique pour votre recherche d’emploi puisqu’elle vous oblige à réfléchir à votre objectif professionnel ainsi qu’à vos atouts pour un poste.
 

2e erreur : le manque de cohérence


Quelle que soit l’offre d’emploi à laquelle vous répondez, assurez-vous d’être logique. Vous pouvez sans problème combiner les termes webdesigner et graphiste ou, pourquoi pas, recruteur et responsable RH, mais pas question de vous prétendre à la fois informaticien et jardinier. C’est peut-être le cas, mais préparez alors deux candidatures différentes pour ces deux postes.
De la même manière, Sébastien Sanchez, directeur exécutif chez Page Personnel, vous recommande de « faire en sorte que le titre soit pertinent par rapport au reste du CV. » Imaginez la surprise du recruteur, et même sa déception, si on lui annonce la candidature d’un chef de projet informatique et qu’à la lecture, il découvre les expériences et compétences d’un chef de projet BTP…
 

3e erreur : ne pas choisir les bons mots-clés


Être précis dans le vocabulaire est essentiel, car, comme le rappelle Mehtap Can, consultante recrutement chez Dreamsearch, « les recruteurs travaillent par mots-clés. Les utiliser dans son CV, c’est se rendre visible des moteurs de recherche. » C’est également une manière de prouver, dès le titre, que vous maîtrisez la terminologie liée à votre poste. Par exemple, vous pouvez donner, dans votre accroche, le nom de votre logiciel de prédilection. Et pour augmenter vos chances d’être repéré sur les moteurs de recherche, si vous êtes directeur artistique, précisez aussi DA entre parenthèses. Même exercice pour les directeurs des ressources humaines (DRH), directeurs administratifs et financiers (DAF)…
 

4e erreur : se contenter de banalités


N’espérez pas attirer l’attention des recruteurs avec des accroches comme "Je suis motivé", "candidat sérieux", "jeune et dynamique". Ces expressions ne font que trahir un manque d’analyse de vos atouts pour le poste convoité.
Si les employeurs ne vous demandent pas de déborder d’imagination ils attendent des informations précises et percutantes. « Si c’est pour être trop généraliste, autant ne pas ajouter d’accroche à votre CV », estime Céline Lachenal. En effet, elle ne servirait alors ni à informer le recruteur, ni à vous faire repérer sur les jobboards grâce au référencement. Inutile, donc, de gaspiller de l’espace.
 

5e erreur : se limiter à des copiés-collés


Une fois le titre et les compétences spécifiques de votre candidature trouvés, « n’hésitez pas à les changer en fonction de l’offre à laquelle vous répondez », rappelle Mehtap Can. Pensez, par exemple, à utiliser le vocabulaire de l’entreprise. Ainsi, si elle cherche un vendeur, servez-vous de ce terme, mais si elle souhaite recruter un commercial, penchez plutôt pour celui-là. Et insistez sur les caractéristiques de votre expérience (disponible immédiatement, bilingue, mobile, spécialiste d’un secteur…) qui semblent être primordiales pour le poste.
 

6e erreur : Miser sur la longueur


Si vous voulez exposer vos capacités rédactionnelles, attendez la lettre de motivation. Un titre et une accroche pour votre CV, c’est quelques mots, pas plus. « Il faut être simple, sobre, efficace et préciser le poste qu’on recherche, avertit Sébastien Sanchez. C’est après qu’il faut être capable de développer. » Vous aurez l’occasion de détailler vos compétences et expériences dans le reste du CV puis, dans un second temps, à l’occasion de l’entretien.
 

7e erreur : S’arranger avec la réalité


Comme dans tout le reste du CV, le mensonge est à bannir de l’accroche. « Certains candidats se survendent, déplore Céline Lachenal. Ils choisissent un titre de type "chasseur de clients", et lorsqu’on les contacte, on apprend qu’ils ne veulent pas faire de prospection ! » De la même façon, évitez de préciser bilingue si votre anglais se limite à annoncer que Bryan est dans la kitchen. Ou ne vous vantez pas de votre expérience si vous n’avez derrière vous qu’un stage de 6 semaines. Ce ne serait qu’une perte de temps pour vous et pour le recruteur, puisqu’il finira de toute façon par repérer la tromperie.

La rédaction