1
réaction

8 chiffres sans tabous sur l’emploi des personnes handicapées

Où est-on vraiment concernant l’emploi des personnes handicapées en France ? A quelques jours de l’ouverture de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, voici les chiffres clés qui, parfois, font peur, et parfois laissent entrevoir un espoir d’amélioration.

12 millions

C’est le nombre de Français aujourd’hui porteurs d’un handicap selon les Maisons départementales des personnes handicapées. Parmi elles, seules 5,5 millions se déclarent porteuses d’un handicap. A noter qu’au cours de sa vie, une personne sur deux sera confrontée à une situation de handicap de manière ponctuelle ou définitive.

 

80%

C’est la part des handicaps invisibles. En effet, le handicap moteur en fauteuil roulant ou les déficiences sensorielles ne concernent respectivement qu’à 2 % et 4% de la population handicapée. En revanche, 45% des handicaps sont liées à des maladies invalidantes et 20% à des troubles psychiques.

 

3,1% C’est le taux d’emploi des personnes handicapées dans le secteur privé. Pour mémoire, la loi impose 6% de travailleurs handicapés dans les établissements de 20 salariés et plus. Le compte n’y est toujours pas.

 

21%

C’est le taux de chômage des personnes handicapées. Soit plus du double du chiffre déjà mauvais des actifs valides. Autrement dit, plus d’un actif handicapé sur cinq est au chômage, soit 480 000 personnes (source Pôle emploi).

 

79 196

C’est très exactement le nombre de placements de demandeurs d’emploi handicapés réalisés par Cap emploi en 2015. Soit une hausse de 6% en un an. Et, bonne nouvelle, au premier semestre 2016, Cap emploi enregistre 11% de placements en plus qu’un an avant. Mais, car il y a une ombre au tableau, près d’un tiers de ces demandeurs d’emploi ont signé des CDD de moins de 3 mois. 23% ont décroché un CDI et 18% un CDD de plus de 12 mois. Donc un retour à l’emploi oui, mais pas toujours dans un job durable.

 

1950

C’est le nombre d’aides à la création d’entreprise versées par l’Agefiph au premier semestre 2016. Soit une hausse de 6% par rapport à la même période de l’an passée. Une tendance qui, si elle se confirme sur la fin 2016, serait de bonne augure pour les porteurs de projet handicapés. En 2015, l’Agefiph a octroyé 3380 aides sur l’ensemble de l’année. On le voit à travers ces chiffres, la création d’entreprise est une voie d’accès (ou de retour) à l’emploi pour les personnes handicapées. Doit-on s’en réjouir ou au contraire pointer du doigt le renforcement de leur précarité à travers ce statut non salarié ? Evidemment, les situations sont à envisager au cas par cas. Une chose est sûre : la loi Macron qui permet aux entreprises de prendre en compte les travailleurs handicapés indépendants dans le calcul de 6% de travailleurs handicapés, devrait encourager le phénomène.

 

25%

C’est la part des personnes handicapées ayant un niveau égal ou supérieur au bac. Ce faible niveau de qualification est souvent mis en avant par les employeurs pour expliquer le déficit d’embauche de personnes handicapées. A ce constat, il convient également d’ajouter la discrimination à l’embauche et la vie dure des stéréotypes qui courent sur les personnes en situation de handicap.

 

53%

C’est le taux d’emploi des personnes handicapées à l’issue d’un contrat de professionnalisation. Dommage que seulement un quart d’entre elles accèdent directement à un CDI. En revanche, on peut se réjouir que 77% obtiennent un diplôme ou une certification au terme de leur alternance. Ces qualifications renforcent toujours leur employabilité sur le marché du travail.

Vos réactions (1 Réaction)

  • Driss

    Ambulancier Provence ambu

    Moi le médecin du travail veut lme mettre inapte alors que suis suis bien en poste sur prétexte que je suis invalidité 1 il joue le jeu du patron qui ne veut pas de handicapé. Je fais quoi ? 0685688022

réagir à cet article

* Champs obligatoires.

  • ?Votre e-mail ne sera pas visible.
  • ?Votre nom apparaîtra avec votre réaction et pourra ressortir sur les moteurs de recherche. Cultivez votre e-réputation avec votre nom complet ou protégez votre identité avec un pseudo.

  • Le texte est limité à 750 caractères