Un exercice pour savoir parler de ses échecs à un recruteur

Quand ils cherchent leur premier emploi, les candidats redoutent particulièrement les questions piège de l’entretien d’embauche, et notamment celles qui les obligent à parler de leurs échecs. Mais un simple exercice peut changer tout ça.

Cet exercice qui peut éviter bien des sueurs froides en entretien est extrait du livre Entretien d’embauche, 15 exercices pour étudiants et stagiaires d’Alexandre De Gennaro, et dont Keljob est partenaire.
 
Descriptif :
Tout le monde a subi des échecs dans son parcours et en a tiré des leçons qui l’ont amélioré ou renforcé.
Phase :               
Milieu ou fin d’entretien.
Objectif :           
Identifier les leçons que vous avez tirées de vos échecs. Trouver des exemples concrets où vous avez utilisé avec succès ces leçons.
Durée :               
15 à 30 min
Nous passons tous par des échecs, il faut en être conscient. L’importance dans l’échec, c’est d’identifier la source (les motifs) et d’en tirer des conclusions afin de ne pas reproduire l’insuccès.
"Vous ne devez jamais amener la discussion sur vos échecs. En revanche, vous devez vous tenir prêt à vous défendre, en montrant, par des exemples pertinents, les leçons que vous en avez tirées."

Exercice


Listez vos échecs dans tous les domaines : scolaire, privé, professionnel, sportif, etc.
Pour chacun d’entre eux, posez-vous objectivement la question : "Quelles raisons m’ont fait échouer et quelles leçons en ai-je tirées ?"
Ne rejetez surtout pas la faute sur un autre, vous avez forcément une part de responsabilité dans cet échec et c’est ce qui vous intéresse pour aller de l’avant.
Placez ensuite dans la dernière case des exemples concrets de situations où vous avez appliqué les leçons tirées de vos échecs.
Échec Analyse/raison Leçons appliquées
1. Année d’échec scolaire Mon organisation pour travailler mes cours n’était pas bonne. J’ai décidé de suivre des cours et d’étudier 45 minutes de plus chaque matin avant d’aller à l’école
2. …    
Exemple :
Lors de votre scolarité, vous avez dû refaire une année. Votre recruteur le verra sans aucun doute sur votre CV et il vous interrogera probablement à ce sujet. Vous avez deux options dans cette situation : 1) mettre la faute sur le monde entier ou 2) trouver votre part de responsabilité dans cet échec, l’assumer et montrer que vous ne ferez plus la même erreur maintenant que vous en avez fait l’expérience.
Effectivement dans cette situation, nous avons tendance à trouver des responsables externes pour justifier notre situation : "Mes parents se sont séparés, mon professeur n’était pas bon, je ne m’entendais pas avec mes camarades, j’étais sous mauvaise influence, etc." Des responsables externes vous en trouverez toujours, mais la réalité est qu’ils ont seulement eu une influence sur vous. Vous avez donc aussi une part de responsabilité, la clé du succès, et surtout la solution pour que cela ne se reproduise jamais sont entre vos mains.
Si vous faites cette analyse et que vous pouvez sincèrement expliquer au recruteur quelle a été VOTRE part dans l’échec et pourquoi cela ne se produira plus, vous aurez marqué des points importants. Dans le cas de notre exemple, vous avez raté votre année scolaire, car votre niveau de mathématiques et de français était trop bas. Expliquez au recruteur que cet échec vous a marqué et vous a permis de prendre conscience que votre méthode d’apprentissage n’était pas la bonne. Vous en avez donc développé une autre et vous n’avez plus jamais redoublé.
En d’autres termes, il s’agit d’expliquer en quoi votre nouvelle méthode vous a aidé. Aborder le problème de cette façon montrera que vous êtes capable de trouver des solutions et de ne plus faire les mêmes erreurs.
 
Lire aussi : Les 10 gestes qui énervent les recruteurs
 

La rédaction