8 façons de rater sa candidature spontanée

La candidature spontanée, une pure perte de temps ? Ça dépend de vous ! Elle peut être un bon moyen d’entrer en contact avec une entreprise qui vous motive à condition de ne pas tomber dans certains pièges.

1ère erreur : Envoyer un mail… trop spontané


« Le problème d’une candidature spontanée, c’est qu’elle l’est parfois vraiment ! », plaisante Guillaume Colein, directeur du cabinet Victoire. Ce recruteur assure qu’il reçoit encore des mails rédigés à la va-vite plein de fautes d’orthographe. « Pour moi, cette candidature spontanée est la plus catastrophique. Ce n’est pas parce qu’Internet permet un contact immédiat qu’il ne faut pas se relire. »
"Vous devez uniquement vous focaliser sur l’obtention d’un rendez-vous, et non pas essayer à tout prix de décrocher le poste."

2e erreur : Ne l’envoyer à personne (en particulier)


Mais s’il suffisait d’envoyer un message sans faute pour retenir l’attention d’un recruteur, cela se saurait. « On voit aussi beaucoup de candidatures spontanées sans un minimum de phrase d'accroche », déplore Guillaume Colein. Si ce chasseur de tête conçoit que les candidats préparent une trame générale, il leur reproche surtout de ne pas personnaliser un minimum l’envoi en début de message. « Vous devez également avoir identifié le destinataire, non pas en termes de fonction, mais de façon nominative, insiste Sylvie Protassieff, auteure du guide Le marketing de soi. Cela signifie donc un travail relativement important pour chaque candidature spontanée, pour trouver le nom et l’adresse mail de votre destinataire. »
 

3e erreur : Envoyer un courrier type


Chaque candidature spontanée doit être – du moins paraître – unique. « Inutile de prévoir un courrier type, car il vaut mieux avoir fait des recherches pour démontrer votre motivation par vos connaissances sur l’entreprise, son actualité, son secteur », poursuit cette consultante en entreprise. Une ou deux phrases qui prouvent que vous êtes allé sur le site de l’entreprise, ou consulté ses derniers communiqués de presse par exemple, feront toute la différence.
 

4e erreur : Ne postuler à aucun poste (en particulier)


Par définition, une candidature spontanée ne répond à aucune annonce précise. D’où la tentation, si l’on a des compétences transverses, de rester vague sur le poste que l’on pourrait occuper. C’est une erreur. « Vous devez mentionner clairement le type de poste qui vous intéresse, ajoute Sylvie Protassieff, ainsi que votre valeur ajoutée et vos principaux points forts. »
 

5e erreur : Rester vague sur ses compétences


Votre mission pour réussir une candidature spontanée consiste à être le plus précis et percutant possible. « Après une brève salutation d’usage, entrez immédiatement dans le vif du sujet, conseille Marc Tautman auteur du livre Maximisez vos chances d'être embauché. Celui qui lira votre lettre n’a pas de temps à perdre et veut passer rapidement à ce qui l’intéresse : c’est-à-dire si la personne qui a écrit ce qu’il a devant ses yeux est un candidat sérieux pour un poste dans son entreprise. » Comme dans une candidature en réponse à une offre, références, chiffres, missions : restez le plus factuel et objectif possible, dans la lettre de motivation comme dans le CV, sur ce que vous pouvez apporter à un poste.
 

6e erreur : Ne pas consulter les autres offres de l’entreprise


Mais vous pouvez aussi écrire ce que l’entreprise aime entendre. Pour cela, Marjorie Di Placido a un truc. « Par définition, une candidature spontanée ne répond à aucune offre publiée, résume la directrice du cabinet Human’it. Malgré tout, les candidats sont souvent bien inspirés en allant consulter de vieilles offres postées par les entreprises pour des postes similaires. Une fiche de poste n’est jamais rédigée au hasard et contient souvent des indices sur ce qui est cher au recruteur : mobilité, management, maîtrise de tel ou tel logiciel. » Et cela vaut aussi pour les mots-clés. « Il ne faut pas oublier qu’un de vos premiers lecteurs sera peut-être un logiciel de tri de CV. Pour cela, il doit contenir lui aussi les mots-clés chers à l’entreprise. »
 

7e erreur : Ne pas demander de rendez-vous


Malgré tout, inutile d’en dire trop dans la lettre qui doit rester courte et surtout déboucher sur un entretien. « Vous devez uniquement vous focaliser sur l’obtention d’un rendez-vous, et non pas essayer à tout prix de décrocher le poste », ajoute Marc Tautman. Toute candidature spontanée doit donc proposer une rencontre. « Vous devez rendre celui qui lira cette lettre extrêmement curieux de vous voir et de vous parler en personne. »
 

8e erreur : Ne pas rappeler derrière


Reste, enfin, à rappeler derrière. Aussi percutante soit-elle, faute de poste vacant, votre candidature risque de rester sans réponse. « Il ne faut pas qu’il vous oublie, insiste Marjorie Di Placido. Vous pouvez dire dans votre courrier que vous vous permettrez de rappeler le recruteur, et bien sûr le faire. C’est une façon de se démarquer car peu de candidats osent, à tort. » Et au passage, vous pourrez même dire à son assistante, sans (trop) mentir, qu’il attend votre appel…

La rédaction