5 qualités originales à mettre en avant en entretien d'embauche

Vous êtes sympa, bienveillant, voire drôle ? Il fut une époque où ces qualités n’auraient eu aucune importance. Certains recruteurs auraient peut-être même trouvé cela suspect. Mais ça, c’était avant…

1 La bonne humeur


Vous vous êtes du genre à vous lever du bon pied, et alors ? Et alors, dites-le et vous serez susceptible d’intéresser Linkbynet. « La bonne ambiance et l'humour sont des composantes essentielles de la vie en entreprise, observe Éric Dumartin, DRH de cette société d’infogérance et d’e-business. Ceux qui nous rejoignent ont souvent beaucoup d’exigences par rapport à l'état d’esprit qu’ils espèrent au travail et nous avons les mêmes attentes. » L’entreprise, qui a installé en plein milieu de son siège un toboggan géant (si, si), affiche volontiers un esprit décalé. Clairement, on ne vous en voudra pas d’afficher votre bonne humeur en entretien d’embauche. Il se peut même que l’on vous devance. « On essaie de prendre des nouvelles recrues qui comprennent cet état d'esprit. On peut même nous aussi lancer quelques plaisanteries lors de l’entretien de recrutement. L’humour et la bonne humeur, à tous les niveaux de la hiérarchie, sont des qualités que l’on recherche. C’est plus agréable de travailler dans ces conditions et, en plus, un recruteur devrait savoir que cela génère de la productivité et de la fidélisation. »

"L’humour et la bonne humeur, à tous les niveaux de la hiérarchie, sont des qualités que l’on recherche. C’est plus agréable de travailler dans ces conditions et, en plus, un recruteur devrait savoir que cela génère de la productivité et de la fidélisation." 

2 La bienveillance


Médire sur quelqu’un (d’absent évidemment) à la machine à café : voilà est un sport que tout le monde pratique mais dont personne ne se vante. « L’amertume partagée crée des liens d’appartenance et de la reconnaissance mutuelle version "on fait partie du groupe qui déteste Tartempion" », résume Sylvaine Pascual, directrice d’Ithaque Coaching, dans une excellente analyse du sujet. Mais cette consultante va plus loin et vante carrément les vertus de la" biendisance". Pourquoi dire du mal des autres ou de son employeur précédent par exemple ? « Celui qui a des trucs sympas sur autrui plutôt que de le calomnier renvoie une image sympa et rassurante de lui-même, assure la coach. Il est bienveillant et digne de confiance, il pourrait même être un exemple de cette gentillesse version compétence relationnelle, c’est à dire ni serpillière ni paillasson, mais bien cette gentillesse affirmée et sereine qui se rapproche d’un charisme sain. »

 

3 L’humilité


Si vous vous êtes déjà planté - ce qui est à peu près certain - n’hésitez pas à en parler en entretien d’embauche. « Contrairement à une idée reçue, parler d’un échec, c'est une façon de se valoriser, assure Patrice Ras, auteur du livre Oser montrer ses faiblesses : Et les transformer en forces !. » Personne n’aime trop parler de ses plantades. Or, voilà une plus-value originale ! « Paraître trop sûr de soi, c’est suspect. Alors que l’humilité, c’est rassurant, à condition d’être capable de dire ce que l'on a retiré d’une mauvaise expérience. » Autre avantage de l’humilité : elle permet de laisser entendre que le candidat a du recul sur lui-même. « Car quel que soit son poste, on n’a jamais tout compris à son travail ou au management par exemple et on doit être capable de se remettre en cause intelligemment. »

 

4 L’écoute


Tout candidat en a entendu parler sans forcément savoir ce que c’est exactement. Par opposition aux hard skills (des compétences purement techniques), les soft skills renvoient à des qualités humaines de plus en plus recherchées. « L’écoute et l’empathie sont aujourd’hui des compétences très recherchées », analyse Jean-Yves Arrivé, consultant et psychosociologue de formation. Également auteur du guide Les 50 règles d'or pour bien gérer ses émotions, il invite les candidats à valoriser ces qualités longtemps sous-estimées. « Un candidat à l’écoute ne passera pas juste pour un gentil ou un faible. Une écoute active est au contraire une compétence indispensable au management contemporain. »

 

5 La politesse


Enfin, cette dernière qualité se montre davantage qu’elle se vante. Et pourtant, elle reste originale, car rare et négligée à entendre nos experts. « La politesse est un vrai facteur de différenciation et un avantage concurrentiel que beaucoup trop de candidats oublient, assure Hervé Bommelaer, conseiller en transition de carrière. « La littérature américaine regorge de conseils comment tourner un mail ou une lettre de remerciements. Or, c’est une pratique pas encore totalement courante en France. » L’auteur du guide Décrocher un nouveau poste y voit pourtant un intérêt indiscutable. « Je conseille à mes clients, quel que soit l’entretien et même dans le cadre simple de son réseau, de remercier son interlocuteur d'un mail personnel. C'est une façon de laisser une trace positive. »

 

La rédaction