Travailler à l'étranger : où s'exporter selon son profil ?

Envie d’acquérir une première expérience professionnelle ? De booster votre carrière ? De plus en plus de Français choisissent de le faire en partant à l’étranger. Zoom sur les métiers les plus recherchés par territoire pour les candidats qui ont une bonne connaissance des langues.

Amérique du Nord


Au Canada comme aux États-Unis, les besoins en main-d’œuvre qualifiée ne manquent pas. Notamment dans l’industrie pétrolière et gazière. « Il y a une pénurie de compétences techniques de l’amont à l’aval : forage, transport ou Recherche & Développement. Un candidat français qui a fait une école d’ingénieurs ainsi qu’un troisième cycle spécialisé dans cette filière trouvera, en Amérique du Nord, un poste plus vite qu’en France », assure Fabrice Lacombe, président de Michael Page France, Afrique et Europe du Sud. Les ingénieurs français sont en effet très prisés outre-Atlantique. « Ils sont spécialisés dès le début de leur formation, contrairement aux Anglo-Saxons », décrypte Oliver Sheppard, chargé de mission pour Pôle emploi International.
Autre secteur porteur : l’informatique. La demande est forte dans la Silicon Valley et au Canada pour des profils d’ingénieurs réseaux et de chefs de projet IT. « Les français sont bien formés grâce au système d’alternance et aux stages. Ils peuvent ainsi se hisser à des postes intéressants au sein d’entreprises qui recrutent sur des compétences plutôt que sur l’aspect linguistique, puisque le langage informatique est le même », confie John Murat, directeur du cabinet Approach People Recruitment.
>>Retrouvez nos dernière offres d'emploi en Amérique du Nord
 
"Trois ressortissants français arrivent chaque jour à Dubaï. Cela concerne tous les corps de métier : business, construction, finance… " 

Europe


« En Europe, c’est aujourd’hui vers l’Allemagne qu’il faut se tourner », témoigne Oliver Sheppard. Un avis partagé par Fabrice Lacombe. « Les technologies sont les mêmes qu’en France. Chefs de projets, développeurs, ingénieurs réseaux…  La demande existe en finance, dans l’informatique ou dans le secteur industriel, que ce soit en maintenance, en production ou en qualité », note-t-il. Les français germanophones sont ainsi très appréciés, à condition qu’ils parlent l’anglais, au minimum. John Murat assure qu’il existe également de nombreuses opportunités entre l’Angleterre et l’Irlande, « pour des postes de responsable clientèle grands comptes ou en support utilisateurs et suivi de commandes. Moyennant de bonnes compétences en communication et une première expérience en contact client, les multinationales étrangères comme Google, Facebook ou Apple qui centralisent leurs opérations et développent des centres d’expertises en Europe, recherchent du personnel en permanence », confirme-t-il.
>>Retrouvez nos dernières offres d'emploi en Europe
 

Asie du Sud-est


« En Asie, les postes sont plutôt réservés à des niveaux de qualification élevés. L’avantage sera ainsi donné aux candidats bénéficiant d’une première expérience conséquente », analyse Oliver Sheppard. « En Indonésie, Malaisie, Thaïlande, des destinations où la croissance économique pousse, la demande se fait sentir pour des profils de cadres, quels qu’ils soient », ajoute Fabrice Lacombe. En raison de la nature du marché, l’import/export vers l’Europe y est très important. Les entreprises françaises et internationales sollicitent les candidats bénéficiant d’un bagage en commerce international pour des fonctions d’encadrement. Enfin, malgré le virage entrepris dans le domaine de l’informatique dans la région, « la capacité de formation des pays émergents ne suffit pas à remplir tous les besoins », selon Fabrice Lacombe. Développeurs, spécialistes du marketing sur le web et chefs de projet français séduisent ainsi les recruteurs.
 

Moyen-Orient


« Trois ressortissants français arrivent chaque jour à Dubaï. Cela concerne tous les corps de métier : business, construction, finance… Localement, les entreprises n’ont pas les compétences adaptées, relate Gilles Lechantre, co-fondateur du cabinet Cooptalis. Nous ressentons de forts besoins pour des postes d’ingénieurs dans le domaine industriel, avec des technicités importantes dans la mécanique par exemple. Les candidats ayant fait le tour de leur poste en France et souhaitant s’expatrier trouveront du travail sur place sans trop de problèmes ». Dans le domaine de la construction, les possibilités affluent notamment chez les grands groupes français basés sur place. Tout comme dans le secteur pétrolier, où de grands projets entre l’Arabie Saoudite et Dubaï font croître la demande en main-d’œuvre.
 

Partout dans le monde : hôtellerie, restauration et métiers de bouche


Les métiers de bouche tels que boulangers, pâtissiers ou chefs cuisiniers jouissent du précieux savoir-faire “Made in France”. « Nos formations en hôtellerie/restauration sont prisées partout dans le monde. Sens du service, de l’accueil… cette filière d’excellence est donc recherchée. Dans le domaine de la boulangerie, il y a des concepts qui se lancent en ce moment et qui entraînent des besoins. Les entrepreneurs cherchent principalement des jeunes puisque leur situation familiale est propice à ce genre de challenge », conclut Oliver Sheppard.
 

La rédaction