Réagir

La start-up montpelliéraine BIME embauche commerciaux et développeurs en 2015

Après une levée de fonds remarquée de 3 millions d'euros fin 2013, la start-up BIME, éditrice d'une solution cloud Business Intelligence, continue à se développer. En 2015, elle compte embaucher une vingtaine de développeurs et commerciaux à Montpellier.

« Tous les jours, de nouveaux services web apparaissent, créant de nouvelles données métiers à analyser, en plus des sources de données traditionnellement installées dans l’entreprise. Nous aidons les entreprises à connecter toutes ces données en un seul et même endroit pour pouvoir les analyser en temps réel », commente Rachel Delacour, CEO et co-fondatrice de BIME. Si la start-up compte 40 collaborateurs, elle souhaite en engager une vingtaine de plus en 2015 pour assurer ses développements techniques et la croissance de ses ventes.

 

La Business Intelligence au cœur des recrutements

Les embauches porteront majoritairement sur des profils de développeurs qui travailleront sur des technologies Cloud et de développement comme Scala ou Javascript. « Nous ne cherchons pas forcément des professionnels ayant une longue expérience, plutôt des profils brillants qui aiment apprendre par eux-mêmes pour faire avancer les choses. Ils auront aussi à apprendre de nouveaux types de bases de données », assure Rachel Delacour.

D'autre part, et puisque la majorité des abonnements sont vendus à l'étranger, BIME recherche des commerciaux bilingues parlant espagnol, anglais ou finlandais et capables de vendre à distance. « Ils effectueront des démonstrations de produits. Ils devront donc posséder un background et une appétence en matière de Business Intelligence. »

L'enseigne cible avant tout des candidats capables de démontrer leur pro-activité sur le web. Pour le recrutement, après un entretien individuel, les candidats rencontreront l’équipe qui rendra un avis à son tour.

 

Photo : Rachel Delacour & Nicolas Raspal, co-fondateurs de BIME

 

Vos réactions (0 Réaction)

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères