Répondre à la question qui tue : "Pourquoi devrais-je vous embaucher ?"

C’est certainement la question la plus évidente pour un recruteur en entretien d’embauche, mais en entendant ce fameux « Pourquoi devrais-je vous embaucher ? », bon nombre de candidats bloquent. Pour ne pas que ça vous arrive, nos experts suggèrent 5 stratégies.

1 Parce que vous allez résoudre ses problèmes


« La question “Pourquoi devrais-je vous recruter ? ” n’a rien de déstabilisant si le postulant a suffisamment préparé l’entretien », assure Vincent Giolito, directeur du cabinet Nouvelle Carrière et auteur du guide Le livre pour trouver votre travail. Ce consultant recommande ainsi de se renseigner sur les enjeux et, si possible, les ennuis de l’entreprise. « Vous pourrez alors répliquer que vous êtes le meilleur pour répondre à leurs problèmes et argumenter pourquoi. Si vous êtes commercial, rappelez des résultats passés et suggérez une stratégie à suivre. Dire que vous êtes le meilleur candidat n’a aucun sens, mais expliquer en quoi vous êtes bon dans telle ou telle situation aura forcément un impact. »
"Un faux pas à ne pas commettre […], on ne parle jamais des autres."

2 En vous présentant comme un bon investissement


Il existe une autre réponse plus cash. « La question du salaire, surtout en temps de crise, ne sera jamais anodine, confirme Émilie Devienne, coach et auteure du livre Savoir s'exprimer. Et que l’on postule à un salaire mensuel à 10 000 € ou au SMIC, la problématique reste la même. Il faut savoir dire au recruteur : “Je vous coûterai tant, mais voilà ce que je vais vous rapporter”. » La consultante concède que la démarche est plus aisée pour des profils de commerciaux, dont le talent est naturellement ramené au chiffre d’affaires qu’ils rapporteront. « Mais le raisonnement fonctionne pour d’autres postes avec d’autres arguments comme son carnet d’adresses, les objectifs que l’on compte tenir ou même son enthousiasme. Il faut que le recruteur ait l’idée qu’il en aura pour son argent. »
 

3 En montrant votre côté humain


Mais l’argent ne fait pas toujours – du moins pas seulement – le bonheur du recruteur. « Dans un contexte où l’on peut imaginer que tous les CV retenus sont valables, c’est le facteur humain qui va faire la différence entre deux candidats », analyse Laurence Bourgeois,  auteure du guide 13 Trucs infaillibles pour être bien vu en entreprise. Pour cette spécialiste en ressources humaines et en marketing, le candidat doit trouver un élément de différenciation qui va le rendre unique aux yeux du recruteur. « Cet argument doit être relié au poste bien sûr. Il peut s’agir de la maîtrise d’une langue étrangère rare ou d’un logiciel, ou encore d’un trait de caractère, illustré par des exemples en rapport avec l’entreprise. » Pour notre experte, il s’agit de se montrer humainement au-dessus de la mêlée. « D’où un faux pas à ne pas commettre : comme en marketing, on ne parle jamais des autres. Si on vous demande ce que vous avez de plus qu’eux, répondez que vous ne connaissez pas les autres,  et expliquez, humainement, comment vous voyez. »
 

4 En répondant par une autre question


Laurent Juery, directeur au cabinet Page Personnel, confirme qu’il n’y a pas de réponse toute faite. « C’est d’autant plus compliqué si la question est formulée en début d’entretien », reconnaît-il. Si c’est le cas, il suggère un petit tour de passe-passe en retournant la question. « On peut répondre une formule du genre “Pour mieux vous convaincre, pouvez-vous me préciser vos attentes pour ce poste ? ” » Cette parade est également possible en fin d’entretien. « On peut demander sur quels points on n’a peut-être pas été suffisamment convaincant pour répondre à ses réserves. »
 

5 Ou en faisant preuve d’audace…


Reste enfin une ultime stratégie plus culottée du propre aveu de notre consultant. « Je ne le recommanderais pas avec tous les recruteurs, confesse Laurent Juery. Mais si l’échange se déroule de façon relativement détendue, pourquoi ne pas simplement lui répondre : “Testez-moi et vous ne le regretterez pas”. » L’idée, avec un tel aplomb, est de montrer que l’on est convaincu de correspondre au poste, que l’on est motivé, et que le recruteur n’a finalement rien à perdre. « Cette audace ne passera pas partout ni avec tout le monde mais elle a le mérite de montrer que vous êtes prêt à vous battre pour le poste. Et, surtout, cela tranche avec toutes les réponses ce que le recruteur entend habituellement… »

La rédaction