Réagir

Quelle to-do list adopter pour bien organiser sa recherche d'emploi ?

La to-do list, anglicisme désignant une liste de tâches à accomplir, a le vent en poupe. Si on en parle souvent pour les candidats en poste, elle peut s’avérer très utile aussi dans une recherche d’emploi. Quelle forme doit-elle prendre ? Des outils existe-t-il pour la concevoir ? Quel est son contenu ? Les points de vue de trois coachs professionnels sur la question.

Une to-do list personnalisée

Pour Mila Elhamdi, consultante RH, il existe presque autant de modèles de to-do list qu’il y a d’utilisateurs. « C’est d’ailleurs tout l’intérêt de cet outil : sa souplesse, indique-t-elle. Vous pouvez par exemple choisir de lister beaucoup de tâches à accomplir si vous êtes en recherche d’emploi à temps plein ou la réduire si, par exemple, vous êtes en recherche d’emploi mais que vous avez un bébé dont vous vous occupez en parallèle. » Vous pouvez choisir de mettre en place une to-do list mensuelle que vous mettez à jour au fur et à mesure (à l’aide de post-it par exemple) ou changer de liste à chaque début de semaine. « C’est fonction de vos objectifs et de si vous préférez vous fixer des objectifs à long terme ou y aller pas-à-pas, avec des échéances plus courtes », poursuit Mila Elhamdi.

 

Une to-do list à tiroirs

Concrètement, que contient la to-do list d’un chercheur d’emploi ? « Je recommande de rédiger une première to-do list générale "trouver un emploi" en six points : 1/ clarifier mon projet professionnel, 2/ explorer le marché de l’emploi, 3/ développer mon réseau 4/ mettre à jour mon CV, 5/ travailler ma lettre de motivation et 6/ m’entraîner pour les entretiens d’embauche », préconise Sylvie Osché, coach professionnelle. Une to-do list généraliste, sorte de plan d’action rappelant à son auteur les grandes lignes de sa recherche d’emploi, qui peut ensuite se compléter sous forme de rubriques, explique-t-elle. « Prenez par exemple la partie consacrée au réseau, elle peut se décliner en une to-do list à part, avec une partie consacrée aux réseaux sociaux, une autre sur d’anciens collègues ou d’anciens camarades d’études à recontacter, etc. »

 

Des logiciels spécialisés

D’après Sylvie Osché, il y aurait quasiment autant de manières de composer une to-do list qu’il y a de personnes à utiliser ce dispositif. « Chacun fait comme il le sent, observe-t-elle. Certains ont une mémoire construite de telle façon qu’ils ont besoin de coucher les mots sur le papier pour les retenir, auquel cas écrire sa to-do list sur un carnet, à l’ancienne, s’impose. D’autres au contraire sont plus habitués aux outils informatiques. » Pour eux, il existe des gestionnaires de tâches spécialement adaptés : Wunderlist, Any.do, Trello, mais aussi l’appli Google Agenda.

 

Jouez sur les couleurs et les nuances

Une to-do list se doit d’être attractive pour retenir l’attention de celui qui la suit. Pour cela, l’utilisation de différentes couleurs peut être utile. Exemple : en bleu les coups de fil à passer, en vert du travail informatique, en rouge tout ce qui concerne les réseaux sociaux, en violet les salons et forums pour l’emploi, etc. On retrouve d’ailleurs ce besoin d’esthétisme avec la tendance des bullet journal ou bujo « On peut aussi hiérarchiser les tâches à accomplir, de la plus à la moins urgente, de la plus à la moins importante, en inscrivant des repères temporels », conseille Mila Elhamdi. Dans ce cas, vous pouvez vous inspirer de modèles comme celui de la matrice d’Eisenhower, à double entrée avec l’urgence des tâches dans l’axe vertical et l’importance des tâches dans l’axe horizontal. Un outil qui permet de classer les tâches selon ce qu’il faut faire en priorité, déléguer, planifier ou éliminer.

 

La satisfaction du devoir accompli

« La grande utilité de la to-do list, au-delà de son caractère organisationnel, c’est qu’elle permet à la personne en recherche d’emploi de se récompenser, conclut Vanessa Remiatte, du cabinet Vanefi Conseil. Le fait d’inscrire des tâches à accomplir et de les rayer au fur et à mesure permet de se prouver qu’on avance, qu’on est efficace dans sa recherche. Pour une personne qui recherche un poste, c’est particulièrement important. » Dans la même optique, n’hésitez pas non plus à inclure dans cette to-do list des points autres que ceux ayant strictement attrait à la recherche d’emploi : footing, temps libre avec les enfants, jardinage, etc. « Il faut pouvoir s’aérer la tête, poursuit Vanessa Remiatte. La to-do list est un cadre mais ne doit en aucun cas être un carcan et elle doit donc à la fois inclure des moments de repos et offrir une certaine liberté à celui qui la suit. »

 

Vos réactions (0 Réaction)

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères