3
réactions

Les 5 défis des chercheurs d'emploi

Vu la concurrence qui existe sur le marché de l’emploi, les candidats qui ne sont pas préparés réduisent clairement leurs chances de trouver un nouveau job. Pour vous faire gagner du temps, Keljob vous détaille les 5 défis que vous devoir surmonter.

1 Bien définir son projet professionnel

La base de toute recherche d’emploi, c’est justement de savoir ce que l’on recherche exactement. Et d’après Cédric Duquenne, senior manager chez Hays, cela n’a rien d’évident pour un grand nombre de personnes confrontées à cette situation : « Il s’agit de bien se connaître pour pouvoir ensuite cibler les bonnes offres. Trop de chercheurs d’emploi ont tendance à manquer cette première étape importante qui consiste à mettre à plat ses attentes. Il faut être le moins flou possible. » Il faut pouvoir répondre à quelques questions simples : pour quel métier suis-je fait ? Quel type d’entreprise je vise ? Quelles sont mes compétences ? Suis-je mobile ? « Il faut savoir lever la tête et réfléchir à ce qu’on souhaite de mieux pour sa carrière, relève également Pierre Rabozzi, directeur chez Page Personnel. Qu’est-ce que j’ai envie de devenir professionnellement ? Voilà une autre bonne question à se poser. » Vous pouvez ainsi classer les critères par ordre de priorité : bien gagner ma vie, avoir des responsabilités, voyager ou encore me sentir utile. Vous saurez ainsi mieux faire le tri dans les offres. « Il faut être honnête avec soi-même et avec ses besoins », préconise Pierre Rabozzi.

Lire aussi : Comment définir son projet professionnel

"Moins vous ciblez vos envois et plus vous vous exposez à essuyer des refus ou des non-réponses. Mieux vaut soigner dix candidatures que de répondre à cent sans faire le tri." 

2 Organiser sa recherche avec méthode

Au quotidien, la recherche d’un emploi peut s’apparenter à un vrai travail en soi. C’est le constat fait par la coach Bérangère Touchemann, qui recommande une recherche planifiée : « Postuler à tour de bras sans méthode ne sert à rien, il est préférable de bien organiser son temps de recherche. En partant d’un projet professionnel bien défini, vous pouvez par exemple consacrer une heure à éplucher annonces, jobboards et réseaux sociaux, puis l’heure suivante à répondre aux offres identifiées, une troisième heure aux relances, et ainsi de suite. » En n’oubliant pas de tout noter sur un carnet, un tableau Excel ou grâce à une application de type BoxMyJob, afin de tout de suite pouvoir avoir sous les yeux les candidatures envoyées, la date, le nom de l’interlocuteur, etc. « Vous pouvez aussi définir un périmètre à élargir dans la durée, suggère également Bérangère Touchemann. Par exemple se concentrer quinze jours sur la ville où vous souhaitez évoluer, puis si cela n’aboutit pas agrandir le cercle les jours suivants. »

 

3 Gérer frustrations et déceptions

Il faut bien avoir en tête que le temps des chercheurs d’emploi n’a rien à voir avec le temps des recruteurs. Ainsi pour les candidats, la recherche d’emploi s’apparenter à un marathon de plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Et il y aura certainement des échecs et des déceptions à devoir gérer, comme le signale Zineb Mcharek, consultante senior chez Fed Finance : « Certaines candidatures ne reçoivent aucune réponse, d’autres s’arrêtent au niveau de l’entretien final. Ce sont des situations compliquées à gérer, mais il faut savoir ne pas se décourager. » Elle préconise de demander des conseils aux recruteurs qui ne vous ont pas retenu : « On ne vous refusera jamais de vous expliquer les raisons pour lesquelles vous avez échoué, cela vous permettra de vous améliorer. » Autre conseil de Cédric Duquenne pour gérer la frustration : privilégier la qualité à la quantité. « Moins vous ciblez vos envois et plus vous vous exposez à essuyer des refus ou des non-réponses. Mieux vaut soigner dix candidatures que de répondre à cent sans faire le tri. » En plus de faire gagner du temps, cette technique permet de diminuer le nombre de refus et est donc meilleure pour le moral !

Lire aussi : Que faire si un recruteur dit non ?

 

4 Veiller à ne pas s’isoler

Du jour au lendemain, vous pouvez vous retrouver seul chez vous en quête d’un nouvel emploi alors que vous travailliez jusqu’à présent en open space. Un changement radical qui a de quoi déstabiliser, reconnaît la coach professionnelle Yasmina Hardy : « Chercher un emploi est une démarche personnelle mais qui n’implique pas nécessairement de rester seul. Mieux vaut s’entourer de personnes de confiance qui pourront vous aider et vous soutenir : vos proches bien sûr mais aussi d’anciens collègues de travail ou de promotion et des professionnels du recrutement. » Pôle emploi peut vous aider, de même que des coachs professionnels et des associations spécialisées, avec parrains et tuteurs de personnes en recherche d’emploi. Pour lutter contre l’isolement, éviter de trop cogiter et de plonger dans le doute, vous pouvez aussi compter sur des rendez-vous tels que des salons pour l’emploi ou des jobdatings. « L’essentiel, c’est d’être persévérant et perspicace, poursuit Yasmina Hardi. N’ayez pas peur de solliciter de l’aide si vous ne savez pas comment vous y prendre pour mettre à jour votre CV ou créer un compte LinkedIn ou Viadeo, vous êtes plus entouré que vous ne le pensez parfois. »

 

5 Garder une bonne hygiène de vie

Dernière préconisation signée Zineb Mcharek : « Vous devez garder le rythme et être prêt en toutes circonstances à vous rendre à un entretien d’embauche. Parfois, vous pouvez être sollicité du jour au lendemain donc il faut rester en alerte. Et pour cela, il faut être frais dans sa tête en gardant une dynamique positive. » Ce qui nécessite de garder une bonne hygiène de vie. « Il faut mettre en place une routine de recherche adaptée, estime Pierre Rabozzi. Levez-vous à heure fixe, ne restez pas à procrastiner sur le canapé, allez faire des activités sportives, déjeunez avec d’anciens collègues… Une recherche d’emploi ne doit pas impliquer de rester inactif, bien au contraire. » Bien remplir sa journée permet de lutter contre une baisse d’estime de soi qu’on retrouve chez beaucoup de chercheurs d’emploi et de mieux gérer les montées de stress inhérentes à la situation.

Vos réactions (3 Réactions)

  • Pad

    Il y a tant d'autres défis...

    Etre en recherche d'emploi est un parcours du combattant ; et le premier obstacle à affronter est bien Pôle emploi qui vous pollue la vie avec de l'administratif à outrance, du mauvais administratif qui plus est. Il est notre pire cauchemar pour ceux qui veulent réellement rebondir vers l'emploi. Il y en a un second : les recruteurs par leur attitude à notre égard ; mieux vaut être blindé !

  • Calvet Hélène

    Intérimaire

    Réaction sur votre rédaction.

    Merci beaucoup pour tous ces conseils avisés. Je reste active je me lève tous les matins vers 8h je regarde les annonces d emplois, j y réponds parfois. Je continue de voir mes amis en ville....mais malgré tout cela j ai rarement des réponses et je suis sans travail depuis plus d un an. L intérim me fait travailler parfois mais c est franchement décourageant!

  • JPB

    communication SWnC

    éloignez les personnes toxiques

    débarrassez-vous des Cassandres, des personnes qui vous cassent le moral, les rois du "moi à ta place", "à ton âge c'est quasi impossible".
    recherchez des gens positifs qui vont vous aider à être conquérant. il n'y a pas de fatalité, travaillez en priorité votre réseau, soyez clair sur ce que vous voulez, et allez le chercher... ça ne viendra pas tout seul. Travaillez vos outils de présentation et votre pitch. Le réseau, le réseau! et mettez-vous déjà dans la peau d'un futur worker...plus que dans celle d'un sans emploi.

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères