Réagir

6 conseils pour finir un entretien en beauté

Les employeurs sont formels : la fin de l’entretien d’embauche est primordiale car c’est la dernière impression que vous allez laisser. Que faut-il faire, ou ne pas faire, pour que votre dossier reste au-dessus de la pile ? La réponse avec Keljob.

1 Savoir synthétiser

En fin d’entretien, quelle que soit l’étape du processus de recrutement, les candidats ne doivent pas hésiter à résumer brièvement l’entrevue. « Pour conclure l'entretien, le candidat doit être capable de reformuler synthétiquement le poste, son contenu, les compétences attendues ainsi que sa motivation et ses atouts pour celui-ci », précise Julien Barrois, directeur exécutif de Page Personnel, responsable de la filière Comptabilité, Finance, Audit, Conseil et Expertise en Île-de-France. En réaffirmant ainsi votre motivation, vous laisserez le recruteur sur une touche positive.

 

2 Poser des questions adaptées à votre interlocuteur

Julien Barrois préconise également de poser des questions pertinentes en fonction du type d’interlocuteur et du type d’entretien. « En amont de l’entretien, le candidat doit avoir préparé des questions adaptées aux différents interlocuteurs possibles ».

Par exemple, face à un opérationnel, les questions seront davantage techniques : quel logiciel comptable utilisez-vous ? Comment se déroule la collaboration avec l’équipe R&D ?... Mais face à un membre de la direction, les questions d’ordre stratégique seront les plus opportunes : dans quelle direction pensez-vous développer votre site web ? La fusion de vos deux principaux concurrents aura-t-elle des conséquences sur votre stratégie ?...

 

3 Oser questionner le recruteur sur ses impressions

« Selon moi, une question clé n’est quasiment jamais posée lors des entretiens : que pensez-vous de mon profil ? Car les candidats ont souvent peur de la réponse », remarque Jacques Froissant, directeur du cabinet Altaïde, spécialisé dans le recrutement pour les start-ups et le secteur digital.

Or cette question sans détour peut faire marquer des points, en particulier pour les profils commerciaux. « Dans ce cas, l’entrevue peut être vue comme une vente à conclure et oser poser cette question démontrera l’aptitude à conclure dans le business en général ».

Cependant, les questions directes doivent être maniées avec diplomatie et précaution. Si des profils de commerciaux ou de communicants doivent mettre en avant leur pro-activité et leurs capacités relationnelles, des profils techniques ou administratifs seront davantage évalués sur leur sens de la maîtrise et du contrôle.

 

4 Parler de la suite du processus

Évoquer la suite du recrutement peut paraître évident, mais certains candidats ont tendance à l’oublier. Si ce point n’a pas été abordé précédemment, les employeurs apprécient lorsque les futurs recrutés prennent l’initiative de connaître les prochaines étapes de l’embauche.

Comme dans toute négociation, demander qui, quand et comment se recontacter ne représente par un impair. Au contraire, chercher à avoir de la visibilité sur la suite est synonyme d’intérêt pour le poste et de professionnalisme.

 

5 Rester dans une approche globale pour le 1er entretien

Selon Frédéric Compain, directeur associé en charge du recrutement des profils techniques pour la société Avencall, « s’il s’agit du premier entretien d’embauche, il serait maladroit pour le candidat d’aborder des questions d’ordre administratif. Car ce que je cherche à évaluer est avant tout l’évolutivité d’un profil, plutôt que son intérêt pour les avantages sociaux. »

Si les horaires ou les avantages en nature doivent bien sûr être évoqués à un moment donné du recrutement, c’est soit à l’initiative du recruteur, soit au cours d’un prochain entretien. Mais certainement pas en fin du premier entretien, sous peine de laisser une impression mercantile.

 

6 Finir sur une touche plus décontractée

La fin de l’entretien peut être l’occasion de décompresser, tout en faisant bien sûr preuve de professionnalisme. Une fois l'entretien terminé, Julien Barrois préconise ainsi d’adopter « une attitude un peu plus décontractée, mais toujours en adéquation avec l’image professionnelle véhiculée durant l’entretien ».

Si le recruteur vous raccompagne à la sortie, cela peut être l’occasion de discuter des locaux de l’entreprise : comment s’organisent les bureaux et les différents services. Vous pouvez également profiter de ces derniers moments pour lancer un sujet de discussion plus informel, que ce soit sur la météo, le quartier où est située l’entreprise ou encore le réseau de transports pour s’y rendre, en gardant bien sûr toujours une tonalité positive. Une manière de montrer votre naturel social et de dévoiler davantage votre personnalité. Toutefois, cette attitude est évidemment à bannir si la personne qui vous reçoit vous fait sentir qu'elle est pressée.

Vos réactions (0 Réaction)

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères