Réagir

Les recruteurs hommes accordent plus d'importance à l'apparence des candidats

Mauvaise photo sur le CV, selfie peu flatteur posté en ligne ou encore tenue trop décontractée. Les recruteurs évaluent beaucoup les candidats sur leur apparence contrairement aux recruteuses qui s’intéressent bien plus aux compétences, diplômes et aux références.

 

L’apparence compte en entretien, surtout quand ce sont les hommes qui recrutent. Une récente étude* américaine souligne que, lorsqu’il s’agit d’embaucher, les hommes se fient davantage à l’impression générale produite par un candidat qu’à des critères rationnels. L’apparence et le style auront ainsi plus d’impact sur un recruteur (30 %) que sur une recruteuse (26 %).

Un réflexe masculin et old school

Pour un recruteur masculin, une tenue formelle reflète le sérieux du candidat. Une tenue trop décontractée sera rédhibitoire pour 29 % des hommes, contre 22 % des femmes. Cet intérêt n’a rien de superficiel. Au-delà des vêtements, les hommes cherchent à cerner la motivation du candidat. Une attitude enthousiaste plaira à 66 % des hommes contre 60 % des femmes.

L’intérêt pour l’apparence ne tient pas uniquement au sexe du recruteur. C’est un réflexe de la vieille école, bien plus ancré chez les recruteurs plus âgés (hommes et femmes confondus). Après 50 ans, 33 % d’entre eux valorisent l’apparence et 24 % apprécient une tenue soignée. Avant 35 ans (génération Y), ces chiffres tombent à 17 % et 12 %.

Plus sensibles aux photos sur les CV

En ce qui concerne le physique des candidats, 32 % des hommes portent une véritable attention à la photo sur le CV. 27 % admettent même que ce seul élément influence leur décision de proposer ou non un entretien. Seules 20 % des femmes disent regarder attentivement la photo, et décider après cet examen de donner suite à la candidature.

Avant d’envoyer son CV, mieux vaut faire le ménage dans ses selfies postés sur les réseaux sociaux. 12 % des recruteurs masculins attribuent à ces photos non-professionnelles une influence négative sur leur décision. Seules 5 % des femmes évoquent le même phénomène. D’une manière générale, les recruteuses s’attachent à rester rationnelles et factuelles.

Diplômes et références, une affaire de femmes ?

Signe de cette différence entre les sexes, le feeling en entretien reste une affaire d’hommes. Quand les hommes évaluent d’abord un candidat sur le plan visuel, les femmes se concentrent sur les compétences. Les recruteuses examinent ainsi davantage les diplômes (25 %) et les références (35 %) que leurs homologues masculins (18 % et 29 %).

*Étude Recruiter Nation Report 2017 publiée par le cabinet de recrutement américain Jobvite le 21 septembre dernier. Pour cette enquête annuelle, 831 recruteurs américains ont répondu à un questionnaire en ligne.

Vos réactions (0 Réaction)

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères